concours

[Portrait de cheffe d’orchestre] JAGODA WYRWIŃSKA

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Ancienne élève de la Faculté de direction d’orchestre, de composition et de théorie de la musique de l’Académie de musique de Gdańsk, Jagoda Wyrwińska est diplômée en 2018 du programme de direction d’orchestre symphonique et d’opéra dirigé par le professeur Elżbieta Wiesztordt-Sulecińska. A chaque année universitaire, Jagoda a reçu la bourse du meilleur élève par le président de l’Académie.

Depuis août 2018, Jagoda Wyrwińska est cheffe d’orchestre adjointe à l’Opera Nova de Bydgoszcz. Elle travaille également à l’école de musique d’État Feliks Nowowiejski de Gdańsk où elle dirige l’orchestre symphonique et l’orchestre de chambre.

Elle a élargi ses connaissances et amélioré ses compétences en assistant à des cours dirigés par des chefs tels que Szymon Bywalec, Rafał Jacek Delekta, Jose Maria Florencio, Colin Metters, Zsolt Nagy, Georg Tchitchinadze et Lena-Lisa Wüstendörfer. Son expérience fut complétée auprès de l’Opéra de Wrocław, de l’Opera Nova à Bydgoszcz, des opéras philharmoniques de Warmia et Mazury à Olsztyn, de la Beethoven Academy, de l’orchestre philharmonique polonais Wojciech Kilar « Sinfonia Baltica » à Słupsk, du Polish Chamber Philharmonic à Sopot, des orchestres de chambre et symphoniques des académies de musique de Wrocław et de Gdańsk, de l’Orchestre de chambre Elbląg et de la Philharmonie polonaise de la Baltique.

A ce jour, Jagoda Wyrwińska a dirigé plus de soixante-dix concerts. Elle est cheffe du Pruszcz Gdański City Orchestra; elle dirige également l’orchestre symphonique de Gdynia et l’orchestre de l’université de médecine de Gdańsk.

En mars 2017, elle reçoit une mention honorable au deuxième Concours national Adam Kopyciński pour étudiants en direction d’orchestre à Wrocław. Elle a créé l’orchestre Batuto contro il resto – un orchestre de chambre à l’École nationale de musique de Gdańsk – qui a remporté la deuxième place au premier Concours national des orchestres à cordes de Bydgoszcz.

Source : La Maestra

Crédit photo : La Maestra

[Portrait de cheffe d’orchestre] JIAJING LAI

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Jiajing LAI a récemment remporté le 2e prix et le prix OFUNAM du 1er Concours international de direction OFUNAM. De retour au China National Centre for Performing Arts, elle crée l’opéra de chambre A Story About Growing Up.

Née en 1991 à Hunan, en Chine, Jiajing Lai a reçu son premier cours de piano à l’âge de cinq ans. A l’âge de 12 ans, elle est admise en classe à horaire aménagé et étudie le piano au conservatoire de musique Xinghai à Guangzhou. Elle est claveciniste dans l’orchestre de chambre de l’école de 2005 à 2008. En 2009, elle entre au Conservatoire central de musique de Pékin où elle étudie la direction d’orchestre sous la direction de Chen Lin. Elle obtient un master en direction d’orchestre au Conservatoire supérieur de musique de l’Université de Cincinnati en 2018.

En 2012, Jiajing Lai débute en tant que cheffe assistante du China National Opera House. En décembre, sa première de La Bohème de Puccini connut un succès immédiat. La même année, elle est la plus jeune candidate du 1er Concours national de direction Li Delun, et elle atteint la demi-finale.

En mars 2013, elle a l’honneur d’être sélectionnée par le maestro Bernard Haitink pour participer à la classe de maître au Festival de Lucerne en Suisse. En 2014-2015, Jiajing Lai est nommée cheffe au China Chamber Opera Composing Competition, elle est également cheffe assistante et coach d’opéra lors de la création mondiale d’Opera NORA au Grand Théâtre de Tianjin, en Chine. Elle s’illustre par sa direction de La Traviata avec l’opéra national de Chine à Pékin et Così Fan Tutte avec le Creation Opera Institue de Taiwan. En 2017, elle est invitée à participer à la Gstaad Conducting Academy avec le Maestro Jaap van Zweden, et fait ses débuts avec le Gstaad Music Festival Orchestra.

