Grand Angle

[Portrait de cheffe d’orchestre] JAGODA WYRWIŃSKA

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Ancienne élève de la Faculté de direction d’orchestre, de composition et de théorie de la musique de l’Académie de musique de Gdańsk, Jagoda Wyrwińska est diplômée en 2018 du programme de direction d’orchestre symphonique et d’opéra dirigé par le professeur Elżbieta Wiesztordt-Sulecińska. A chaque année universitaire, Jagoda a reçu la bourse du meilleur élève par le président de l’Académie.

Depuis août 2018, Jagoda Wyrwińska est cheffe d’orchestre adjointe à l’Opera Nova de Bydgoszcz. Elle travaille également à l’école de musique d’État Feliks Nowowiejski de Gdańsk où elle dirige l’orchestre symphonique et l’orchestre de chambre.

Elle a élargi ses connaissances et amélioré ses compétences en assistant à des cours dirigés par des chefs tels que Szymon Bywalec, Rafał Jacek Delekta, Jose Maria Florencio, Colin Metters, Zsolt Nagy, Georg Tchitchinadze et Lena-Lisa Wüstendörfer. Son expérience fut complétée auprès de l’Opéra de Wrocław, de l’Opera Nova à Bydgoszcz, des opéras philharmoniques de Warmia et Mazury à Olsztyn, de la Beethoven Academy, de l’orchestre philharmonique polonais Wojciech Kilar « Sinfonia Baltica » à Słupsk, du Polish Chamber Philharmonic à Sopot, des orchestres de chambre et symphoniques des académies de musique de Wrocław et de Gdańsk, de l’Orchestre de chambre Elbląg et de la Philharmonie polonaise de la Baltique.

A ce jour, Jagoda Wyrwińska a dirigé plus de soixante-dix concerts. Elle est cheffe du Pruszcz Gdański City Orchestra; elle dirige également l’orchestre symphonique de Gdynia et l’orchestre de l’université de médecine de Gdańsk.

En mars 2017, elle reçoit une mention honorable au deuxième Concours national Adam Kopyciński pour étudiants en direction d’orchestre à Wrocław. Elle a créé l’orchestre Batuto contro il resto – un orchestre de chambre à l’École nationale de musique de Gdańsk – qui a remporté la deuxième place au premier Concours national des orchestres à cordes de Bydgoszcz.

Source : La Maestra

Crédit photo : La Maestra

[Portrait de cheffe d’orchestre] GLADYSMARLI VADEL

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Gladysmarli Del Valle Vadel Marcano est née à San Felipe (Venezuela) en 1995. Elle commence ses études musicales à l’âge de 4 ans au sein de chorales d’enfants et d’orchestres de jeunes du Venezuela. Son instrument de musique est le violon. À 8 ans, elle entre au Conservatoire de musique Mescoli White Star où elle apprend la théorie musicale, reçoit des cours individuels de violon et joue dans un orchestre. L’année suivante, elle devient membre de l’orchestre de jeunes de San Felipe sous la direction du maestro Diego Armando Guzmán.

En janvier 2006, elle intègre l’orchestre symphonique de Yaracuy et l’orchestre des jeunes de Yaracuyana en tant que violoniste. Elle se révèle très active dans les activités techniques et artistiques de l’orchestre pendant six ans. Sa première expérience en direction est avec l’orchestre des jeunes de Yaracuyana lors d’une tournée en 2012 en Colombie. Elle commence ensuite ses études de direction d’orchestre en 2013 avec Teresa Hernandez, à l’École de direction d’orchestre José Antonio Abreu El Sistema et à l’Université expérimentale des arts sous la direction d’Alfredo Rugeles.Elle s’est formée avec des maestri tels que Rodolfo Sanglimbeny, Pablo Catellanos, Miguel Ángel Monrroy, David Cukber et Dick Van Gasteren. Elle a assisté à des master classes de violon avec Sergio Celis, Iraida Charito Mora, Pablo Vásquez, Eddy Marcano, Edgar Aponte et Gerónimo Isturiz, entre autres.

