orchestre

Le dialogue entre les peuples, un enjeu orchestral

Vendredi 27 octobre, les 80 musiciens du West-Eastern Divan Orchestra, se sont produits à la Philharmonie de Paris, la deuxième fois depuis l’inauguration des lieux en 2015. 

L’orchestre

 

Le West-Eastern Divan Orchestra a été créé en 1999 par Daniel Barenboïm, chef d’orchestre israelo-argentin et Edward Saïd, écrivain et critique américo-palestinien.

Toujours dirigé actuellement par Daniel Barenboïm surnommé « El Maestro », l’orchestre compte actuellement 80 musiciens d’origines variées (Syrie, Liban, Iran, Egypte, Espagne, France).

Son objectif est de promouvoir le dialogue entre palestiniens et israéliens à travers la musique.

Chaque été, l’orchestre part donc en tournée internationale pour mobiliser les diverses populations à créer ou maintenir le dialogue à travers la pratique artistique.

En 2016, l’orchestre devient une référence mondiale  en recevant le titre d’ « ambassadeur mondial pour la compréhension culturelle ».

Paroles de musiciens

Sadra Fayyaz, altiste de l’orchestre, insiste sur le fait que le Divan est avant tout un orchestre et non un organe politique. Il ajoutera que, malgré quelques tensions géopolitiques qui réapparaissent de temps en temps, il n’y a presque plus de disputes depuis quelques années.

« On fait surtout attention aux blagues sur les communautés », précise un violoncelliste de l’orchestre.

« Il y a une énergie folle dans ce groupe. […] 90% d’entre nous ont un passé compliqué mais ici, on se retrouve tous autour de la musique. […] La musique est l’un des seuls moyens de dialogue entre Israéliens et Palestiniens » ajoute le jeune altiste iranien

L’EUYO quitte Londres pour l’Italie

L’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne a annoncé qu’il allait quitter Londres où il est installé depuis sa création en 1976. Cette décision est une conséquence de la volonté du Royaume-Uni de sortir de l’Union  Européenne. 

L’ORCHESTRE DES JEUNES DE L’UNION EUROPÉENNE

L’Orchestre des jeunes de l’Union européenne (EUYO) est l’un des principaux orchestres symphoniques du monde. Décrit par le UK Guardian comme ayant « un jeu orchestral passionnant et exaltant, une énergie débordante, une concentration laser et une audace collective … [avec] une prouesse technique qui est carrément terrifiante », et par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en tant que «meilleur ambassadeur possible de l’Union européenne», il a constitué un pont exceptionnel entre les écoles de musique et le monde de la musique professionnelle pour les générations de musiciens les plus talentueux d’Europe depuis sa création en 1976.

L’orchestre réunit aujourd’hui 116 musiciens âgés de 16 à 24 ans issus de toute l’Europe. Dans le cadre de ses missions, il est capital que l’orchestre séjourne dans un pays membre de l’Union Européenne.

MIGRATION

Conséquence du Breixit (effectif en mars 2019), l’EUYO ne s’établira plus à Londres mais en Italie, dès 2018. L’orchestre se dirige vers le pays de cœur du directeur musical fondateur de l’UEYO, Claudio Abbado.

« Cette décision promet un avenir audacieux, imaginatif et durable pour l’EUYO » déclare Marshall Marcus, le directeur de l’orchestre. Il précise dans un communiqué l’existence d’un futur siège juridique et opérationnel à Ferrare et à Rome. A partir de 2018, l‘EUYO commencera des résidences annuelles de printemps et d’automne au Teatro Abbado à Ferrare. L’orchestre étend ses relations et collaborations professionnelles en organisant la résidence d’été au Grafenegg Festival, en Autriche et en devenant partenaire avec Bruxelles afin de créer l’orchestre flammand des jeunes.

« En tant que co-présidents de l’EUYO, nous sommes ravis du nouvel accord avec le gouvernement italien et la ville de Ferrare, qui constitue un soutien majeur aux réalisations et au potentiel de l’EUYO en tant que preuve concrète de l’action de l’Europe. Avec l’accord avec Grafenegg en Basse-Autriche, soutenu en permanence par un financement de base de l’UE, l’Orchestre peut espérer un avenir positif et sûr, c’est un bon jour pour la coopération musicale et culturelle en Europe. de confiance dans l’Orchestre des jeunes de l’Union européenne  » Sir John Tusa, coprésident de l’IYF et Ian Stoutzker CBE, coprésident de l’IYF et président du conseil d’administration de l’EUYO Orchestra.