Le talent musical de Jiajing Lai a été reconnu ces dernières années par des chefs internationaux tels que Lorin Maazel, Bernard Haitink et Michael Tilson Thomas.

Jiajing Lai est actuellement cheffe assistante du Central Conservatory of Music Symphony Orchestra.

Source : La Maestra

Crédit Photo : Jiajing Lai

[Portrait de cheffe d’orchestre] Yuwon Kim

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Yuwon Kim, originaire de Daegu en Corée du Sud, est actuellement boursière du Curtis Institute of Music, où elle travaille en étroite collaboration avec le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin.

Lauréate du concours international de musique Princess Astrid en 2018, Yuwon Kim a travaillé avec le Tonhalle-Orchester Zurich; les orchestres philharmoniques des Pays-Bas, de Bad Reichenhall et du sud de la République tchèque; les orchestres symphoniques du nord des Pays-Bas, de Trondheim, de Saint-Pétersbourg, de la Corée du Sud et de Prague; Residentie Orkest The Hague; l’Aspen Conducting Academy Orchestra; et l’Austrian Ensemble for New Music. Elle a également assisté Thomas Adès et Juanjo Mena au Los Angeles Philharmonic, Xian Zhang à la NJO: Dutch Orchestra and Ensemble Academy et Jac van Steen à Opera North (Royaume Uni).

Elle reçoit en 2015, la bourse Holland du ministère de l’Éducation, de la Culture et des Science des Pays-Bas. En 2014, elle reçoit le prix Robert Spano du Aspen Music Festival and School.

Yuwon Kim est titulaire d’une licence en composition et direction d’orchestre de l’Université nationale de Séoul et d’une maîtrise en musique de l’Université Mozarteum de Salzbourg, où elle a étudié la direction d’orchestre avec Dennis Russell Davies, Hans Graf et Bruno Weil. Elle a également participé à des classes de maîtres avec Marc Albrecht, Bernard Haitink, Kurt Masur, Leonard Slatkin et David Zinman.

Source : La Maestra

Crédit Photo : Yuwon Kim

[Portrait de cheffe d’orchestre] Maria Fuller

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Originaire de Earl Grey au Canada, Maria Fuller est cheffe d’orchestre, pianiste et trompettiste. Elle est également coach vocal, compositrice et arrangeur de renom. En direction, elle possède un large éventail de répertoires et d’intérêts, de J.S. Bach à Steve Reich, de Richard Strauss à la compositrice canadienne de renom, Elizabeth Raum.

Au piano, Mme Fuller a été lauréate à deux reprises de plusieurs finales nationales de concours canadiens. Plus récemment, Maria a joué en solo avec le Longview Symphony, le Cincinnati Ballet et le CCM Philharmonia. En tant que chambriste, elle s’est produite dans toute l’Europe et en Amérique du Nord et a été demi-finaliste du concours national de chambre Fischoff, et au concours de musique de chambre Plowman avec son trio de pianos, Geistrio. En janvier dernier, elle et le trompettiste américain Chase Hawkins ont sorti ensemble un CD intitulé «Great Southern Land» (label Parma Navona Recording).

À l’opéra, Fuller a travaillé avec les compagnies d’opéra de Saskatoon et de Cincinnati et a récemment dirigé La Clemenza Di Tito de Mozart au College-Conservatory of Music (CCM). Au printemps dernier, Mme Fuller a été répétitrice et cheffe assistante pour Die Fledermaus, production de Saskatoon Operas, et elle reviendra en tant que directrice musicale la saison prochaine. Elle dirigera également Casse-Noisette avec le TBSO et le Ballet du Minnesota au mois de décembre.

Pendant trois années consécutives, Maria a remporté le titre de cuivre lors de finales provinciales du Saskatchewan et a été saluée partout en Amérique du Nord pour ses performances à la trompette. Elle a joué avec le Regina Symphony Orchestra et d’autres ensembles régionaux. Plus récemment, elle a écrit un morceau pour trompette, piano et cordes, intitulé «Fractals», qu’elle a dirigé du piano à l’Institut Chautauqua cet été avec le trompettiste Aaron DuBois. Maria compose et arrange des pièces vocales et orchestrales.