En 2018, elle est nommée directrice de l’orchestre symphonique des jeunes du conservatoire Simón Bolívar. Elle travaille actuellement comme chef d’orchestre itinérante et joue avec des orchestres tels que Barloventeña Youth, Antonio José de Sucre régional, Symphonie Aragua, orchestre symphonique des jeunes Yaracuyana, orchestre symphonique des jeunes de Valencia, Symphonie Carabobo, Symphonie de Mérida, Orchestre métropolitain de l’Ouest, entre autres. Elle reste une élève des maîtres Alfredo Rugeles, Pablo Castellano et Rodolfo Sanglimbeny. Gladysmarli a également étudié le droit à l’Université centrale du Venezuela.

Source : La Maestra

Crédit Photo : Gladysmarli Vadel

[Portrait de cheffe d’orchestre] Sara Caneva

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Sara Caneva, née en 1991, a obtenu son diplôme avec distinction en composition, piano et direction d’orchestre au conservatoire S. Cecilia de Rome et au conservatoire G. Verdi de Milan  sous la direction de V. Parisi.

En 2015, elle obtient une bourse Erasmus pour être étudiante invitée en direction d’orchestre à la Musikhochschule de Stuttgart où elle travaille sous la direction de P. Borin. Elle est sélectionnée pour se produire lors des Dirigentenppodium Baden-Württenberg. Elle décroche ensuite une place au programme pour jeunes artistes du Teatro dell’Opera di Roma « Fabbrica » en 2016-2017. Au sein de ce théâtre, elle dirige la création d’un diptyque d’opéra contemporain ainsi que sa pièce On-Off, commandée par la Fabbrica.

Elle approfondit sa formation en direction et composition, en passant par des classes de maître avec des chefs tels que J. Stockhammer, P. Eötvös, G. Vajda, G. Noseda, C. Metters, E. Nicotra et G. Gelmetti à l’Accademia Musicale Chigiana. Après avoir faire ses débuts avec L’Elisir d’amore à Orvieto en 2014, elle collabore avec le Danubia Orchestra Óbuda au Budapest Music Center, l’Orchestre Symphonique Savaria, le Berlin Sinfonietta, l’Ensemble ‘900 de l’Accademia di Santa Cecilia, l’Ensemble IEMA au sein du Festival Klangspuren Schwaz, et l’orchestre des jeunes du Teatro dell’Opera di Roma, entre autres.

Sara a dirigé un certain nombre de premières mondiales et joue un rôle considérable dans le domaine de la musique contemporaine. Elle a été directrice adjointe de V. Parisi au festival MiTo 2015 et au Philharmonia M. Jora Bacau en 2018. La même année, elle a été demi-finaliste du Concours de direction G. Facchinetti. En 2016, elle fonde l’Ensemble Formanti qui est consacré aux nouvelles musiques et dont elle a été chef d’orchestre et directrice artistique jusqu’en 2017.

En décembre 2018, Sara Caneva a dirigé la finale du concours de composition «Michele Novaro» sur la scène du Quirinale et transmis en direct sur Rai Radio3. Parmi ses prochains engagements, elle dirigera l’Orchestra Regionale Toscana à Florence et le Schallfeld Ensemble (AT) dans une tournée internationale.

Visiter le site de Sara Caneva

Source : La Maestra

Crédit photo : Site de Sara caneva

[Portrait de cheffe d’orchestre] Marie Rosenmir

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Après un parcours impressionnant en tant que chanteuse professionnelle, Marie Rosenmir a commencé sa carrière de cheffe d’orchestre au sein de l’équipe musicale de l’Opéra de Göteborg à l’occasion d’une production de Manon Lescaut de Puccini. Elle a ensuite dirigé au Folkoperan à Stockholm. En 2017, elle fait ses débuts à la direction de l’Opéra Royal de Suède avec La Flûte Enchantée. Au cours de la saison 2018-19, elle est de nouveau invitée à l’Opéra de Göteborg et en 2021, elle reviendra au Folkoperan.

En tant que cheffe d’orchestre symphonique, Marie travaille régulièrement avec tous les grands orchestres suédois et elle a également travaillé avec des orchestres de premier plan de la République tchèque, du Danemark, de la Norvège et du Royaume-Uni (Orchestra of the Age of Enlightenment).

