onl

Insertion professionnelle / Side by Side à Lyon

Le projet Side by Side vise à donner aux étudiants du CNSMD de Lyon une expérience supplémentaire dans le travail de musicien d’orchestre. Ce métier ne consiste pas seulement à jouer d’un instrument au plus haut niveau. Être musicien d’orchestre requiert de nombreux autres talents, une écoute, une adaptabilité, une discipline de pupitre, une capacité à réagir en groupe. C’est cette expérience que les musiciens de l’Orchestre national de Lyon partagent côte à côte, au pupitre, avec les étudiants lors d’une semaine de tutorat que conclura ce concert.

Après un premier essai réussi (à retrouver ici), voici la version 2017 !

Au programme, la grandiose Septième Symphonie de Mahler, plus de 130 exécutants sur scène dont une mandoline et une guitare, et un concert gratuit !

CNSMDL et ONL réunis pour un concert unique

Un projet de formation inédit

En janvier dernier, l’Orchestre National de Lyon et l’Orchestre du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon (CNSMDL) étaient réunis sous la baguette de Leonard Slatkin pour un programme placé sous le signe de la transmission symphonique et de la solidarité musicale.

Une semaine de travail en commun a abouti à un concert inédit. En ouverture, les étudiants seuls ont interprété Timepiece de Cindy McTee, œuvre pleine d’humour et de contrastes, exigeante sur le plan technique et rythmique. Puis les musiciens de l’ONL — dont le violoncelliste solo Edouard Sapey-Triomphe, également enseignant au CNSMD de Lyon — ont rejoint les étudiants pour le Concerto de Dvořák. Frisson garanti avec cette œuvre au succès immédiat jamais démenti, où le violoncelle se fait tour à tour fougueux, passionné, émouvant ou révolté. La Symphonie n°5 de Chostakovitch écrite en pleine période des purges staliniennes alors que l’auteur se sait menacé est porteuse elle-aussi d’une incroyable tension émotionnelle. L’interprétation de ce 20 janvier a enthousiasmé le public — une salle comble et a parachevé ce programme placé sous le signe du partage et d’une dynamique d’insertion professionnelle.

En effet, les jeunes étudiants du Conservatoire étaient « accueillis comme leurs pairs par leurs aînés » comme l’explique Géry Moutier, directeur de l’institution. Le temps d’un concert, 60 étudiants intègrent l’orchestre et travaillent dans un cadre professionnel, sous la direction du maestro Leonard Slatkin. Un moment de formation unique, qui enrichit autant les futurs professionnels que les musiciens permanents.

L’ART DE LA TRANSMISSION – LEONARD SLATKIN

« C’est ici l’occasion de mener un projet qui me tient particulièrement à cœur : l’accueil d’étudiants du CNSMD de Lyon au sein de notre orchestre. Le monde de l’orchestre a considérablement évolué en 20 ans. La compétition pour obtenir un poste est encore plus difficile, notre métier s’est enrichi de nouvelles facettes, notre répertoire s’est ouvert à de nouvelles formes musicales, les attentes des financeurs sont croissantes… Et votre (notre) métier ne consiste pas seulement à jouer d’un instrument au plus haut niveau. Etre musicien d’orchestre requiert de nombreux autres talents, une écoute, une adaptabilité, une discipline de pupitre, une capacité à vivre en groupe, une générosité dans nos actions en direction des plus jeunes ou des public empêchés… Comment un jeune musicien peut-il intégrer tout cela ? Il est de notre responsabilité, nous professionnels, d’accompagner, d’inspirer et de guider la nouvelle génération. C’est l’idée de cette première initiative avec le CNSMD de Lyon, initiative que je souhaite renouveler tous les deux ans. Cette série autour de la 5e symphonie de Chostakovitch et du Concerto pour violoncelle de Dvorak ne sera donc pas une série comme les autres. Dans ce type de collaboration, les répétitions sont importantes, qui permettent à des étudiants d’être assis à côté de professionnels. L’objet principal est d’aider les jeunes à comprendre la relation de travail au sein d’un orchestre et cela n’a rien à voir avec du coaching individuel. Même des répétitions en partielles ne donnent pas aux jeunes musiciens une véritable idée du travail réalisé au sein d’un orchestre permanent. C’est notre première initiative de ce genre. Je suis persuadé, pour l’avoir déjà fait de nombreuses fois, qu’à la fin de la première répétition, l’importance d’un tel projet sera une évidence pour chacun. Et qu’à la fin de cette série, au-delà d’une très belle aventure vécue, nous aurons l’expérience avec nous pour construire au mieux les futurs projets de collaboration avec le Conservatoire ».