La carrière de Maria en tant que cheffe d’orchestre a débuté sous la forme d’un troisième master, au CCM, sous le mentorat de Mo. Mark Gibson. Tout en apprenant le métier, elle a été invitée à auditionner avec quatre grands orchestres canadiens. Elle est actuellement cheffe résidente et directrice de choeur pour le Thunder Bay Symphony, en Ontario. Elle a également été invitée à assister à la Hochschule de Munich et à diriger divers ensembles d’opéra américains et canadiens. Elle a récemment été lauréate de la bourse de recherche David Effron 2019 au Chautauqua Institute, où elle a travaillé aux côtés des chefs d’orchestre Timothy Muffitt, JoAnn Falletta et Rossen Milanov.

Maria est titulaire d’une licence de piano de l’Université McGill, d’un master en piano, d’un diplôme en coaching d’opéra et d’un master en direction d’orchestre du CCM.

Visiter le site internet de Maria Fuller

Source : La Maestra

Crédit Photo : Kevin Dempsey

[Portrait de cheffe d’orchestre] Holly Hyun Choe

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Holly Hyun Choe est une cheffe d’orchestre américano-coréenne originaire de Los Angeles. Elle est actuellement directrice musicale de l’Orchesterverein Wiedikon et de l’orchestre symphonique des anciens élèves de l’Université de Saint-Gall, en Suisse. Holly est également membre du Deutscher Musikrat Dirigentenforum en Allemagne et a dirigé des concerts avec le Heidelberg Symphony, le Hofer Symphoniker er le Brandenburg Symphoniker. Elle est l’une des lauréates de la bourse de recherche Marin Alsop Taki Concordia.

En 2018/19 elle dirige notamment des concerts avec le Sønderjyllands Symfoniorkester au Danemark et en Allemagne et des concerts pour enfants avec le Collegium Musicum Basel. Elle met à son répertoire les compositrices primées Jennifer Higdon et Grazyna Bacewicz et a créé trois nouvelles œuvres de compositeurs suisses: « Neon Diaries » de Cedric Ziegler, « Pages d’écriture » de Marylène Müller et « Artikel einunddressig » de Jacqueline Gemperli.

Pour la saison 2019/20 elle travaillera avec le Musikkollegium Winterthur, la Janacek Philharmonie Ostrava, la Hradec Kralove Filharmonie, le Olten Filharmoni Orchestra, l’Opéra de Pilsen, l’Orchestre symphonique d’Izmir et l’Ensemble Reflektor, le Wiener Staatsoper avec le programme de mentorat de Peter Eötvös, and assistera Leonard Slatkin.

Holly a reçu l’enseignement de chefs tels que Bernard Haitink, Neeme Järvi, Paavo Järvi, Kristjan Järvi au festival Pärnu, Jaap van Zweden, Sylvia Caduff, Simone Young et Teodor Currentzis. Pendant ses études à la Haute école des arts de Zurich (ZHdK), elle dirige plusieurs orchestres professionnels (symphonie de Trondheim, symphonie de Heidelberg, orchestre du festival de Gstaad, symphonie de Brandebourg, Orchestre de Picardie et symphonie de Hofer).

Elle a joué avec une imprimante 3D dans une performance live de « Black Wire Concertina # 1-5 » (Stefan Bachmann). Afin de lier différentes cultures, elle a dirigé pendant trois ans un ensemble de plus de 250 membres, Samulnori, jouant de la musique de percussion traditionnelle coréenne sous la forme d’une fanfare américaine se produisant dans plusieurs défilés nationaux des États-Unis. Fervente partisane de la création contemporaine, elle a présenté en première mondiale des compositeurs vivants originaires de Grèce, du Mexique, de Suède, de Suisse, de Chine, de France, de Corée du Sud et des États-Unis.

Sa passion s’étend à l’éducation et la santé. Elle donne des cours de direction pour débutants à la ZHdK et a enseigné pendant sept ans dans des colonies musicales. Elle a mené des séminaires de direction dans des écoles, des maisons de retraite, un centre pour adultes handicapés, l’Institut de services aux familles d’immigrants pour immigrants haïtiens et elle fut artiste invitée au Isabella Stewart Gardner Arts Museum de Boston.