Le répertoire de Marie s’étend de la musique du XVIIIe siècle à la musique contemporaine. Elle a une affinité particulière pour les sons et le style de la période classique viennoise, mais elle a également créé plusieurs œuvres à la fois en tant que cheffe d’orchestre et en tant que chanteuse. Elle a par ailleurs enregistré pour la télévision et la radio suédoises des œuvres nouvelles importantes.

Marie a reçu le prix du chef d’orchestre suédois en 2006 et a reçu le prix de la fondation Marianne et Sigvard Bernadotte la même année. À la fois en tant que chanteuse et cheffe d’orchestre, elle a reçu l’enseignement des plus grands noms; Elisabeth Söderström, Thomas Quasthoff, Graham Johnson, Johannes Schlaefli et Alan Gilbert. Elle est titulaire d’un diplôme de direction d’orchestre du Royal College of Music de Stockholm où elle a étudié avec Jorma Panula.

Passionnée d’ouverture et d’excellence dans le domaine de la musique, Marie a dirigé en 2016 la cérémonie de remise du prix Nobel, diffusée en direct dans le monde entier.

Site de Marie Rosenmir

Source : La Maestra

Crédit Photo : Elias Gammelgard

[Portrait de cheffe d’orchestre] JIAJING LAI

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Jiajing LAI a récemment remporté le 2e prix et le prix OFUNAM du 1er Concours international de direction OFUNAM. De retour au China National Centre for Performing Arts, elle crée l’opéra de chambre A Story About Growing Up.

Née en 1991 à Hunan, en Chine, Jiajing Lai a reçu son premier cours de piano à l’âge de cinq ans. A l’âge de 12 ans, elle est admise en classe à horaire aménagé et étudie le piano au conservatoire de musique Xinghai à Guangzhou. Elle est claveciniste dans l’orchestre de chambre de l’école de 2005 à 2008. En 2009, elle entre au Conservatoire central de musique de Pékin où elle étudie la direction d’orchestre sous la direction de Chen Lin. Elle obtient un master en direction d’orchestre au Conservatoire supérieur de musique de l’Université de Cincinnati en 2018.

En 2012, Jiajing Lai débute en tant que cheffe assistante du China National Opera House. En décembre, sa première de La Bohème de Puccini connut un succès immédiat. La même année, elle est la plus jeune candidate du 1er Concours national de direction Li Delun, et elle atteint la demi-finale.

En mars 2013, elle a l’honneur d’être sélectionnée par le maestro Bernard Haitink pour participer à la classe de maître au Festival de Lucerne en Suisse. En 2014-2015, Jiajing Lai est nommée cheffe au China Chamber Opera Composing Competition, elle est également cheffe assistante et coach d’opéra lors de la création mondiale d’Opera NORA au Grand Théâtre de Tianjin, en Chine. Elle s’illustre par sa direction de La Traviata avec l’opéra national de Chine à Pékin et Così Fan Tutte avec le Creation Opera Institue de Taiwan. En 2017, elle est invitée à participer à la Gstaad Conducting Academy avec le Maestro Jaap van Zweden, et fait ses débuts avec le Gstaad Music Festival Orchestra.

Le talent musical de Jiajing Lai a été reconnu ces dernières années par des chefs internationaux tels que Lorin Maazel, Bernard Haitink et Michael Tilson Thomas.

Jiajing Lai est actuellement cheffe assistante du Central Conservatory of Music Symphony Orchestra.

Source : La Maestra

Crédit Photo : Jiajing Lai

[Portrait de cheffe d’orchestre] Yuwon Kim

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Yuwon Kim, originaire de Daegu en Corée du Sud, est actuellement boursière du Curtis Institute of Music, où elle travaille en étroite collaboration avec le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin.