RÉACTIONS

Les internautes britanniques ont réagi à la nouvelle sur les réseaux sociaux :

« C’est une perte énorme pour le Royaume-Uni … »

« Mon dieu ! S’il vous plait, arrêtez le breixit ! » un internaute à propos du fait que l’EUYO quitte le Royaume-Uni pour l’Italie.

Voir le communiqué de presse

 

Jacques Lacombe, nommé directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse

En septembre 2018, Jacques Lacombe succédera à Patrick Davin à la direction musicale de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse (OSM).

Nommé directeur désigné pour une durée d’un an dès septembre 2017, il aura notamment en charge la programmation de la saison 2018-2019 de l’Orchestre. Sa prise de fonction en tant que directeur musical et artistique en titre sera effective à compter du 1er septembre 2018 et ce pour 3 ans.

La nomination de Jacques Lacombe fait suite à un processus de recrutement effectué en présence d’un jury composé d’élus de la Ville de Mulhouse et de représentants des partenaires publics de l’OSM (la DRAC Grand Est, le Conseil Régional Grand Est, le Conseil Départemental du Haut-Rhin et l’Opéra national du Rhin), en présence de représentants des musiciens de l’orchestre.

Âgé de 53 ans, le chef d’orchestre québécois a été formé à la Hochschule für Musik de Vienne ainsi qu’au Conservatoire de Musique du Québec à Trois-Rivières et à Montréal où il est professeur de la classe de direction d’orchestre.

Chef d’orchestre principal de l’Opéra de Bonn en Allemagne et directeur musical de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Jacques Lacombe fut directeur musical du New Jersey Symphony de 2010 à 2016. Premier chef invité de l’Orchestre symphonique de Montréal de 2002 à 2006 après avoir occupé les fonctions de directeur musical de la Philharmonie de Lorraine, à Metz en France. Ses débuts au prestigieux Carnegie Hall de New York ont été salués avec enthousiasme par le New York Times soulignant que sa carrière sur la scène internationale a été propulsée par son intégrité artistique et à sa complicité avec les musiciens et les orchestres qu’il dirige.

En plus de collaborations avec de nombreux orchestres et maisons d’opéra en Amérique du Nord, Jacques Lacombe a travaillé en Europe notamment avec l’Orchestre symphonique de Mulhouse, l’Opéra national du Rhin, le Royal Opera House de Covent Garden à Londres et le Deutsche Oper de Berlin où il est régulièrement invité depuis 2005.

Télécharger le communiqué de presse

L’Orchestre Poitou-Charentes change de nom

L’Orchestre Poitou-Charentes, résident historique du Théâtre Auditorium de Poitiers, effectue sa mutation et devient l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (OCNA).

La nouvelle appellation traduit une volonté d’adaptation à la réalité des nouveaux territoires de la grande région, tout en perpétuant une vocation itinérante affirmée depuis la création de l’orchestre en 1981.

Au-delà de ce nouvel ancrage géographique, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine revendique désormais un format spécifique de 45 à 50 musiciens, adapté aux répertoires les plus variés tout en restant dans la dimension symphonique classique.

La première saison de l’OCNA reflète bien la diversité des esthétiques de l’orchestre : de Mozart à Dvorak jusqu’à Augustin Braud, jeune compositeur poitevin, invité par l’orchestre en résidence.

Télécharger le communiqué de presse

L’AFO accueille un nouveau membre : l’Orchestre de la Garde républicaine

Lors de leur assemblée générale du 6 mars dernier à Paris, les membres de l’AFO ont accepté l’adhésion d’une 43e formation orchestrale professionnelle – l’Orchestre de la Garde républicaine – au sein de leur association.

Créé en 1848, l’Orchestre de la Garde républicaine figure au premier rang des cinq formations musicales de ce corps. Chargée de la sécurité des palais nationaux, de missions de sécurité publique et de représentation protocolaire, cette unité administrative de la Gendarmerie nationale compte aussi notamment en son sein le Chœur de l’armée française. L’orchestre intègre l’AFO avec la volonté de défendre, aux côtés des formations adhérentes, la musique symphonique en France et à l’international.

Il donne une centaine de concerts par an et peut prendre différentes formes (orchestre symphonique, à cordes ou d’harmonie et quatuor à cordes), tant pour des prestations officielles (dîners à l’Élysée, commémorations et soirées de gala) que pour s’intégrer aux saisons musicales des grandes salles de concerts et des festivals. Depuis 1872, de très nombreuses tournées ont affirmé son excellence dans le monde entier.