Holly est clarinettiste autodidacte dès l’âge de treize ans. Elle reçoit son premier cours de musique à l’âge de dix-neuf ans. Elle obtient une bourse d’études complète pour sa licence en clarinette et formation musicale au Conservatoire Bob Cole à Long Beach en Californie. Elle fait un premier master en direction au New England Conservatory avec Charles Peltz, et a récemment terminé son master de direction d’orchestre au ZHdK avec Johannes Schlaefli.

Visiter le site d’Holly Hyun Choe

Source : La Maestra

Crédit photo : Site de Holly Hyun Choe

[Portrait de cheffe d’orchestre] Sara Caneva

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Sara Caneva, née en 1991, a obtenu son diplôme avec distinction en composition, piano et direction d’orchestre au conservatoire S. Cecilia de Rome et au conservatoire G. Verdi de Milan  sous la direction de V. Parisi.

En 2015, elle obtient une bourse Erasmus pour être étudiante invitée en direction d’orchestre à la Musikhochschule de Stuttgart où elle travaille sous la direction de P. Borin. Elle est sélectionnée pour se produire lors des Dirigentenppodium Baden-Württenberg. Elle décroche ensuite une place au programme pour jeunes artistes du Teatro dell’Opera di Roma « Fabbrica » en 2016-2017. Au sein de ce théâtre, elle dirige la création d’un diptyque d’opéra contemporain ainsi que sa pièce On-Off, commandée par la Fabbrica.

Elle approfondit sa formation en direction et composition, en passant par des classes de maître avec des chefs tels que J. Stockhammer, P. Eötvös, G. Vajda, G. Noseda, C. Metters, E. Nicotra et G. Gelmetti à l’Accademia Musicale Chigiana. Après avoir faire ses débuts avec L’Elisir d’amore à Orvieto en 2014, elle collabore avec le Danubia Orchestra Óbuda au Budapest Music Center, l’Orchestre Symphonique Savaria, le Berlin Sinfonietta, l’Ensemble ‘900 de l’Accademia di Santa Cecilia, l’Ensemble IEMA au sein du Festival Klangspuren Schwaz, et l’orchestre des jeunes du Teatro dell’Opera di Roma, entre autres.

Sara a dirigé un certain nombre de premières mondiales et joue un rôle considérable dans le domaine de la musique contemporaine. Elle a été directrice adjointe de V. Parisi au festival MiTo 2015 et au Philharmonia M. Jora Bacau en 2018. La même année, elle a été demi-finaliste du Concours de direction G. Facchinetti. En 2016, elle fonde l’Ensemble Formanti qui est consacré aux nouvelles musiques et dont elle a été chef d’orchestre et directrice artistique jusqu’en 2017.

En décembre 2018, Sara Caneva a dirigé la finale du concours de composition «Michele Novaro» sur la scène du Quirinale et transmis en direct sur Rai Radio3. Parmi ses prochains engagements, elle dirigera l’Orchestra Regionale Toscana à Florence et le Schallfeld Ensemble (AT) dans une tournée internationale.

Source : La Maestra

Crédit photo : Site Sara Caneva

[Portrait de cheffe d’orchestre] ELENI PAPAKYRIAKOU

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

La cheffe d’orchestre grecque Eleni Papakyriakou a terminé ses études de direction d’orchestre à l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne avec les professeurs Uroš Lajovic et Johannes Wildner, successeurs de la tradition d’enseignement de Hans Swarowsky.

Après avoir obtenu son diplôme, elle a pris le poste de cheffe de choeur au Landestheater Niederbayern à Passau (Allemagne), où elle dirige actuellement de nombreuses représentations d’opéra. Dans l’intervalle, elle a été nommée cheffe d’orchestre et directrice artistique de l’Orchestre de l’Université de Passau après avoir dirigé au pied levé la première symphonie de Mahler. Elle dirige de grandes œuvres symphoniques telles que Scheherazade, Symphonie Fantastique, Nullte de Bruckner et Quatrième symphonie de Tchaïkovski lors de concerts à guichets fermés. En mai 2019, elle commence sa collaboration avec l’Akademischer Orchesterverein Wien.