Leonard Slatkin

L’Orchestre National de Lille accueille les victoires de la musique classique

Lundi 2 février 2015, l’auditorium « Le Nouveau Siècle  » de Lille a accueilli les victoires de la musique classique 2015.

(c)Ugo Ponte

(c)Ugo Ponte

L’Orchestre national de Lille, sous la direction de Jean-Claude Casadesus, a ouvert cette soirée exceptionnelle pour laquelle étaient invités des musiciens de renom, tels que le ténor allemand Jonas Kaufmann, la soprano bulgare Sonya Yoncheva, le contre-ténor Philippe Jaroussky, le quatuor Ebène, le violoniste Tedi Papavrami, l’accordéoniste et compositeur Richard Galliano, l’octuor Les Violoncelles français ou encore le duo piano-marimba de Thomas Enhco et Vassilena Serafimova.
L’emission a été diffusée en direct à 20H50 à la fois sur France 3 et France Musique. Vous pouvez revivre ce moment musical.

Lauréat soliste instrumental : Edgar Moreau, violoncelle.

Victoire musique Edgar Moreau (c)  Julien MIGNOT

(c) Julien MIGNOT

Edgar Moreau, Révélation Soliste Instrumental des Victoires 2013, a été nommé dans la catégorie Soliste Instrumental en 2014 et 2015. C’est le couronnement d’un parcours semé de récompenses (Prix du Jeune Soliste du Concours Rostropovitch, 2e Prix du prestigieux Concours Tchaïkovski, lauréat de la Fondation Banque Populaire, Révélation classique Adami). Musicien complet, il a obtenu un 1er Prix de piano au CRR de Boulogne, et des prix de violoncelle (classe de Ph. Muller) et de musique de chambre (classe de C. Désert) au CNSM de Paris, et a intégré la Kronberg Academy avec Frans Helmerson. Ces dernières années, il a été invité à travers le monde (Festival de Montpellier, Folle Journée de Nantes et du Japon, Festival de Pâques, Théâtre Mariinsky, Philharmonie de Berlin, Musikverein de Vienne, Cello Biennale d’Amsterdam, etc). Ses futurs engagements le conduiront à jouer avec l’Orchestre National de France dans le Nouvel Auditorium de Radio-France, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles et de Barcelone, à Venise, Stuttgart, Tokyo, Sacile, aux Festivals de Saint-Denis et du Verbier, à la Philharmonie de Cologne, Amsterdam, Genève. Edgar Moreau a sorti en 2014 son premier disque (Erato) : « Play ».

Lauréat artiste lyrique : Sabine Devieilhe, soprano.

Victoire musique  Sabine Devieilhe (c) Marc Ribes

(c) Marc Ribes

Après des études de violoncelle et de musicologie, Sabine Devieilhe complète sa formation de chant au CNSM de Paris (1er Prix à l’unanimité avec les félicitations du jury). Lauréate des Révélations Classiques de l’Adami 2011, elle fait l’année suivante des débuts remarqués au Festival d’Aix-en-Provence (Serpetta) et à l’Opéra de Montpellier (Lakmé). Victoire de la Révélation Artiste lyrique 2013, elle est nommée en 2014 et 2015 dans la catégorie Artiste lyrique. Sabine Devieilhe triomphe aujourd’hui dans tous les rôles qu’elle tient : La Reine de la Nuit et Constance à l’Opéra de Lyon et au Théâtre des Champs Élysées (remplacement au pied levé), la Reine de la Nuit à l’Opéra de Paris, Eurydice à la Monnaie, ou Lakmé et Adèle à l’Opéra Comique. Elle vient de participer au concert d’inauguration de la Philharmonie de Paris et y chantera prochainement l’Enfant et Les Sortilèges. Parmi ses autres projets, on peut citer Pelleas et Melisande en mars, Falstaff à Marseille en juin, un concert avec l’Ensemble Pygmalion au Festival de Saint-Denis, ainsi que l’Enfant et les Sortilèges à Glyndebourne. Son premier disque Rameau (Erato, Grand Prix Charles Cros) a donné lieu à une série de concerts.

Lauréat révélation soliste instrumental : Jean Rondeau, clavecin.

