Nomination

CRISTIAN MĂCELARU NOMMÉ DIRECTEUR MUSICAL DE L’ORCHESTRE NATIONAL DE FRANCE

Cristian Măcelaru, qui succède à Emmanuel Krivine, aura pour double mission de confirmer l’importance de la musique française dans le répertoire de l’orchestre, et de renforcer le rayonnement et la place du National à Paris, dans les territoires ainsi qu’à l’international.

BIOGRAPHIE

Cristian Măcelaru est né à Timișoara (Roumanie) en 1980. Il étudie d’abord le violon dans son pays, puis se rend aux États-Unis où il se forme à l’Interlochen Arts Academy (Michigan) et aux universités de Miami et de Houston (cours de direction auprès de Larry Rachleff). Il parachève sa formation au Tanglewood Music Center et à l’Aspen Music Festival, lors de masterclasses avec David Zinman, Rafael Frühbeck de Burgos, Oliver Knussen et Stefan Asbury. Il a fait ses débuts en tant que violon solo avec le Miami Symphony Orchestra au Carnegie Hall de New York, à l’âge de dix-neuf ans, ce qui en fait le plus jeune violon solo de toute l’histoire de cet orchestre.
Il est actuellement directeur musical du WDR Sinfonieorchester de Cologne ainsi que directeur musical du Festival de musique contemporaine de Cabrillo depuis 2017.

Cristian Măcelaru s’est fait connaître sur le plan international en 2012, en remplaçant Pierre Boulez à la tête du Chicago Symphony Orchestra. La même année, il recevait le Solti Emerging Conductor Award, prix décerné aux jeunes chefs d’orchestre, puis en 2014 le Solti Conducting Award. Il dirige depuis lors les plus grands orchestres américains, le Chicago Symphony Orchestra, le New York Philharmonic, le Los Angeles Philharmonic, le Cleveland Orchestra, et entretient un lien étroit avec le Philadelphia Orchestra, qu’il a dirigé plus de cent-cinquante fois.

En Europe, Cristian Măcelaru se produit régulièrement en tant que chef invité avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, les Dresdner Philharmoniker, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, le BBC Symphony Orchestra. En janvier 2019, il dirigeait l’Orchestre national de Roumanie, à l’occasion de la commémoration du centenaire de ce pays, pour sa toute première tournée aux États-Unis.

Source : Maison de la radio
Photo © Adriane White

GUILLAUME LAMAS NOMMÉ DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ONPL

Guillaume Lamas est nommé directeur général de l’Orchestre National des Pays de la Loire par le syndicat mixte de l’Orchestre présidé par Antoine Chéreau, réuni le 18/09/2020. Guillaume Lamas succèdera au 1er décembre 2020 à Michel Ayroles, qui est à la tête de l’ONPL depuis 26 années en qualité d’administrateur général. Sa nomination sera soumise à l’agrément du Ministère de la Culture.

Guillaume Lamas est actuellement délégué général des Formations musicales à l’Opéra de Lyon. Il était auparavant directeur général de l’Orchestre régional de Normandie. Il aura en charge de définir le futur projet général et artistique de l’ONPL, qui comprendra notamment les événements qui jalonneront le 50ème anniversaire de l’ONPL sur la saison 2021/2022, saison qui clôturera le mandat du chef d’orchestre français Pascal Rophé en tant que directeur musical, poste qu’il occupait depuis 2014.

Musicien de formation, et passionné par la mission d’un orchestre permanent au service d’un territoire et d’une région, Guillaume Lamas aura à cœur de poursuivre et de développer l’héritage et les valeurs musicales que cet orchestre national s’est construit depuis sa création avec le chef d’orchestre Pierre Dervaux.

Disposant d’une saison symphonique sur Angers et Nantes, présentant une centaine de concerts annuels, avec également environ 25 représentations lyriques dans la fosse des opéras d’Angers et de Nantes,  l’ONPL rayonne sur le territoire régional, national et international.