Au cours de ses études, elle a été cheffe d’orchestre adjoint à l’Académie internationale de l’opéra de Vienne, prenant en charge des représentations d’opéra. Elle a assisté à des masterclasses avec Bertrand de Billy, Fabio Luisi, Nicolás Pasquet, Karolos Trikolidis et Myron Michailidis, où les membres de l’orchestre l’ont désignée comme l’une des meilleures participantes. En tant que boursière de la Fondation Tokyo, elle a dirigé un ensemble avec des musiciens de New York, Paris et Vienne lors d’un concert diffusé en direct.

Eleni Papakyriakou est également diplômée en musicologie, composition et piano et a dirigé plusieurs premières mondiales.

Visiter le site d’Eleni Papakyriakou

Source : La Maestra

Crédit photo : © Peter Litvai

[Portrait de cheffe d’orchestre] Stephanie Childress

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Stephanie Childress est une cheffe d’orchestre franco-britannique basée à Londres. Elle commença ses études supérieures à l’âge de 16 ans à l’Université de Cambridge, et obtint sa licence de musique en 2018. En 2018, elle a participé à la production de The Enchanted Island du British Youth Opera et fait ses débuts comme chef d’orchestre et soliste avec le Southbank Sinfonia dans un programme de Respighi et Piazzolla. Elle dirige en avril 2019 le Chineke! Junior Orchestra au Queen Elizabeth Hall à l’occasion de la première journée commémorative du Stephen Lawrence Memorial Day.

Au cours de ses études universitaires, Stephanie a dirigé The Rape of Lucretia et le cycle de chansons Les Illuminations de Benjamin Britten au St John’s College, ainsi que l’opéra A Dinner Engagement de Lennox Berkeley pour la Cambridge University Opera Society. Lors de sa dernière année, elle dirige la Neuvième Symphonie de Beethoven à la chapelle de St John’s College et fait ses débuts avec l’Université de Cambridge Sinfonia en tant que cheffe.

Stephanie a participé à des classes de maître avec Sir Mark Elder, Neil Thompson, Nicolas Pasquet, Colin Metters, et Martyn Brabbins. En août 2018, elle a été choisie pour participer à la première masterclass intitulée «Women Conducting Opera», organisée par la Royal Philharmonic Society, au National Opera Studio. L’été dernier, elle a étudié à la Järvi Conducting Academy et a participé à la Aurora Masterclass (Trollhättan) dirigée par Jukka-Pekka Saraste. En juin 2019, Stephanie a assisté Paul Daniel pour des performances et un enregistrement du Concerto pour violoncelle et des Variations Enigma d’Elgar avec l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine.

Ses engagements récents comprennent un projet de direction du concerto pour orchestre de Bartók avec les étudiants du Guildhall aux côtés des membres du London Symphony Orchestra, ainsi qu’une représentation de Ein Deutsches Requiem de Brahms avec l’ensemble qu’elle a fondé, Orchestra Rheia. Ses projets futurs avec Orchestra Rheia incluent une représentation de l’Oedipus Rex de Stravinsky et une célébration des symphonies de Beethoven à l’occasion de son 250e anniversaire. Cette saison, elle assistera Alexander Joel au English National Opera pour la production de Luisa Miller de Verdi. Stephanie fera également ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique Académique Portugais en avril 2020 et l’Orchestre Philharmonique de Dresde en juin 2020.

Consulter la page de Stephanie Childress

Source : La Maestra

Crédit photo : Stephanie Childress

[Portrait de cheffe d’orchestre] Lina Gonzalez-Granados

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Lina Gonzalez-Granados s’est imposée au niveau national et international par son talent en direction d’opéras, de musique classique et de musique contemporaine. En 2017 Lina obtient la bourse Taki Concordia, créée par Marin Alsop pour favoriser l’esprit d’entreprise et le talent de jeunes cheffes. À l’automne 2019, elle prend ses nouvelles fonctions auprès du Seattle Symphony et du Philadelphia Orchestra. Cette saison comprend des concerts avec le Philadelphia Orchestra, le Seattle Symphony, le San Diego Symphony, Stamford Symphony, San Francisco Conservatory et l’orchestre Sinfónica del Principado de Asturias.