Lauréate du concours international de musique Princess Astrid en 2018, Yuwon Kim a travaillé avec le Tonhalle-Orchester Zurich; les orchestres philharmoniques des Pays-Bas, de Bad Reichenhall et du sud de la République tchèque; les orchestres symphoniques du nord des Pays-Bas, de Trondheim, de Saint-Pétersbourg, de la Corée du Sud et de Prague; Residentie Orkest The Hague; l’Aspen Conducting Academy Orchestra; et l’Austrian Ensemble for New Music. Elle a également assisté Thomas Adès et Juanjo Mena au Los Angeles Philharmonic, Xian Zhang à la NJO: Dutch Orchestra and Ensemble Academy et Jac van Steen à Opera North (Royaume Uni).

Elle reçoit en 2015, la bourse Holland du ministère de l’Éducation, de la Culture et des Science des Pays-Bas. En 2014, elle reçoit le prix Robert Spano du Aspen Music Festival and School.

Yuwon Kim est titulaire d’une licence en composition et direction d’orchestre de l’Université nationale de Séoul et d’une maîtrise en musique de l’Université Mozarteum de Salzbourg, où elle a étudié la direction d’orchestre avec Dennis Russell Davies, Hans Graf et Bruno Weil. Elle a également participé à des classes de maîtres avec Marc Albrecht, Bernard Haitink, Kurt Masur, Leonard Slatkin et David Zinman.

Source : La Maestra

Crédit Photo : Yuwon Kim

[Portrait de cheffe d’orchestre] Maria Fuller

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Originaire de Earl Grey au Canada, Maria Fuller est cheffe d’orchestre, pianiste et trompettiste. Elle est également coach vocal, compositrice et arrangeur de renom. En direction, elle possède un large éventail de répertoires et d’intérêts, de J.S. Bach à Steve Reich, de Richard Strauss à la compositrice canadienne de renom, Elizabeth Raum.

Au piano, Mme Fuller a été lauréate à deux reprises de plusieurs finales nationales de concours canadiens. Plus récemment, Maria a joué en solo avec le Longview Symphony, le Cincinnati Ballet et le CCM Philharmonia. En tant que chambriste, elle s’est produite dans toute l’Europe et en Amérique du Nord et a été demi-finaliste du concours national de chambre Fischoff, et au concours de musique de chambre Plowman avec son trio de pianos, Geistrio. En janvier dernier, elle et le trompettiste américain Chase Hawkins ont sorti ensemble un CD intitulé «Great Southern Land» (label Parma Navona Recording).

À l’opéra, Fuller a travaillé avec les compagnies d’opéra de Saskatoon et de Cincinnati et a récemment dirigé La Clemenza Di Tito de Mozart au College-Conservatory of Music (CCM). Au printemps dernier, Mme Fuller a été répétitrice et cheffe assistante pour Die Fledermaus, production de Saskatoon Operas, et elle reviendra en tant que directrice musicale la saison prochaine. Elle dirigera également Casse-Noisette avec le TBSO et le Ballet du Minnesota au mois de décembre.

Pendant trois années consécutives, Maria a remporté le titre de cuivre lors de finales provinciales du Saskatchewan et a été saluée partout en Amérique du Nord pour ses performances à la trompette. Elle a joué avec le Regina Symphony Orchestra et d’autres ensembles régionaux. Plus récemment, elle a écrit un morceau pour trompette, piano et cordes, intitulé «Fractals», qu’elle a dirigé du piano à l’Institut Chautauqua cet été avec le trompettiste Aaron DuBois. Maria compose et arrange des pièces vocales et orchestrales.

La carrière de Maria en tant que cheffe d’orchestre a débuté sous la forme d’un troisième master, au CCM, sous le mentorat de Mo. Mark Gibson. Tout en apprenant le métier, elle a été invitée à auditionner avec quatre grands orchestres canadiens. Elle est actuellement cheffe résidente et directrice de choeur pour le Thunder Bay Symphony, en Ontario. Elle a également été invitée à assister à la Hochschule de Munich et à diriger divers ensembles d’opéra américains et canadiens. Elle a récemment été lauréate de la bourse de recherche David Effron 2019 au Chautauqua Institute, où elle a travaillé aux côtés des chefs d’orchestre Timothy Muffitt, JoAnn Falletta et Rossen Milanov.

Maria est titulaire d’une licence de piano de l’Université McGill, d’un master en piano, d’un diplôme en coaching d’opéra et d’un master en direction d’orchestre du CCM.