Composé d’un orchestre de 97 musiciens à temps plein, d’un chœur amateur dirigé par Valérie Fayet, Guillaume Lamas développera son projet autour de valeurs qui lui sont chères : identité, excellence artistique, ouverture sur des nouveaux répertoires et des formats de concerts, décloisonnement en initiant des projets adaptés à destination de tous les publics mais aussi pour de nouveaux publics, et enfin des valeurs de transmission en ouvrant les projets vers les jeunes, les filières professionnelles et les amateurs. Enfin, Guillaume Lamas s’attachera à ce que le rayonnement de l’ONPL donne à cet orchestre national la dimension d’Ambassadeur culturel de sa région.

Guillaume Lamas en quelques dates …

1995 > Administrateur de l’Orchestre Colonne

2000 > Il intègre l’Opéra National de Paris comme responsable adjoint des services musicaux

2003 > Il est nommé Administrateur général de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen

2009 > Il prend ses fonctions en tant que Directeur de l’Orchestre Régional de Normandie

2017 > Il devient Délégué Général des formations musicales au sein de l’Opéra National de Lyon.

2020 > Il est nommé Directeur général de l’Orchestre National des Pays de la Loire à partir du 1er décembre

Source : Communiqué de presse de l’ONPL

Pavel Baleff, futur directeur musical de l’Opéra de Limoges à partir de 2022-2023

Le chef d’orchestre, Pavel Baleff, actuellement directeur musical de la Philharmonie de Baden-Baden, sera le nouveau chef principal et directeur musical associé de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges à compter de la saison 2022/2023 et ce, pour trois saisons.

A ce titre, il remplacera Robert Tuohy, en fonction depuis 2013, et dont la mission avait été prolongée l’an passé jusqu’en juin 2022.

Pavel Baleff vient d’être désigné sur proposition de la direction de l’Opéra de Limoges, après vote des musiciens et avis favorable du Conseil d’Administration. Il y a un an, suite au processus de recrutement stoppé car jugé infructueux, Pavel Baleff figurait parmi les chefs à suivre, après accord entre la direction et l’Orchestre de l’Opéra de Limoges.

Très expérimenté, il constitue une opportunité pour l’Orchestre de l’Opéra de Limoges de poursuivre une évolution déjà largement engagée par son prédécesseur vers une maturation artistique qui lui permettra de figurer parmi les meilleures formations orchestrales en région.

Éléments biographiques

Pavel BALEFF

Né en Bulgarie, Pavel Baleff étudie à l’Académie de Musique de Sofia. Premier prix du Concours international « Carl Maria von Weber » de Munich et Premier prix de la «Fondation Herbert Von Karajan», il reçoit en 2003, le prestigieux prix pour jeunes chefs d’orchestre, le « Bad Homburg  Conductor Award ». Il se produit au Staatsoper de Vienne, à l’Opernhaus Zürich, au Semperoper de Dresde, à la Gewandhaus de Leipzig, au Staatsoper de Hambourg, au Théâtre Bolchoï de Moscou… ainsi qu’avec les Orchestres symphoniques de la Radio WDR de Cologne et de la Radio bavaroise.

En 2010, à l’occasion de la première de Der Ring des Nibelungen de Richard Wagner, à l’Opéra National de Sofia, il est honoré du titre de « Chef d’orchestre bulgare de l’année». En 2018/2019, il dirige deux nouvelles productions à l’Opernhaus Zurich, Les Pêcheurs de perles et la première du ballet Nijinski puis suivent, en 2020, Don Pasquale au Staatsoper de Vienne ainsi que Walking Mad à Zurich.

A l’Opéra de Limoges, Pavel Baleff dirigea en mars 2016 un programme avec les cordes de l’Orchestre puis, en janvier 2019, une nouvelle production, La Ville morte d’H.W Korngold, restée depuis dans les mémoires. Il était invité en 2021 pour deux productions en amont de sa prise de fonctions, engagements qui sont bien évidemment confirmés. Pavel Baleff est directeur musical de la Philharmonie de Baden-Baden depuis 2007.