Récemment cheffe invitée à l’opéra de Tulsa où Lina a marqué l’histoire en étant le premier chef d’orchestre d’Amérique Latine à diriger une importante production dans un opéra américain, Lina a également dirigé l’Orquesta Sinfónica Nacional de Colombia et le Filarmonica de Medellin. Elle a été cheffe adjointe de l’Orchestre national des jeunes de Carnegie Hall, de l’Orchestre Philharmonique des jeunes de Colombie, de l’Orchestre Philharmonique des Amériques, et cheffe du Chicago Symphony at Ravinia, du Nashville Symphony et du London Philharmonic, travaillant ainsi avec des artistes tels que Yefim Bronfman, Pinchas Zukerman, Marin Alsop et Giancarlo Guerrero, entre autres. Cette saison, elle est doublure pour Zubin Mehta au Los Angeles Philharmonic, ainsi que Yannick Nezet Seguin et Thomas Daausgard parmi d’autres artistes.

Lina a été en 2019 l’une des cinq finalistes sélectionnées pour le concours international de direction Sir Georg Solti à Chicago. Elle a assisté au Tanglewood Conducting Seminar, à la masterclass du festival de Lucerne avec le maestro Bernard Haitink, et au Festival de musique contemporaine de Cabrillo avec Marin Alsop. Elle a également participé à la Linda Mitch Hart Institute for Conductors à l’Opéra de Dallas avec le maestro Carlo Montanaro et Nicole Paiment, faisant d’elle le premier chef d’orchestre hispanique sélectionnée pour ce rôle.

Lina est une fervente partisane des compositeurs latino-américains, ce qui lui a valu d’être reconnue comme l’une des «Latino 30 Under 30» par le journal El Mundo en 2016. En 2014, elle fonde Unitas Ensemble, un orchestre de chambre basé à Boston et spécialisé dans la musique latino-américaine. Son travail avec Unitas Ensemble a donné lieu à de nombreuses créations mondiales, nord-américaines et américaines. L’orchestre a également enregistré l’album « Estaciones » avec le Cuarteto Latinoamericano, lauréat d’un Grammy.

Née et élevée à Cali, en Colombie, Lina a fait ses débuts en tant que cheffe en 2008 avec le Youth Orchestre de Bellas Artes à Cali. Elle a un master en direction d’orchestre et un Diplôme d’études supérieures en direction chorale du New England Conservatory. Elle passe actuellement un Doctorat en direction d’orchestre à l’Université de Boston. Ses principaux mentors sont Marin Alsop, Bernard Haitink, Bramwell Tovey et Charles Peltz.

Visiter le site de Lina Gonzalez-Granados

Source : La Maestra


Crédit Photo : Site officiel de Lina Gonzalez-Granados

Île de créations : découvrez les trois œuvres finalistes

Île de créations est un concours annuel de composition pour orchestre, créé par l’Orchestre national d’Île-de-France en 2013. Il a pour vocation de permettre aux jeunes compositeurs de confronter leur inspiration, leur savoir-faire à un orchestre symphonique et d’être joués en public et diffusés à la radio. Au public francilien, ce concours offre l’occasion de découvrir la pépinière de la création musicale formée en Europe.

La huitième édition

Ce concours s’adresse aux compositeurs de moins de 33 ans au 1er janvier 2020, ayant été inscrits en cursus de composition et/ou d’orchestration en Europe entre 2015 et 2020. Pour cette huitième édition, les candidats doivent composer une œuvre concertante pour violoncelle et orchestre. La pièce doit être d’une durée de 10 minutes en 5 mouvements de 2 minutes chacun, pouvant être enchaînés les uns aux autres. Le compositeur Guillaume Connesson est le parrain de la 8e édition.

Chaque année l’Orchestre national d’Île-de-France convie plusieurs personnalités prestigieuses à former le jury du concours de composition Île de Créations. En 2020, l’Orchestre a le plaisir d’accueillir les compositeurs Matteo Franceschini et Hèctor Parra. Le jury est présidé par le directeur musical de l’Orchestre Case Scaglione et par Guillaume Connesson, parrain de l’édition 2020.