Victoire musique  Jean Rondeau (c) Edouard Bressy

Jean Rondeau s’est formé au clavecin auprès de Blandine Verlet, puis au CNSMD de Paris et à la Guildhall School de Londres en basse-continue, orgue, piano, jazz et improvisation, ainsi qu’en direction de chœur et d’orchestre. En 2012, il est lauréat du Prix EUBO Development Trust, de plusieurs prix aux concours internationaux de clavecin de Bruges et du Printemps de Prague et, en 2013, du Prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publiques. Il se produit aujourd’hui dans les plus grandes salles d’Europe et d’Amérique du Nord, en solo, musique de chambre et orchestre. Artiste éclectique, il joue régulièrement avec le groupe de jazz Note Forget, et avec Nevermind, ensemble spécialisé dans la musique du XVIIIe siècle, récemment récompensé du Prix du Festival de Musique Ancienne d’Utrecht et dont il est membre fondateur. À l’occasion de la parution de son disque consacré à Bach (Erato Warner Classics), il donnera une série de concerts notamment, en février et mars 2015, à Paris, Lausanne, Avignon et Miami.

Lauréat révélation artiste lyrique : Stanislas de Barbeyrac, ténor. Victoire musique Stanislas de Barbeyrac (c)  Yann Priou

Après des études au Conservatoire de Bordeaux avec Lionel Sarrazin, Stanislas de Barbeyrac rejoint en 2008 l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris. Lauréat du prestigieux Concours International Reine Elisabeth 2011, il remporte également les 1er Prix Opéra au Concours de Béziers, trois 1er Prix au Concours International de Marmande, Prix du Cercle Carpeaux et Prix Lyrique de l’Association pour le Rayonnement de l’Opéra de Paris. Il interprète entre autres Eugène Onéguine/Lenski au Châtelet avec Jean-François Zygel, La Traviata/Alfredo, Dialogues des Carmélites/Chevalier de la Force et enregistre Aucassin et Nicolette (Le Flem) avec Timpani. Invité par l’Opéra de Paris pour Salomé, Tannhäuser et Alceste, il interprète prochainement L’Enfance du Christ en Hollande, Die Zauberflöte/Tamino à Nantes et Angers suivi de Salomé à Sao Paolo, La Belle Hélène à Avignon, Dialogues des Carmélites à Amsterdam, Lucia et Macbeth à Marseille, La Veuve Joyeuse à Pékin ainsi que Tristan et Isolde et Alceste/Admète à l’Opéra de Paris.

Lauréat compositeurs : Guillaume Connesson pour la pièce « Cythère », pour 4 percussionnistes et orchestre.

Victoire musique Guillaume Connesson (c) Marie-Sophie LeturcqDiplômé des conservatoires de Boulogne-Billancourt et de l’Orchestre national des Pays de la Loire, du Royal Scottish National Orchestra, puis de l’Orchestre de Pau-Pays de Béarn. Il y compose ses œuvres majeures, notamment de musique de chambre et d’orchestre (enregistrées par Naïve) ; ou pour chœur et orchestre. Devenu l’un des compositeurs français les plus joués dans le monde, il est récompensé en 2011 par le Grand Prix Sacem. En 2014, son ballet Lucifer et son Concerto pour Violoncelle avec Jérôme Pernoo en soliste, est publié chez Deutsch Grammophon. Plusieurs œuvres ont par ailleurs été créées cette année, dont Cythère (Concerto pour quatuor de percussionnistes et orchestre, par l’Orchestre national de Lille), ou son concerto pour flûte Pour sortir du jour (création mondiale par le Chicago Symphony Orchestra, création française par l’Orchestre National de France). Compositeur en résidence au Festival de Besançon, une œuvre commandée sera imposée au concours des Jeunes Chefs d’Orchestre.

 

Lauréat enregistrement : Bach / Köthener Trauermusik

Victoires musique CD bach_pichon

Ensemble Pygmalion, sous la direction de Raphaël Pichon.
Interprètes : Sabine Devieilhe, Damien Guillon, Thomas Hobbs, Christian Immler.
Paru chez Harmonia Mundi.

Le VEME, nouvel instrument « made in Lorraine »

On vous l’avez annoncé l’an passé ici. L’Orchestre national de Lorraine vous présente un nouvel instrument !

6 projets, 6 minutes.
La finale du concours Trophée mc6 du Club Metz Technopôle s’est tenue le 4 décembre à 18h00 au Cescom – 4 rue Marconi – Metz.
Innover, créer et développer sont les raisons d’être de ce projet, qui vient de clore sa troisième édition.

Michaël Elbisser, étudiant des Arts et Métiers, a présenté la conception et la réalisation de ce nouvel instrument de percussion élaboré en collaboration avec l’Orchestre national de Lorraine : le Veme (le nom fait référence à l’endroit où il a vu le jour : Vallée Européenne des Matériaux et de l’Énergie).