Source : Communiqué de presse de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges

 

 

 

Jean-Marie Blanchard nommé directeur général de l’Orchestre de Cannes

Le Bureau de l’Orchestre de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur, les représentants de la Ville de Cannes, du Ministère de la Culture et de la Communication, de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, ont nommé Monsieur Jean-Marie Blanchard en qualité de Directeur général de l’Orchestre de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur à compter du 1er janvier 2020.

Biographie

Né en 1956, Jean-Marie Blanchard rejoint en 1987 le Théâtre du Châtelet à Paris en tant que conseiller artistique, poste qu’il occupe jusqu’en 1992. Il est ensuite Administrateur général de l’Opéra national de Paris-Bastille de 1992 à 1994, puis Directeur Général de l’Opéra national de Nancy et de Lorraine et Administrateur général de l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy pendant six ans. En 2001, il prend la Direction générale du Grand Théâtre de Genève et créé en 2013 le Wagner Geneva Festival. Ces dernières années, il a été consultant pour différentes collectivités et institutions publiques telles que, entre autres, le Gouvernement fédéral de Belgique et la Haute École de Musique de Genève. Jean-Marie Blanchard est membre du Conseil consultatif de la Culture de la République et Canton de Genève.

Contact presse :
Iannick Marcesche – Orchestre de Cannes – 04 93 90 77 91 / iannick.marcesche@orchestre-cannes.com

Télécharger le communiqué de presse

Emilie Delorme, nouvelle directrice du CNSMD de Paris

Le CNSMD de Paris cherchait depuis dix mois un successeur à Bruno Mantovani, nouveau directeur musical et artistique de l’Ensemble orchestral contemporain au 1er janvier 2020 restant enseignant au Conservatoire. C’est Emilie Delorme, directrice de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, qui prendra la direction du CNSMD de Paris. C’est ainsi la première femme à prendre la direction de cette institution fondée en 1795 à la tête de laquelle ont œuvré de grands noms de la musique comme Luigi Cherubini, Gabriel Fauré, Marcel Dupré ou Pascal Dumay. Son parcours professionnel complet au sein de structures musicales de premier ordre, est marqué par un engagement humaniste dont les très nombreux artistes qu’elle a pu côtoyer peuvent témoigner.
Nommer pour la première fois une femme, armée de toutes les compétences requises à ce poste, est un symbole qu’il faut souligner notamment après les nominations de nouveaux directeurs à l’Opéra de Paris (Alexander Neef), à l’Opéra de Lyon (Richard Brunel) et au nouveau Centre National de la Musique (Jean-Philippe Thiellay). Le secteur des orchestres et des opéras ne doit en rien être tenu à l’écart des préoccupations actuelles de la société : l’égalité femme-homme, la diversité, l’égalité des chances, etc. Ces thématiques sont d’ailleurs autant d’enjeux que l’AFO aborde au quotidien avec ses orchestres membres (cf : thématique Accord Majeur en 2018 ; Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras en 2018) sur différents projets.
Depuis son annonce, la nomination d’Emilie Delorme ne fait pas l’unanimité et essuie des critiques négatives de la part de plusieurs sources médiatiques et professionnels du secteur. De part le travail qu’elle mène sur ces thématiques seule ou conjointement avec les Forces Musicales, auprès de ses membres, c’est naturellement que l’AFO soutient la nomination d’Emilie Delorme à la direction du CNSMD de Paris. « L’excellence, comme valeur intrinsèque dans le travail de tous comme dans la rencontre et la découverte, n’est en rien compromise par le souci démocratique de la diversité, qui représente pour tous les arts une formidable chance. Comme nous tentons de le faire dans nos structures, osons sans crainte aborder ces sujets majeurs pour notre avenir, et cela le plut tôt possible, dès la formation des artistes » (communiqué des Forces Musicales).

