Egalité des genres

L’ÉGALITÉ FEMMES / HOMMES DANS LES ORCHESTRES MEMBRES DE L’AFO

L’orchestre des années 1960 est encore très majoritairement masculin, reflet du contexte social de la première moitié du XXème siècle. Comme un contre exemple, Lily Laskine devient harpe solo à l’Orchestre national de France au moment de sa fondation en 1934. Parmi les phalanges étrangères et de notoriété internationale, l’Orchestre symphonique de Boston intègre la première femme en 1952. Le Berliner Philharmoniker accueille Madeleine Carruzzo comme violoniste en 1982. Le Wiener Philharmoniker attendra 1997 pour accepter qu’Anna Lelkes, harpe solo depuis 26 ans dans cette même institution, devienne « membre » de l’orchestre, quatre ans avant sa retraite plutôt qu’au bout de trois ans comme ses collègues masculins.
Comme nos sociétés, les orchestres ont heureusement évolué considérablement.

Dès 2009, l’Association Française des Orchestres donnait une première image de la place des femmes au sein de ses membres. Dix années plus tard, la nouvelle étude présente des données techniquement fondées, indispensables à l’élaboration de préconisations applicables et efficaces.
Elle porte sur tous les emplois recensés dans les orchestres membres : artistiques, administratifs et techniques. Elle intègre dans certains cas des métiers propres aux maisons d’opéras ou salles de concerts, du fait de la composition de l’AFO. Cependant, l’analyse met particulièrement en relief les emplois artistiques (instrumentistes, directeurs musicaux, chef.fes et solistes invités, ainsi que les artistes lyriques des choeurs), parce qu’ils sont les plus nombreux. L’impact du renouvellement des générations sur la place des femmes est également mesuré.

Si la place des femmes au sein des orchestres n’est pas équivalente à la proportion femmes / hommes dans la société française, on constatera néanmoins des évolutions certaines, très visibles notamment dans les orchestres de jeunes. Nous ne disposons pas pour l’instant des informations nous permettant de dire si le rythme des avancées dans ce domaine est particulier aux orchestres ou relève d’une constante nationale.
Il est à noter aussi l’intérêt de la permanence de l’emploi et de son cadre légal et conventionnel, qui garantit une stricte égalité des salaires pour les musiciens. La permanence permet également d’agir sur le long terme avec des salariés sous contrat à durée indéterminée, en favorisant par exemple l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle (exemple : encadrement des périodes de maternité pour les musiciennes, organisation du travail prenant en compte la vie familiale et la garde des enfants pour tous les musiciens…). Sont donc rappelés ici les effets de la mise en oeuvre des dispositions légales ou réglementaires, des règles conventionnelles propres à la branche des entreprises artistiques et culturelles, des accords d’entreprise ou accords relatifs à l’égalité professionnelle des adhérents de l’AFO et des Forces Musicales.

C’est un travail sur la durée qui est engagé, pour lequel l’AFO et ses membres chercheront, comme à l’accoutumée, à favoriser le dialogue avec l’ensemble de leurs partenaires, dans une démarche ouverte et active. En effet, l’ensemble de cette étude doit se lire à l’éclairage du constat – évident – d’un nécessaire partage des responsabilités et des actions. Si la cause de l’égalité est incontestable, le sujet ne peut pas être compris et traité seulement de façon sectorielle. Doivent être pris en compte :
– l’état (la culture) d’une société tout entière, au sein de laquelle les familles occupent une place prépondérante dans l’éducation aux tout-premiers âges de l’enfant,
– l’action de l’enseignement général,
– celle de l’enseignement spécialisé,
– enfin celle des professionnels.

Aucune contrainte ne changera l’orchestre si la société toute entière elle-même n’évolue pas : l’ensemble des acteurs d’une véritable chaîne de responsabilités doit se mobiliser autour d’une même cause.
Pour sa part, l’AFO s’est appuyée sur ses observations et de nombreuses rencontres pour rédiger des préconisations concrètes qui font l’objet d’un document séparé.

ENQUÊTE COMPLÈTE | L’égalité femmes / hommes dans les orchestres membres de l’AFO


CHARTE POUR L’ÉGALITÉ entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras
Préconisations présentées par l’Association Française des Orchestres et Les Forces Musicales

A l’issue d’un séminaire les réunissant à Aix en Provence les 9, 10 et 11 juillet 2018, les membres de l’Association Française des Orchestres et des Forces Musicales se sont engagés à amplifier leur action en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein de leurs organisations respectives. Instruits par les résultats d’une enquête de l’AFO sur le sujet, ils ont formulé des préconisations qu’ils mettront en oeuvre localement dans leurs établissements, et en développant les partenariats nécessaires. C’est un travail sur la durée qui s’engage, pour lequel les orchestres et les opéras, leurs dirigeant.e.s et leur personnel, l’AFO et Les Forces Musicales, agiront en favorisant le dialogue avec l’ensemble des acteurs impliqués. La mise en oeuvre de cette charte fera l’objet d’une analyse annuelle, permettant d’en valider ou corriger les termes. Conscients qu’aucune contrainte ne changera l’orchestre ou l’opéra si la société tout entière n’évolue pas, ils réaffirment en effet que l’ensemble des acteurs d’une véritable chaîne de responsabilités doit se mobiliser autour d’une même cause, dès le plus jeune âge.