Visiter le site internet de Maria Fuller

Source : La Maestra

Crédit Photo : Kevin Dempsey

[Portrait de cheffe d’orchestre] Holly Hyun Choe

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Holly Hyun Choe est une cheffe d’orchestre américano-coréenne originaire de Los Angeles. Elle est actuellement directrice musicale de l’Orchesterverein Wiedikon et de l’orchestre symphonique des anciens élèves de l’Université de Saint-Gall, en Suisse. Holly est également membre du Deutscher Musikrat Dirigentenforum en Allemagne et a dirigé des concerts avec le Heidelberg Symphony, le Hofer Symphoniker er le Brandenburg Symphoniker. Elle est l’une des lauréates de la bourse de recherche Marin Alsop Taki Concordia.

En 2018/19 elle dirige notamment des concerts avec le Sønderjyllands Symfoniorkester au Danemark et en Allemagne et des concerts pour enfants avec le Collegium Musicum Basel. Elle met à son répertoire les compositrices primées Jennifer Higdon et Grazyna Bacewicz et a créé trois nouvelles œuvres de compositeurs suisses: « Neon Diaries » de Cedric Ziegler, « Pages d’écriture » de Marylène Müller et « Artikel einunddressig » de Jacqueline Gemperli.

Pour la saison 2019/20 elle travaillera avec le Musikkollegium Winterthur, la Janacek Philharmonie Ostrava, la Hradec Kralove Filharmonie, le Olten Filharmoni Orchestra, l’Opéra de Pilsen, l’Orchestre symphonique d’Izmir et l’Ensemble Reflektor, le Wiener Staatsoper avec le programme de mentorat de Peter Eötvös, and assistera Leonard Slatkin.

Holly a reçu l’enseignement de chefs tels que Bernard Haitink, Neeme Järvi, Paavo Järvi, Kristjan Järvi au festival Pärnu, Jaap van Zweden, Sylvia Caduff, Simone Young et Teodor Currentzis. Pendant ses études à la Haute école des arts de Zurich (ZHdK), elle dirige plusieurs orchestres professionnels (symphonie de Trondheim, symphonie de Heidelberg, orchestre du festival de Gstaad, symphonie de Brandebourg, Orchestre de Picardie et symphonie de Hofer).

Elle a joué avec une imprimante 3D dans une performance live de « Black Wire Concertina # 1-5 » (Stefan Bachmann). Afin de lier différentes cultures, elle a dirigé pendant trois ans un ensemble de plus de 250 membres, Samulnori, jouant de la musique de percussion traditionnelle coréenne sous la forme d’une fanfare américaine se produisant dans plusieurs défilés nationaux des États-Unis. Fervente partisane de la création contemporaine, elle a présenté en première mondiale des compositeurs vivants originaires de Grèce, du Mexique, de Suède, de Suisse, de Chine, de France, de Corée du Sud et des États-Unis.

Sa passion s’étend à l’éducation et la santé. Elle donne des cours de direction pour débutants à la ZHdK et a enseigné pendant sept ans dans des colonies musicales. Elle a mené des séminaires de direction dans des écoles, des maisons de retraite, un centre pour adultes handicapés, l’Institut de services aux familles d’immigrants pour immigrants haïtiens et elle fut artiste invitée au Isabella Stewart Gardner Arts Museum de Boston.

Holly est clarinettiste autodidacte dès l’âge de treize ans. Elle reçoit son premier cours de musique à l’âge de dix-neuf ans. Elle obtient une bourse d’études complète pour sa licence en clarinette et formation musicale au Conservatoire Bob Cole à Long Beach en Californie. Elle fait un premier master en direction au New England Conservatory avec Charles Peltz, et a récemment terminé son master de direction d’orchestre au ZHdK avec Johannes Schlaefli.

Visiter le site d’Holly Hyun Choe

Source : La Maestra

Crédit photo : Site de Holly Hyun Choe

[Portrait de cheffe d’orchestre] Sara Caneva

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Sara Caneva, née en 1991, a obtenu son diplôme avec distinction en composition, piano et direction d’orchestre au conservatoire S. Cecilia de Rome et au conservatoire G. Verdi de Milan  sous la direction de V. Parisi.