Catherine Morin-Desailly, élue vice-présidente de l’AFO

Communiqué de presse

Paris, le 25 novembre 2019

Catherine Morin-Desailly a été élue vice-présidente de l’Association Française des Orchestres lors des assemblées statutaires du 20 novembre 2019.

L’arrivée de Catherine Morin-Desailly au Bureau de l’AFO renforce les capacités de dialogue de l’AFO avec les élus représentant les collectivités territoriales participant au financement des orchestres. Elle fait également écho à la place que les orchestres occupent dans la Cité, en tant que forces artistiques contribuant au bien-être des populations, au maintien du lien social, à la vitalité économique des territoires et à leur identité, par l’éducation et l’accès à la culture.
Catherine Morin-Desailly est présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat. Elle est également conseillère régionale de Normandie et à ce titre, elle a présidé l’Opéra de Rouen Normandie, dont elle est aujourd’hui toujours membre du conseil d’administration. Elle est également membre du conseil d’administration de l’Orchestre régional de Normandie.

Le Bureau se compose donc dorénavant de 9 membres mêlant personnalités politiques et directeurs d’orchestres :

  • Présidence, Jean-Paul Delevoye,
  • Présidence honoraire, Ivan Renar
  • Vice-présidence, Catherine Morin-Desailly
  • Vice-présidence de droit, Les Forces Musicales, représentées par sa vice-présidente, Aline Sam-Giao, directrice générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon
  • Vice-présidence, Orchestre national du Capitole de Toulouse représenté par l’administratrice générale du Théâtre, Claire Roserot de Melin,
  • Vice-présidence, Orchestre national de Lille représenté par son directeur général, François Bou,
  • Trésorier, Orchestre de chambre de Paris, représenté par son directeur général, Nicolas Droin,
  • Trésorier adjoint, Orchestre de l’Opéra de Limoges représenté par le directeur général de l’Opéra Alain Mercier,
  • Secrétariat, Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, représenté par le directeur de l’Opéra Loïc Lachenal

Télécharger le communiqué de presse

Julie Mestre, nouvelle administratrice générale de l’Orchestre des Pays de Savoie

Entretien avec Julie Mestre, nouvelle administratrice générale de l’Orchestre des Pays de Savoie recueilli par l’Orchestre des Pays de Savoie

Julie Mestre, vous avez été nommée à l’unanimité Administratrice Générale de l’Orchestre des Pays de Savoie. Quel a été votre sentiment premier en l’apprenant ?

Cela a été une immense joie. Tout est allé très vite en réalité, j’avais le sentiment que le jury de sélection s’était bien déroulé, mais je ne m’étais volontairement pas renseignée sur le profil des autres candidats, afin de rester concentrée sur ce que j’avais moi-même à apporter à l’orchestre. J’ai effectivement beaucoup travaillé à mon projet. Le soir même du jury, j’ai reçu un appel m’annonçant que j’avais été choisie, à l’unanimité effectivement. Cela est bien sûr flatteur, c’est une très belle preuve de la confiance qui m’est accordée par les membres du jury, mais cela représente surtout pour moi une obligation ; celle d’être à la hauteur des responsabilités qui m’attendent et de les assumer au maximum pour être pleinement engagée à accompagner l’Orchestre des Pays de Savoie dans son développement.

Vous avez un solide bagage dans le milieu culturel, que ce soit dans l’univers de l’art, comme de la musique. Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre parcours ?