Les préconisations sont annexées à ce communiqué.

PRÉCONISATIONS | AFO-LFM

L’Association Française des Orchestres et Les Forces Musicales ont reçu conjointement le 22 novembre 2018 le prix européen « PEARLE*2018 » de la diversité et de l’égalité des chances suite à la rédaction de la charte pour l’égalité des genres au sein des orchestres et maisons d’opéras destinée à être mise en application par leurs membres.  Ce prix constitue un vrai encouragement pour le futur, les notions de diversité et d’égalité des chances étant aujourd’hui au cœur des démarches des orchestres et opéras.


La représentation des femmes au sein de la communication des orchestres

En juillet 2018, les membres de l’Association Française des Orchestres (AFO) et des Forces Musicales ont signé une charte en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les orchestres et les opéras. Conscients de l’importance de la représentation symbolique du monde professionnel qu’ils véhiculent auprès des professionnels et des futurs professionnels comme auprès du grand public, orchestres et opéras se sont engagés à « veiller à une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les éléments visuels des supports de communication (brochures de saison, affiches, etc.) » [préconisation 11 de la Charte]. La communication visuelle des orchestres et des opéras contribue à la constitution d’une perception collective inconsciente influençant les millions de personnes qui la voient.

Cet objectif à long terme suppose donc, dans un premier temps, de faire un état des lieux de l’existant et de « révéler » les représentations neutres, genrées ou stéréotypées que nos institutions véhiculent involontairement, pouvant ainsi contribuer à la sous-représentation des femmes et/ou à une représentation dépréciative. Il est rappelé que cette étude n’a pas pour objet de porter un regard moralisateur sur les choix de communication opérés par les orchestres et les opéras, ni de les censurer, mais qu’il s’agit de rendre compte de l’éventuelle existence de stéréotypes dans les supports de communication et de sensibiliser les équipes à cette question.

Les éléments détaillés dans cette étude ne concernent que les membres de l’Association Française des Orchestres. Il faut donc garder à l’esprit que sont majoritairement concernés ici des orchestres et non des opéras.
Cette distinction est particulièrement importante au vu de l’objet de l’enquête. En effet, la nature et l’utilisation des visuels varient selon qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre : les visuels associés aux opéras
illustrent un récit particulier et font référence à un spectacle, ce que font moins souvent les visuels associés aux représentations symphoniques.

ENQUÊTE COMPLÈTE – La représentation des femmes au sein de la communication des orchestres


La représentation des femmes dans la programmation des orchestres

Dès 2009, l’Association Française des Orchestres donnait une première image de la place des femmes au sein de ses membres. En 2017, une nouvelle étude sur la répartition des femmes et des hommes au sein des effectifs artistiques, administratifs et techniques des orchestres permettait d’établir un état des lieux statistique actualisé, préalable indispensable à la mise en œuvre d’une stratégie nationale en faveur de l’égalité.

En juillet 2018, les membres de l’Association Française des Orchestres (AFO) et des Forces Musicales ont signé une charte en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les orchestres et les opéras. Ensemble, ils s’engagent à collecter les données relatives à l’égalité entre les femmes et les hommes : […] pour les cheffes, les cheffes de chœur, les metteuses en scène, les chorégraphes, les compositrices et les librettistes. » Cette enquête permet d’obtenir une « photographie » nationale de la place des femmes dans ces institutions et servira de point de départ à d’autres études comparatives sur les saisons à venir.

Les éléments détaillés dans cette étude ne concernent que les membres de l’Association Française des Orchestres. Il faut donc garder à l’esprit que sont majoritairement concernés ici des orchestres et non des opéras. Cette distinction est particulièrement importante concernant notamment les métiers suivants : metteuse en scène, librettistes, chorégraphes, costumières, décoratrices. Les résultats concernant ces métiers et les représentations lyriques de manière générale peuvent ne pas être représentatifs en raison d’une faible échantillon d’opéras enquêtés à ce jour (8 brochures d’opéras)

ENQUÊTE COMPLÈTE – La représentation des femmes dans la programmation des orchestres


Répertoire d’œuvres de compositrices

Dans le cadre de son engagement pour l’égalité des genres, l’Association Française des Orchestres a contribué aux côtés du Centre de documentation de la musique contemporaine, l’association Plurielles 34 et Futurs Composés pour la création d’un répertoire d’œuvres de compositrices vivantes.

Ce travail a vocation à faire connaître des compositrices et la richesse de leurs œuvres afin de favoriser la programmation de ces dernières par les orchestres.

Ce recensement est non exhaustif.