Les musiciens interprètent un répertoire varié du XVIIème siècle à nos jours, en Ile-de-France comme en régions. Au cours de la saison 2016-2017, ils se produisent notamment à la Philharmonie de Paris, en la Cathédrale St Louis des Invalides, au Musée d’Orsay, à l’auditorium de Lyon, en la cathédrale de Rouen, au théâtre Champ Fleuri à Saint-Denis de l’île de la Réunion et dans les festivals de Lourdes et de Chambord. Pour la deuxième année consécutive, ils ont été choisis par Radio Classique pour son concert de Noël, donné à la Philharmonie de Paris et retransmis en direct sur ses ondes.

Depuis 1997, l’orchestre est dirigé par le colonel François Boulanger. Lauréat de concours internationaux et titulaire de cinq prix du conservatoire national supérieur de musique de Paris, François Boulanger a dirigé l’Orchestre national de Lyon et l’Orchestre National de Lille. Son chef-adjoint, le lieutenant-colonel Sébastien Billard, a obtenu ses premières récompenses au CNR de Rouen en formation musicale, clarinette, musique de chambre et écriture. Il a notamment dirigé le Chœur et l’Orchestre des Grandes Ecoles et le Chœur et l’Orchestre des Universités de Paris.

Télécharger le communiqué de presse de l’adhésion de l’orchestre à l’AFO

Contact Presse AFO
Christine Brion-Pietrzyk
Chargée de communication
Tél. : 01 42 80 26 27
Mél. : cbrionpietrzyk@france-orchestres.com                                                                                       

Actu / Concours de composition

L’Orchestre d’Auvergne et l’Orchestre des Pays de Savoie lancent un concours de composition.

Profil des candidats:

Le concours est ouvert à de jeunes compositeurs de tous horizons géographiques, âgés de 18 à 40 ans maximum à la date de clôture des inscriptions le 20 mai 2017 ayant suivi un cursus de composition ou d’orchestration.

L’œuvre :
– une création inédite
– une œuvre dirigée à dimension participative pour chanteurs amateurs et orchestre à cordes
– durée : 10 minutes maximum
– l’œuvre doit comporter deux parties distinctes (orchestrale et participative)

Détail de la commande dans le règlement du concours.

Prix du jury : une dotation financière de 3000 euros sera partagée de moitié entre les deux candidats lauréats.
Prix du public : une dotation financière de 1500 euros sera accordée en supplément au lauréat ayant obtenu le plus de vote de la part du public. La pièce lauréate recevant  le Prix du public sera jouée au programme  lors de certains concerts des deux formations pendant toute la saison 2017/2018, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Jury :
Deux œuvres seront sélectionnées par les membres du jury composé de :
Roberto Forés Veses, directeur musical de l’Orchestre d’Auvergne
Nicolas Chalvin, directeur musical de l’Orchestre des Pays de Savoie
Thierry Pécou, compositeur
Luis Naón, compositeur

Étapes du concours :
– 20 janvier 2017 : Ouverture des inscriptions
– 20 mai 2017 : Clôture des inscriptions
– 31 mai 2017 : Remise des partitions par envoi postal
– 12 juin 2017 : Sélection de deux œuvres lauréates par le jury
– 28 juin 2017 : Enregistrement des deux œuvres lauréates afin de les soumettre au vote du public (été 2017)
– 15 septembre 2017 : Résultats du vote et remise du Prix du public

 

Règlement du concours  

Formulaire d’inscription en ligne 

Télécharger l’affiche

L’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur accueille un nouveau chef

Benjamin Levy succéde à Wolfgang Doerner et Philippe Bender à la tête de l’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur. Benjamin Levy, dont l’excellence est saluée aussi bien par la presse que par le public, apportera toute son énergie, sa fraîcheur et sa vision artistique à l’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur pour conforter sa qualité musicale, affirmer sa présence aussi bien à Cannes que dans la région, et contribuer au rayonnement national et international de l’Orchestre.

Benjamin Levy a à cœur de multiplier les projets artistiques avec l’ensemble des acteurs culturels de la ville de Cannes, du Département des Alpes-Maritimes et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et de proposer au public une programmation qui saura satisfaire toutes les envies et toutes les curiosités.

Formé aux Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon (Premier Prix de percussion) et de Paris (Prix d’analyse et classe de direction d’orchestre), Benjamin Levy parfait sa formation à l’American Academy of Conducting d’Aspen aux Etats-Unis et à l’Academia Chigiana de Sienne en Italie. Il a ensuite régulièrement assisté le chef Marc Minkowski (Opéra de Paris, Oper Leipzig, Festival de Salzburg) et a passé deux saisons comme chef assistant des Orchestres de la Radio Néerlandaise.