Je suis diplômée de Sciences Po Paris, j’ai fait un master en affaires publiques avec une spécialité sur la gestion des administrations culturelles. J’ai débuté mon parcours professionnel au ministère de la Culture, où j’étais chargée du suivi administratif et budgétaire des établissements publics du spectacle vivant principalement. Cette première expérience a été structurante dans mon parcours, j’en ai tiré des enseignements qui me servent toujours aujourd’hui. Cela m’a ensuite donné l’opportunité d’évoluer en interne vers un poste de tutelle, à la délégation à la musique du ministère, qui consistait à accompagner les établissements publics de musique symphonique et lyrique – Opéra national de Paris, Opéra-Comique, Philharmonie de Paris – sur l’ensemble de leurs enjeux administratifs et métiers. Cela m’a permis de contribuer aux politiques publiques en matière musicale. J’ai ensuite souhaité mettre en application ces enseignements en évoluant sur un poste plus opérationnel, d’adjointe au directeur administratif et financier de l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs, où je me suis beaucoup plu.

A côté de cela, j’ai toujours poursuivi ma pratique du violon, commencée enfant, et je fais actuellement partie d’un orchestre symphonique amateur dont le cœur de mission est de travailler à la transmission et à l’accessibilité à tous de la musique classique.

Pourquoi l’Orchestre des Pays de Savoie vous a séduite, vous donnant envie de tenter l’aventure ?

Au-delà de l’excellence de la formation, j’ai été sensible à deux particularités de l’Orchestre des Pays de Savoie : son engagement culturel et sa dimension humaine. L’Orchestre des Pays de Savoie défend, et fait vivre l’idée, d’une musique classique itinérante, accessible au plus grand nombre. C’est la clé qui lui permet d’allier à mon sens modernité et excellence. Cette politique d’ouverture et de partage portée par l’Orchestre des Pays de Savoie au travers de ses actions de sensibilisation et de démocratisation culturelle m’a particulièrement touchée. C’est un engagement qui rejoint entièrement les convictions qui m’animent et mon sens du service public. Par ailleurs, il me semble que la dimension humaine de l’orchestre, de par ses dimensions réduites et des personnalités qui en font la richesse, est susceptible de créer une relation privilégiée avec le public. Il y a donc un fort engagement collectif.

Quel bilan feriez-vous de l’historique riche de l’Orchestre des Pays de Savoie avant votre arrivée ?

En 35 ans d’existence, l’Orchestre des Pays de Savoie a atteint des niveaux d’excellence et d’engagement artistiques remarquables. Sa force réside dans l’ancrage territorial marqué qu’il a acquis au fil des années. Cela résulte du travail accompli ces dernières années par le Directeur musical et son équipe, c’est aussi le fruit de l’engagement des musiciens, ainsi que celui du pacte territorial fort qui a donné naissance à l’orchestre et a accompagné son développement. En visant l’excellence artistique, en s’engageant dans des actions en direction des publics « éloignés » et « empêchés », en remplissant la mission d’implantation et de diffusion dans les territoires des Savoies et en région, je crois que tous ont œuvré à faire de l’Orchestre des Pays de Savoie un véritable partenaire pour les politiques d’aménagement culturel du territoire.

Comment imaginez-vous l’avenir de l’Orchestre des Pays de Savoie ?

Il me semble indispensable de tirer parti de la dimension atypique de l’Orchestre des Pays de Savoie dans le paysage des orchestres régionaux pour penser son avenir. La nature chambriste de l’Orchestre des Pays de Savoie et son absence de lieu permanent de représentation sont autant de spécificités qui doivent être envisagées comme des atouts pour faire de l’orchestre une formation moderne, par sa mobilité et par sa capacité à établir une relation de proximité avec le public. Cela impose que l’orchestre soit en permanence en prise avec les enjeux de son temps, dans ses propositions musicales, dans ses approches, dans son fonctionnement et sa gestion, aujourd’hui tout comme à l’avenir. C’est là tout le défi.

Chaque Administrateur apporte sa pierre à l’édifice, pour faire grandir cette institution de plus de 35 ans. Qu’avez-vous envie de poursuivre ? Que souhaiteriez-vous développer ?

