Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

ORCHESTRALAB, une appli 100% musique, ludique et interactive

Orchestralab est le projet éducatif et innovant de trois orchestres membres de l’Association Française des Orchestres et qui unissent leurs forces dans le numérique.
La naissance du projet : l’union fait la force

L’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen-Normandie et l’Orchestre de chambre de Paris se réunissent autour d’une initiative originale : inventer des projets numériques interactifs pour favoriser a transmission de la musique.

Conscientes de l’intérêt du digital pour faciliter la diffusion de leur art, ces trois formations musicales entendent agir activement dans le développement de projets numériques de médiation. L’aventure a commencé au début de l’année 2018 par la création d’une structure associative, Musiclab. Elle est née d’un constat simple : les nouvelles technologies imprègnent notre quotidien mais il s’avère difficile pour un orchestre seul de développer des projets numériques et de les pérenniser. Se réunir permet d’avoir plus de poids et de mener ces travaux à terme. Les trois formations partagent cette vision et entendent aussi investir le numérique, finalement assez peu exploité par les orchestres de manière collective. En se projetant vers l’avenir, Musiclab porte des projets ayant pour vocation de s’étendre à d’autres orchestres et de s’inscrire dans le temps. Son originalité tient précisément dans l’association de ces trois formations, de la réflexion et du travail commun, avec en fond la prise de conscience de la nécessité d’avancer ensemble. Loin d’être en compétition, les orchestres peuvent s’enrichir les uns les autres. Musiclab se veut une structure ouverte, destinée à accueillir par la suite d’autres orchestres.

L’application

Par le biais de Musiclab, l’Orchestre de chambre de paris, l’Orchestre national d’Île-de-France et l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie ont décidé de développer ensemble un outil de sensibilisation à la musique : l’application de jeu vidéo Orchestralab, conçue par l’éditeur de solutions numériques NoMadMusic.

A qui s’adresse-t-elle ? Aux enfants âgés de 6 à 12 ans.

Objectif : à la fois ludique et pédagogique, l’objectif est de familiariser les enfants à l’univers orchestral, la musique et les instruments grâce aux contenus musicaux et éditoriaux imaginés par les orchestres.

Aspect : Concrètement, il s’agit de jeux en ligne basés sur des exercices ludiques à réussir ou des scores à atteindre et à dépasser, disponibles gratuitement et ouverts à tous.

Jeux : pour réaliser les jeux, les orchestres ont puisé dans leurs répertoires des œuvres liées à leur identité :

  • La Symphonie n°83 dite « LaPoule » de Haydn pour l’Orchestre de chambre de Paris : les enfants reconnaissent d’abord les instruments qu’ils classent par familles puis reconstituent le thème.
  • L’Oiseau de feu de Stravinski pour l’Orchestre national d’Île-de-France : le scénario s’inspire du ballet. Il associe un premier jeu d’adresse et un second qui repose sur le rythme.
  • L’Enlèvement au sérail de Mozart pour l’Orchestre de l’Opéra de Rouen-Normandie : l’histoire est propice à deux jeux complémentaires dans les décors du XVIIIe siècle. Cela participe à installer le contexte de l’opéra et offre une ouverture sur la dimension lyrique de l’oeuvre.
Le graphisme du jeu

L’environnement graphique choisi est de la 2D avec une esthétique assez « cartoon », courante dans le jeu vidéo mais encore inédite dans l’univers de la musique classique. La dimension ludique et amusante des jeux en est renforcée d’autant plus.

Actuellement en cours de développement, cette application sera dévoilée au public à l’été 2019

Et après ?

A terme, avec Musiclab, les trois orchestres ambitionnent d’ajouter de nouvelles œuvres au catalogue et ainsi élargir le panel des jeux. Il pourront s’appuyer sur cet outil pour développer et pérenniser leurs opérations pédagogiques. Dans le sillage d’Orchestralab, d’autres projets et initiatives numériques comme des applications, verront le jour, toujours avec l’objectif de favoriser la médiation et de s’adresser à différents publics.

Informations pratiques prochainement disponibles sur orchestralab.fr

Source : Orchestre de chambre de Paris

Un concert surprise pour une fidélité sans faille à l’orchestre

L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie a souhaité mettre à l’honneur son client le plus fidèle en lui offrant un concert surprise chez lui. Les musiciens se sont donc rendus dans la résidence pour personnes âgées où André Junement  vit désormais afin de célébrer  ses 80 ans d’abonnement !

Spectacle insolite et peu commun, le mois dernier dans les salons de la résidence « Les Roses des sables ». Traditionnellement les équipes de l’institution se mobilisent pour fêter les anniversaires de certains résidents. Mais cette dernière réunion a revêtu une émotion particulière. En effet, plusieurs musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie avaient tenu à être présents afin d’honorer un homme, abonné aux spectacles et concerts du Théâtre des arts depuis… quatre-vingts ans ! Assis sur son siège au milieu de ses « compagnons » de résidence, André Junement a les yeux ailleurs pendant une heure. Il est transporté par cette musique classique (concerto Brandebourgeois de Bach, d’une sérénade de Schubert ou encore Nocturnedu quatuor N2 d’Alexandre Borodine…) qui a jalonné sa vie. Ému par ce cadeau que l’orchestre symphonique de Rouen est venu lui livrer pour récompenser 80 ans de fidélité à l’opéra de Rouen, il a les yeux qui brillent et contient ses larmes au souvenir de ce qu’il appelle sa « deuxième maison », dans laquelle il sent qu’il ne pourra plus retourner.

En 80 ans de fidélité à l’Opéra, André Junement était connu de tous les musiciens. Mais résident de « La Rose des sables » depuis 2017, le mélomane de 87 ans ne peut plus, ainsi qu’il l’indique, « assister aux représentations de l’Opéra ». Cette absence n’est pas passée inaperçue parmi les habitués de la salle de spectacle. « C’est Elena Chesneau, deuxième violon dans l’orchestre de l’Opéra qui s’est inquiétée de ne plus le voir, raconte Frédéric Besnier, chef de service de la résidence. Elle a entamé des recherches et a retrouvé André dans notre maison… Elle nous a raconté son histoire et nous avons collaboré afin de monter cette surprise. »

Reportage France 3 Normandie (R. Deh / P. Cornily / B. Stefani / L. Courbe) : https://culturebox.francetvinfo.fr/opera-classique/un-concert-a-la-maison-de-retraite-pour-80-ans-de-fidelite-a-l-opera-de-rouen-271081

André Junement a découvert l’opéra à l’âge de 7 ans quand ses parents ont décidé de l’emmener voir et entendre « Carmen ». Ce coup de foudre a fait de lui un journaliste critique musical.

Disquaire de référence

Et ce Rouennais n’est pas un inconnu pour ceux qui ont suivi l’actualité musicale de la région depuis plusieurs décennies. André Junement est celui qui, en 1961, ouvre le magasin Record Shop, rue Ganterie, puis, comprenant l’importance de l’évolution de la musique de rythme, s’équipe de tous les catalogues anglais pop-rock et prend le risque de se lancer dans le 45 tour simple. Ses conseils avisés en feront la référence locale, toutes oreilles confondues. Le disquaire ferme ses portes en 1985 mais sa passion pour la musique, notamment classique, ne se dément pas. Il écrit toujours, sous forme de brèves, sur le site des Publics de l’Opéra de Rouen.