En 2005, il est nommé Révélation musicale de l’année par le syndicat de la critique dramatique et musicale. Il reçoit trois ans plus tard le prix Jeune Talent – Chef d’Orchestre de l’Adami et deux Diapasons d’Or pour ses enregistrements DVD avec la compagnie Les Brigands.

Depuis, Benjamin Levy est très actif sur les scènes symphoniques et lyriques européennes. Il a notamment dirigé le Rotterdams Philharmonisch, l’Orchestre de la Suisse Romande, le Moscow Philharmonic, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, et de nombreuses productions lyriques au Nederlandse Reisopera, Icelandic Opera, NorrlandsOperan à Umeå (Suède), l’Opéra de Lyon, l’Opéra de Rouen, l’Opéra national du Rhin, l’Opéra de Limoges ou encore le Théâtre national du Capitole de Toulouse. En France, il a été invité par les orchestres nationaux de Lyon, de Lorraine, d’Île-de-France et de Montpellier, l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, l’Orchestre Colonne, l’Orchestre Poitou-Charentes, l’Orchestre Lamoureux…

Fondateur de l’Orchestre de Chambre Pelléas, il a donné avec cette formation au fonctionnement collégial de nombreux concerts en France et en Europe. Leur enregistrement Beethoven en compagnie du violoniste Lorenzo Gatto pour Zig-Zag Territoires, paru récemment, a reçu un accueil unanime de la presse et de la critique.

Après avoir dirigé l’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur pour la première fois le 18 septembre 2016 à l’occasion de l’événement Cannes fête le Port Canto, Benjamin Levy retrouvera l’Orchestre au cours de cette saison pour le concert Khatia et Gvantsa Buniatishvili le 13 janvier 2017 au Palais des Festivals et des Congrès de Cannes (Théâtre Debussy).

Un nouvel administrateur pour l’Orchestre des Pays de Savoie

Damien Pousset succède à Aline Sam-Giao au poste d’administrateur général de l’Orchestre des Pays de Savoie. Il prendra ses nouvelles fonctions en février 2017.

Avant de rejoindre l’Orchestre des Pays de Savoie en qualité d’administrateur général, Damien Pousset, né en 1969, a occupé durant sept années le poste de directeur artistique de Grame, centre national de création musicale à Lyon, ainsi que de la Biennale Musiques en Scène.

À une période où l’élargissement et la diversification des publics de la musique constituent l’enjeu majeur de la démocratisation culturelle, il est animé par l’envie profonde de placer le concert au cœur d’un dispositif de transmission dynamique, convivial et élargi. Il imagine l’orchestre comme un lieu d’expérience partagée, d’alliance et d’excellence au cœur des territoires, répondant à la fois aux besoins des auditeurs comme à ceux de ses partenaires, et ce, en l’inscrivant dans l’héritage qui lui a donné sa réputation.

Dans ses fonctions précédentes, il a d’abord été responsable du département de musique contemporaine des Éditions Henry Lemoine à Paris de 1996 à 2005, puis directeur artistique de l’Ensemble Contrechamps à Genève de 2005 à 2009. En 2000, il a fondé le label de disques æon (Outhere Music) dont le catalogue réunit aujourd’hui plus de 150 références, et a initié la même année le premier réseau des acteurs de la création musicale, Le Living, dont l’objectif visait à promouvoir la musique de notre temps sous toutes ses formes.

Parallèlement, Damien Pousset a poursuivi son activité de musicologue en collaborant à différentes revues spécialisées (Cahiers de l’Ircam, Contemporary Music Review…). Il a notamment traduit de l’Anglais un ouvrage de sémiotique musicale de Eero Tarasti, Mythe et musique : Wagner, Sibelius, Stravinsky, paru en 2003 aux Éditions Michel de Maule.

Contact : Séverine Fraysse, communication@orchestrepayssavoie.com

L’OVHFC en lice pour les ICMA

Deux disques de l’Orchestre Victor Hugo France Comté – Muses et Les Quatre saisons – sont nominés aux International Classical Music Awards (ICMA).

Les Quatre Saisons de Nicolas Bacri enregistré avec François Leleux, Valeriy Sokolov, Adrien La Marca et Sébastien van Kuijk, et Muses, enregistré avec Isabelle Druet, bénéficient depuis leur sortie en 2016, d’un très bon accueil de la communauté de la critique internationale. En septembre 2016, Muses a notamment reçu le « Clic » de Classique News.