Un finaliste, une oeuvre

Julien GIRAUDET, pour son œuvre « Mythe »

Nationalité : française
Âge : 32 ans
Parcours : diplômé du cursus composition et orchestration au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Son oeuvre – Un Mythe

I. Un jour dans la plaine
II. Sur la crête
III. Rites
IV. Devant la pierre lisse et noire
V. Le Gouffre dans la nuit

Un mythe. Deux protagonistes : le violoncelle, l’orchestre. Le violoncelle suit sa ligne, s’aventure, cherche ; quand l’orchestre devient brumeux, menaçant, harassant, il fuit, se cache, espionne, tente d’échapper aux incantations obsédantes qui finissent par l’entraîner devant le gouffre.

L’orchestre est employé ici dans toute sa dimension spatiale : c’est de manière physique que la bataille se tient, dans des vagues d’assaut qui montent du fond de l’orchestre jusqu’au tutti submergeant. Ces vagues ne laissent pas la ligne du violoncelle indemne, elles l’infiltrent, lui instillent progressivement des modes de jeu de plus en plus grinçants et percussifs. De plus en plus et jusqu’au bout, pour résister à ces vagues d’assaut, le violoncelliste doit faire corps avec son violoncelle.

Maarten LINGIER, pour son œuvre « Suite concertante pour violoncelle et orchestre »

Nationalité : belge
Âge : 26 ans
Parcours : diplômé du cursus de composition de l’École Normale de Musique de Paris, Alfred Cortot
Son oeuvre – Suite concertante

Cette œuvre est une musique absolue, il n’y a pas d’inspiration directe de l’extérieur à part la musique elle-même. Les cinq mouvements sont écrits en contraste. Ce sont des mouvements courts avec chacun un caractère très spécifique, souvent déterminé par leur propre motif ou par un geste musical. Il y a des influences de musique ancienne, comme le quatrième mouvement, Passacaglia, un petit canon dans Intermezzo et la suggestion d’un bourdon dans la Sérénade. Ce ne sont que de petites références qui sont liées à l’idée d’une suite, le but étant surtout d’écrire quelque chose personnel et contemporain. L’approche du violoncelle est souvent lyrique, parfois rythmique. Le son d’orchestre est parfois orchestral, puis plutôt lié à la musique de chambre. Il y a une recherche harmonique, mélodique, rythmique et de couleur dans l’orchestration, construite intuitivement. Cette œuvre montre les aspects, sonorités et caractères différents du violoncelle, accompagné par l’orchestre.

Maria del Pilar MIRALLES CASTILLO, pour son œuvre « Cello Concerto « Five Pieces of Advices »

Nationalité : espagnole
Âge : 22 ans
Parcours : diplômée du cursus de composition du Conservatoire Royal Supérieur de Grenade, Victoria Eugenia
Son oeuvre – Five pieces of advice

Le concerto pour violoncelle Five Pieces of Advice (“Cinq conseils”) a été composé en septembre 2019 et constitue ma troisième œuvre orchestrale. Il a été composé à partir des règles imposées par le concours : cinq mouvements de deux minutes chacun. La difficulté était de respecter cette durée spécifique à chaque mouvement tout en y développant totalement mes idées musicales. C’était également un défi de parvenir à de la cohérence sur l’ensemble du concerto. Comme l’explique le titre, le concept de cette pièce est “cinq conseils” qui sont les étapes que j’ai l’habitude de suivre pour trouver l’inspiration et la motivation face à une nouvelle pièce : Stand Up (Levez-vous), Walk (Marchez), Close Your Eyes (Fermez les yeux), Take a Deep Breath (Prenez un souffle profond), et Now You Are Ready (Maintenant vous êtes prêt). Tous les mouvements partagent des matériaux identiques et comportent des ressources communes telles que l’harmonie quartale, des accords majeurs avec un triton de la tonique, etc. La structure dans son ensemble est en quelque sorte une fractale dans laquelle le premier et le cinquième mouvement sont énergiques et agités, le deuxième et le quatrième mouvement sont caractérisés par un matériau composé de notes répétées augmentant en dynamique jusqu’à un point culminant, et le troisième mouvement fonctionne comme une cadence pour le violoncelle solo. Certains matériaux de la partie orchestrale de ces mouvements sont réutilisés dans le cinquième mouvement, où tous les motifs sont combinés pour obtenir une cohérence dans la pièce entière.

Source : Orchestre national d’Île-de-France