En 2015, elle obtient une bourse Erasmus pour être étudiante invitée en direction d’orchestre à la Musikhochschule de Stuttgart où elle travaille sous la direction de P. Borin. Elle est sélectionnée pour se produire lors des Dirigentenppodium Baden-Württenberg. Elle décroche ensuite une place au programme pour jeunes artistes du Teatro dell’Opera di Roma « Fabbrica » en 2016-2017. Au sein de ce théâtre, elle dirige la création d’un diptyque d’opéra contemporain ainsi que sa pièce On-Off, commandée par la Fabbrica.

Elle approfondit sa formation en direction et composition, en passant par des classes de maître avec des chefs tels que J. Stockhammer, P. Eötvös, G. Vajda, G. Noseda, C. Metters, E. Nicotra et G. Gelmetti à l’Accademia Musicale Chigiana. Après avoir faire ses débuts avec L’Elisir d’amore à Orvieto en 2014, elle collabore avec le Danubia Orchestra Óbuda au Budapest Music Center, l’Orchestre Symphonique Savaria, le Berlin Sinfonietta, l’Ensemble ‘900 de l’Accademia di Santa Cecilia, l’Ensemble IEMA au sein du Festival Klangspuren Schwaz, et l’orchestre des jeunes du Teatro dell’Opera di Roma, entre autres.

Sara a dirigé un certain nombre de premières mondiales et joue un rôle considérable dans le domaine de la musique contemporaine. Elle a été directrice adjointe de V. Parisi au festival MiTo 2015 et au Philharmonia M. Jora Bacau en 2018. La même année, elle a été demi-finaliste du Concours de direction G. Facchinetti. En 2016, elle fonde l’Ensemble Formanti qui est consacré aux nouvelles musiques et dont elle a été chef d’orchestre et directrice artistique jusqu’en 2017.

En décembre 2018, Sara Caneva a dirigé la finale du concours de composition «Michele Novaro» sur la scène du Quirinale et transmis en direct sur Rai Radio3. Parmi ses prochains engagements, elle dirigera l’Orchestra Regionale Toscana à Florence et le Schallfeld Ensemble (AT) dans une tournée internationale.

Source : La Maestra

Crédit photo : Site Sara Caneva

[Portrait de cheffe d’orchestre] ELENI PAPAKYRIAKOU

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

La cheffe d’orchestre grecque Eleni Papakyriakou a terminé ses études de direction d’orchestre à l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne avec les professeurs Uroš Lajovic et Johannes Wildner, successeurs de la tradition d’enseignement de Hans Swarowsky.

Après avoir obtenu son diplôme, elle a pris le poste de cheffe de choeur au Landestheater Niederbayern à Passau (Allemagne), où elle dirige actuellement de nombreuses représentations d’opéra. Dans l’intervalle, elle a été nommée cheffe d’orchestre et directrice artistique de l’Orchestre de l’Université de Passau après avoir dirigé au pied levé la première symphonie de Mahler. Elle dirige de grandes œuvres symphoniques telles que Scheherazade, Symphonie Fantastique, Nullte de Bruckner et Quatrième symphonie de Tchaïkovski lors de concerts à guichets fermés. En mai 2019, elle commence sa collaboration avec l’Akademischer Orchesterverein Wien.

Au cours de ses études, elle a été cheffe d’orchestre adjoint à l’Académie internationale de l’opéra de Vienne, prenant en charge des représentations d’opéra. Elle a assisté à des masterclasses avec Bertrand de Billy, Fabio Luisi, Nicolás Pasquet, Karolos Trikolidis et Myron Michailidis, où les membres de l’orchestre l’ont désignée comme l’une des meilleures participantes. En tant que boursière de la Fondation Tokyo, elle a dirigé un ensemble avec des musiciens de New York, Paris et Vienne lors d’un concert diffusé en direct.

Eleni Papakyriakou est également diplômée en musicologie, composition et piano et a dirigé plusieurs premières mondiales.

Visiter le site d’Eleni Papakyriakou

Source : La Maestra

Crédit photo : © Peter Litvai