Ces deux disques viennent d’être sélectionnés par les International Classical Music Awards (ICMA), référence européenne des critiques du disque, pour participer aux Awards 2017. Muses figure dans la catégorie « Best Collection » et Les Quatre Saisons dans « Contemporary ».

Le jury des ICMA a nominé 321 productions audio et vidéo (par rapport à 364 productions en 2016) réparties sur 119 labels (115 en 2016). Pour avoir une nomination, une production doit être proposée par au moins deux membres du jury. Avec ses 17 nominations, le label Harmonia Mundi (désigné « Label de l’Année 2016 ») est encore une fois le plus représenté, suivi par Alpha (14), Deutsche Grammophon (13), Decca (13) et Accentus Music (11). La liste des 20 pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord est largement dominée par l’Allemagne (34 labels), suivie par le Royaume-Uni, la France et les États-Unis.

Le résultat final avec les gagnants sera dévoilé le 20 janvier 2017.

La remise des prix et le concert de gala auront lieu le 1er avril 2017 à Leipzig, en Allemagne, avec l’Orchestre du Gewandhaus dirigé par Francesco Angelico.

Beethoven d’hier et d’aujourd’hui.

Le 19 novembre, dans le cadre du week-end Orchestres en fête ! 2016, l’Orchestre Poitou-Charentes, jouera sous la baguette de Jean-François Heisser, pour la première fois à la Philharmonie de Paris 33 variations sur 33 variations du compositeur allemand Hans Zender, inspirées des Variations Diabelli de Beethoven en miroir du récital de piano donné dans l’après-midi.

Hans Zender, un compositeur iconoclaste

Appartenant au club fermé des compositeurs-chefs d’orchestre, son double parcours a débuté dans les années 60, sous l’influence de Bernd Alois Zimmermann et Pierre Boulez. Ce qui a amené Hans Zender – outre la création de ses propres partitions et la qualité de ses interprétations du répertoire – à aborder d’une manière personnelle et singulière quelques œuvres pour piano emblématiques. Sa version extraordinaire du Voyage d’hiver de Schubert créée en 1993 avec l’Ensemble Modern est devenue une référence presqu’incontournable.

Ancrée dans la spiritualité, l’art et les philosophies d’Extrême-Orient, l’œuvre du compositeur allemand s’inspire de la calligraphie et de poèmes orientaux, notamment japonais (Fûrin No Kyô, 1989 ; Kalligraphie, 1997-2004). Le compositeur n’en néglige cependant pas la littérature et la pensée occidentales, et s’appuie sur les textes de Friedrich Hölderlin, Héraclite, La Bible, Maître Eckhart ou Saint Jean de la Croix.

Hans Zender : Les variations revisitées

Le compositeur Hans Zender a osé une réappropriation d’une œuvre mythique du répertoire pianistique, les Variations Diabelli de Beethoven.

Composée en 2011, cette vision iconoclaste de l’œuvre offre au public la possibilité d’une véritable expérience auditive et sensorielle. Construite comme un incessant mouvement d’approche et d’éloignement de la partition originale, cette œuvre a permis de révéler les talents d’équilibriste du compositeur.

Chaque variation est une surprise, visitant plusieurs styles en apportant des couleurs orchestrales étonnantes !

Hans Zender écrit à ce sujet : « Mon interprétation du Winterreise de Schubert a parfois été mal comprise. D’aucuns ont affirmé qu’un tel arrangement ne pouvait être que nostalgique ; à l’inverse, pour certains traditionnalistes, il ne respectait nullement l’original. Ni les uns ni les autres n’ont raison, car mon interprétation se trouve à équidistance de ces deux possibilités… J’ai eu envie de tenter une nouvelle fois cet exercice d’équilibriste. Nietzsche dit en substance ceci : la relation entre l’ancien et le nouveau est toujours telle que le nouveau finira par détruire l’ancien. Il n’y a qu’une seule manière d’éviter cet écueil : “planer sans crainte” au-dessus de l’abîme de l’histoire. Le fait de planer ainsi entre différents styles qui nous sont familiers induit un stimulus particulier, à même de générer de nouvelles expériences, non seulement chez le compositeur, mais aussi chez l’auditeur. « 

 

CONCERTS

Samedi 19 novembre, 14h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
Variations Diabelli de Ludwig van Beethoven
Veränderungen de Philippe Manoury
Jean-François Heisser, piano

Samedi 19 novembre, 17h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
33 Variations sur 33 Variations
Interprétation composée sur les Variations Diabelli de Beethoven
Orchestre Poitou-Charentes
Jean-François Heisser, direction