La diversité des publics de l’Orchestre des Pays de Savoie est une de ses richesses qu’il s’agit de préserver. Entretenir cette proximité et irrigation du territoire – qui font l’identité et la vitalité de l’Orchestre des Pays de Savoie – et développer son rayonnement national et international implique de cultiver en permanence l’ambition et l’exigence artistique, au service du public.

Je souhaite également travailler à ce que l’Orchestre des Pays de Savoie soit en capacité de faire preuve de dynamisme permanent, d’innovation et de modernité afin d’investir les nouveaux défis et enjeux des politiques publiques culturelles et du monde musical plus largement : accompagnement des personnels artistiques, ouverture aux amateurs, poursuite des actions d’éducation artistique et culturelle, soutien aux objectifs de diversité et d’égalité femme-homme, etc.

Source : Orchestre des Pays de Savoie

Un nouveau directeur musical pour l’orchestre de chambre de Paris à partir de juillet 2020

Le Conseil d’Administration de l’Orchestre de chambre de Paris, en accord avec la Ville de Paris et le ministère de la Culture – Drac Île-de-France, a nommé ce mardi 8 octobre Lars Vogt comme nouveau directeur musical à compter du 1er juillet 2020, pour un mandat de 3 ans.

Avec Lars Vogt, l’Orchestre de chambre de Paris se dote d’un directeur musical à la fois musicien hors pair et chef internationalement reconnu. Sa présence renforce encore la démarche artistique originale de l’orchestre et son positionnement chambriste. Cette nomination est le résultat d’un processus entamé depuis plus d’un an par le Conseil d’administration de l’Orchestre de chambre de Paris en dialogue permanent avec l’ensemble des musiciens. Ces échanges fructueux ont abouti à la proposition d’une liste restreinte comprenant une candidate et trois candidats sur laquelle l’ensemble des musiciens se sont prononcés par un vote consultatif. Cette procédure rigoureuse a permis au conseil d’administration, réuni le 8 octobre 2019, de désigner Lars Vogt prochain Directeur Musical de l’Orchestre de chambre de Paris avec l’approbation de la Ville de Paris et du ministère de la Culture – Drac Île-de-France.

La nomination de Lars Vogt marque une nouvelle étape dans la dynamique engagée par Douglas Boyd depuis 2015. Au cours des cinq dernières années, l’Orchestre de chambre de Paris a connu un fort renouvellement avec  44 % de nouveaux musiciens, ce qui en fait l’orchestre le plus jeune de Paris. Il est aussi le premier orchestre français permanent à l’effectif réellement paritaire. Aujourd’hui, l’Orchestre de chambre de Paris s’affirme pleinement comme l’un des orchestres de chambre de référence en Europe. Il rayonne sur le Grand Paris avec des concerts à la Philharmonie, au Théâtre des Champs-Élysées, au Théâtre du Châtelet mais également dans des salles au plus près des publics de la métropole, tout en développant de nombreuses tournées internationales.
Acteur musical engagé dans la cité, l’Orchestre de chambre de Paris développe une démarche citoyenne volontaire s’adressant à tous les parisiens, y compris ceux en situation de précarité ou d’exclusion. Les récentes créations musicales conçues avec des bénéficiaires de centres d’hébergement d’urgence de Paris ou des personnes détenues du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin en sont de brillantes illustrations.

« Dès ma première répétition avec l’Orchestre de chambre de Paris, j’ai immédiatement ressenti une grande connivence artistique et émotionnelle avec les musiciens. Il est formidable de voir à quel point cet orchestre est créatif, ouvert aux prises de risque, éléments indispensables pour jouer de la musique !
En tant que nouveau directeur musical, je suis enthousiaste à l’idée du chemin que nous allons parcourir tous ensemble et impatient de vivre nos prochaines aventures artistiques. Je voudrais rendre hommage à mon prédécesseur, Douglas Boyd, pour le formidable travail qu’il a accompli avec l’orchestre. Je sais combien il est apprécié des musiciens et du public. J’ai conscience que la grande qualité qui est celle de l’orchestre aujourd’hui est aussi le fruit de son travail et de son investissement des dernières années. » Lars Vogt – 8 octobre 2019

En tant que directeur musical de l’Orchestre de chambre de Paris, Lars Vogt assurera la direction de six à huit concerts par an. Il sera associé aux tournées et aux enregistrements ainsi qu’aux différentes initiatives de l’orchestre.