(c) droits réservés

(c) droits réservés

En novembre 2013, Dominique Delahoche, trombone solo de l’ONL et compositeur, imagine un projet musical : Surchauffe, pour lequel il souhaite développer un son nouveau produit par un instrument innovant. Son désir rejoint celui d’Hugues Dufourt, compositeur. Pour la réalisation de cet instrument, l’ONL fait appel à l’école d’ingénieurs Arts et Métiers ParisTech : une équipe de recherche est montée. Elle se compose de membres de l’ONL, d’étudiants et d’enseignants d’Arts et Métiers, ainsi que des Percussions de Strasbourg.

Dans le cadre de projets pédagogiques, des étudiants utilisent leurs compétences en ingénierie pour matérialiser un son métallique européen qui se distingue des percussions asiatiques.
Ainsi est né le Veme®, dont un brevet est déposé en novembre 2014 pour acquérir toute légitimité dans la grande famille des instruments de musique.

Pour voir et écouter cet instrument, France Bleu vous propose un échantillon :

Les prochains rendez-vous avec le Veme :
Journées Portes Ouvertes – 17 janvier 2015 à Arts et Métiers (Technopôle – Metz),
Salon Musicora – 6 au 8 février 2015 (La Villette – Paris),
Spectacle Surchauffe – 10 avril (Meisenthal)
« Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional dans le cadre du programme INTERREG IVA Grande Région »
• Spectacle Surchauffe – 12 mai (Arsenal – Metz).

Famillissimo, la nouvelle formule de l’ONL !

L’Orchestre national de Lille vous propose une nouvelle programmation familiale, accessible dès 5 ans.

Ce nouveau cycle, spécialement conçu pour être vécu en famille, vous propose des aventures musicales pleines de surprises !

La première représentation, « HALLOWEEN » a eu lieu le 31 octobre 2014. Des œuvres telles la Danse Macabre de Saint-Saëns ou Frankenstein de Gruber étaient proposées.

image famillissimo

 

 

 

 

 

Ne manquez pas les trois prochaines manifestations :

 

DRUMBLEBEE

Samedi 17 janvier – 16h à Lille, Auditorium du Nouveau Siècle / Durée : 1 heure /  10-5€

Spectacle musical du Quatuor Beat

Mise en scène Dan Tanson
Chorégraphie Ela Baumann
Costumes Émilie Cottam
Lumières Stefan Choner

 

Quand quatre chercheurs-percussionnistes sont frappés par la lune, ils se prêtent à de drôle de jeux. Des peaux de tambours font une danse effrénée et un triangle est cause de troubles ! Est-ce que le mystère de la lune sera percé ou est-ce le groove qui mène à la paix ? Drumblebee est un spectacle musical et bien rythmé. Drumblebee est un vol de bourdons plein de virtuosité, qui allie rythme et mouvement, force archaïque et joie ludique, tempo et spontanéité dans un concert-spectacle pour percussions, sans paroles.

 

LE BÛCHER D’HIVER

Mercredi 01 avril – 18h30 / Lille, Auditorium du Nouveau Siècle / Durée : 1 heure

Concert gratuit sur réservation

Conte musical de Serge Prokofiev sur un texte de Samuil Marshak

Orchestre national de Lille

Avec la participation du chœur des “mômes en musique” (élèves d’écoles primaires et de collèges de la métropole lilloise)

Avec le soutien de la Fondation AnBer

 

Vous connaissez Serge Prokofiev pour son illustre Pierre et le Loup ? Découvrez sans tarder son Bucher d’hiver !

En quelques notes, vous monterez dans un train quittant Moscou un jour d’hiver avec une bande d’enfants partis en vacances. Vous embarquerez pour un périple plein de charme et d’énergie, fait de batailles de boule de neige, de courses en patins à glace et d’histoires fantastiques au coin du feu.

 

PICCOLO, SAXO ET COMPAGNIE

Samedi 18 avril – 16h / Lille, Nouveau Siècle /  Durée : 1 heure / 10-5€

Conte musical d’André Popp

Orchestre national de Lille
Direction Joachim Jousse
Récitant Sébastien Amblard

 

Dans la lignée de Prokofiev et de son Pierre et le Loup, composé vingt ans plus tôt, Piccolo, Saxo et compagnie nous emmène au Royaume de la Musique, où les familles d’instruments vivent séparées les unes des autres, sans se connaître. Mais voilà qu’un jour, les petits violons rencontrent par hasard de drôles d’instruments en forme de pipe : les saxophones. Ensemble, ils décident de partir à la découverte des autres familles d’instruments… Un pur moment de bonheur à partager, de 7 à 77 ans !

 

Plus d’informations

03.20.12.82.40

Orchestre National de Lille

30, Place Mendès France

CS 70119 – 59027 Lille Cedex