Biographie de Lars Vogt

Lars Vogt, Pianiste et chef d’orchestre

Lars Vogt s’est imposé comme l’un des musiciens les plus en vue de sa génération. Né dans la ville allemande de Düren en 1970, il a d’abord attiré l’attention du public en remportant le deuxième prix du Concours international de piano de Leeds en 1990. Il a ensuite mené une carrière riche et variée pendant plus de vingt-cinq ans. Sa polyvalence en tant qu’artiste s’étend du cœur du répertoire classique avec Mozart et Beethoven, de Schumann et Brahms aux romantiques Grieg, Tchaïkovski et Rachmaninov en passant par l’éblouissant Concerto de Lutoslawski.

Au cours de sa carrière prestigieuse, Lars Vogt a joué avec de prestigieux orchestres internationaux notamment avec le Royal Concertgebouw Orchestra, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Santa Cecilia, le Berliner Philharmoniker, le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, le Bayerischer Rundfunk Munich, la Staatskapelle Dresden, le Wiener Philharmoniker, le London Philharmonic, London Symphony Orchestra, New York Philharmonic, Philadelphia
Orchestra, Boston Symphony et NHK Symphony.

Depuis septembre 2015, Lars Vogt est directeur musical du Royal Northern Sinfonia chez Sage Gateshead au Royaume-Uni. Cette saison 2019/20, sera sa dernière avant de devenir directeur musical de l’Orchestre de chambre de Paris. En tant que chef d’orchestre, Lars a également collaboré avec de nombreux orchestres de premier plan, dont les orchestres de chambre de Zurich et l’Orchestre de chambre de Paris, Camerata Salzburg, la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, l’Orchestre de l’Opéra de Hanovre, le Frankfurt Museumorchester, le Philharmonique de Varsovie et les orchestres symphoniques de Sydney, de Singapour, de New York et de Nouvelle Zelande. En mai 2019, il a entamé une tournée très appréciée en Allemagne et en France, à la tête du  Mahler Chamber Orchestra, avec des concerts à Berlin, à Munich et à Paris.

Une répétition avec Lars Vogt et l’Orchestre de chambre de Paris  – 26/09/2019

Télécharger le communiqué de presse de l’orchestre

Contact presse : Lucy Boccadoro : 06 62 15 50 78 / lucy@boccadoro.fr

Source : Orchestre de chambre de Paris


L’ONCT accueille sa nouvelle Administratrice générale

Claire Roserot de Melin a été nommée le 15 janvier 2019, Administratrice générale du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole
Nommée  par Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, Claire Roserot de Melin deviendra donc officiellement l’Administratrice générale du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole le 21 janvier 2019. Elle aura pour principales missions de conduire et d’optimiser la gestion et l’administration des deux institutions toulousaines afin d’assurer la faisabilité de leurs projets artistiques, leur bon fonctionnement et leur rayonnement national et international.
Recrutée en 2009 par l’Opéra de Rouen Normandie en tant qu’Administratrice de l’orchestre et des chœurs, puis Directrice de la coordination artistique, elle a eu pour mission d’assurer l’administration et la gestion du projet artistique de cette maison et de le rendre réalisable. Elle s’est particulièrement impliquée dans la politique générale de l’établissement, contribuant au développement de son rayonnement, à la dimension partenariale du projet culturel et à la reconnaissance de cette institution récemment labellisée Théâtre Lyrique d’Intérêt National. Elle a par ailleurs travaillé à la présence de l’Opéra de Rouen Normandie au sein des réseaux professionnels. Depuis 2009, elle est Vice-présidente de l’A.F.O. ( Association Française des Orchestres).
Initialement musicienne, elle a fait le choix d’une formation en administration et gestion des entreprises culturelles, puis d’un Master II Administration de la musique (Paris IV – Sorbonne). Elle s’est intéressée dans le cadre de ses études à la question du label Opéra National et à la mise en réseau des maisons d’opéra en France.
Ses premières expériences l’ont amenée notamment au sein de la Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical Justiniana comme Administratrice générale, aux Percussions Claviers de Lyon ou encore à l’Opéra National de Paris.
Un parcours qui a affirmé son goût pour le management général et les relations humaines, particulièrement riches et diversifiées, des maisons d’opéra. Elle aura à cœur de mettre son expérience et ses valeurs au service du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Le CNSMD de Lyon accueille son nouveau directeur, Mathieu Ferey

Par arrêté du Ministre de la Culture en date du 2 janvier 2019

Le Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon a le plaisir d’accueillir Mathieu Ferey au poste de directeur de l’établissement. Il succède ainsi à Géry Moutier, qui est resté 9 ans à la tête de l’établissement.

 


 

Né en 1968 à Pontoise (Val-d’Oise), pianiste de formation, Mathieu Ferey est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en esthétique et histoire de la musique. Féru de transmission, titulaire du certificat d’aptitude aux fonctions de directeur de conservatoire, il s’est tourné très tôt vers la direction d’établissement. Il a ainsi occupé successivement les fonctions de directeur des conservatoires de Vincennes (Val-de-Marne) et du 17ème arrondissement de Paris, dont il a contribué à réaliser les actuels bâtiments, avant d’être nommé en 2014 inspecteur de la musique de la Ville de Paris. En 2013 il est invité, en raison de sa connaissance de l’enseignement artistique spécialisé, à rejoindre la rencontre internationale portant sur la préservation des arts traditionnels organisée dans la province du Guangdong, en République Populaire de Chine.

Passionné par les rapports entre la musique et le texte, Mathieu Ferey est régulièrement sollicité pour des conférences ou des notes de programmes : il a collaboré notamment avec le Théâtre des Champs – Élysées, la Philharmonie de Paris, Radio-France et les firmes de disques Naxos et Timpani. Il a présenté les concerts du Chœur régional d’Ile-de-France et de l’orchestre Pasdeloup ainsi que des concerts-lectures réalisés avec des solistes de l’ensemble l’Itinéraire. Il a participé à l’hommage à Claude Debussy programmé par la chaîne Arte en septembre 2012.

Depuis de nombreuses années, Mathieu Ferey travaille sur la musique française au tournant du vingtième siècle, notamment sur l’œuvre et la vie de Joseph-Guy Ropartz (1864-1955). En janvier 2003, le CNSMD de Paris l’invite pour un concert-lecture sur les mélodies de ce compositeur, en collaboration avec la classe de Lied et de Mélodie de Jeff Cohen. Il y reviendra les années suivantes pour les mélodies d’Ernest Chausson, d’Honegger, de Caplet, de Saint Saens et d’Albert Roussel. Avec Benoît Menut, il publie en 2004 Joseph-Guy Ropartz à Nancy (1894-1919), un exemple de décentralisation musicale, dans le recueil Le mouvement scholiste de Paris à Lyon, éditions Symétrie, puis en 2005 une biographie de Ropartz, dans la collection Mélophiles. Il a également participé au collectif La Grande Guerre des musiciens, éditions Symétrie. Depuis 2003, il a présidé ou été membre de nombreux jurys du CNSMD de Paris. De 2013 à 2016, il a pris part aux travaux de la commission « Arts » du Centre National du Livre.

Mathieu Ferey est chevalier de l’ordre des Palmes Académiques.

Source : CNSMD de Lyon