Impact social

Retrouver l’orchestre 20 ans après sa classe de CM2

20 ans après : retour à l’Orchestre !

Presque 20 ans après avoir été accueillis en résidence à l’orchestre, d’anciens écoliers, aujourd’hui trentenaires retrouveront l’Orchestre national de Metz le 12 octobre prochain à l’Arsenal. Lors de la saison 1999-2000, ces jeunes de CM2 de l’école de Richemont (Moselle) ont vécu une expérience unique d’une semaine, immergés au cœur de la vie d’un orchestre symphonique.

La première classe en résidence à l’Orchestre national de Metz

En 1999, l’orchestre, sous l’impulsion de son chef Jacques Lacombe et de Marie-Pierre Macian, responsable des relations publiques, lançait un programme éducatif novateur mettant au centre la relation privilégiée Enfant-Musicien, les notions de créativité et pratique artistique, et l’immersion au cœur de l’univers symphonique.

A cette occasion, la première classe en résidence fut lancée. Après quelques mois de préparation avec leur enseignante, Janine Bauquis et Christelle Bertringer, intervenante en musique, chaque enfant parrainé par un musicien a participé à la vie de l’orchestre : rencontre avec le chef d’orchestre, participation aux répétitions, à des présentations d’instruments, et au concert final à l’Arsenal au cours duquel ils ont présenté une courte création musicale en lever de rideau du concert la Carmencita, dédié à la musique espagnole.

Les actions d’éducation artistique et culturelle : et après ?

En 2018, Marie-Pierre Macian mûrit l’idée du projet « 20 ans après ! ». Sa volonté fait suite à ses réflexions sur l’importance d’un retour d’expérience sur les projets éducatifs des orchestres ; sa démarche s’inscrit également dans l’idée d’un prolongement possible à donner au Livre blanc des actions éducatives des orchestres qu’elle a co-écrit avec Philippe Fanjas, directeur de l’Association Française des Orchestres (AFO) en 2003. Fin 2018, elle contacte Janine Bauquis et se met en relation avec Antigone Mouchtouris, professeure de sociologie à l’Université de Lorraine, spécialiste des questions artistiques et culturelles. La Cité musicale de Metz et l’orchestre adhèrent immédiatement à ce projet. Tous partagent cet enthousiasme de retrouver ces jeunes désormais trentenaires. Que sont-ils devenus ? Se souviennent-ils de cette expérience unique ? Quel impact a-t-elle pu avoir dans leur vie ?  Quelques mois plus tard, 23 jeunes sur 24 sont retrouvés !

Au premier semestre 2019, s’inscrivant dans la logique de l’enquête nationale menée en 2018 par l’Association Française des Orchestres (AFO) sur le rôle sociétal des orchestres, des entretiens individuels sont menés auprès de ces jeunes trentenaires pour comprendre quelle a été la place éventuelle de ce moment privilégié dans leur vie. Mathilde Feutry, étudiante en Master 2 à l’Université de Lorraine et stagiaire à la Cité Musicale et Janine Bauquis ont interrogé 13 de ces anciens élèvesIl ressort de ces entretiens que chaque jeune interviewé se souvient de cette expérience, elle a été vécue comme positive ; ils souhaitent qu’elle puisse être vécue par d’autres jeunes aujourd’hui, et par ailleurs ils seraient partants pour revivre ce type d’expérience en tant qu’adulte, avec un emploi du temps un peu aménagé ! Pour certains, cette expérience a été marquante : ils ont commencé une pratique musicale, décidé de continuer à écouter des orchestres symphoniques après cette première expérience ; ils mettent en avant l’importance du collectif, l’aventure hors de leur quotidien, la découverte d’un univers différent, la rigueur du métier de musicien d’orchestre, ils se sont ouverts à l’idée de « vivre de sa passion » ;  ils se souviennent de leurs parrains-musiciens, du chef d’orchestre, du « stress » et des enjeux de la représentation en public. Certains évoquent leur souhait de transmettre à leurs enfants cette passion de la musique.

Le 12 octobre 2019 sont prévues les retrouvailles avec l’orchestre. Lors d’un concert à l’Arsenal, les jeunes retrouveront leurs parrains-musiciens et rencontreront l’actuel directeur artistique : David Reiland. Ils se replongeront ainsi dans l’univers symphonique pour un moment tout à fait spécial.

Pour prolonger cet anniversaire, en mai 2020, l’orchestre accueillera deux nouvelles classes en résidence originaires de l’école primaire de Richemont !

Les acteurs du projet
  • Service Education et Médiation – Orchestre National de Metz – Cité musicale de Metz
    • Caroline Philippe, chargée de projet Education et Médiation
    • Mathilde Feutry, stagiaire Master 2 Expertise et Médiation culturelle, Université de Lorraine
    • Les Parrains-Musiciens de l’Orchestre
  • Marie-Pierre Macian, ancienne responsable des relations publiques de l’orchestre (1998-2001), co-auteur avec Philippe Fanjas de : « Prêtez l’oreille ! Livre blanc des actions éducatives des orchestres», AFO 2003
  • Janine Bauquis, ancienne enseignante de la classe de CM2 de Richemont
  • Christelle Bertringer, intervenante en musique (dumiste)
  • Antigone Mouchtouris, professeure de sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales – 2L2S.

Témoin de l’activité des orchestres et fortement impliquée dans toutes les questions de société, l’Association Française des Orchestres soutient ce projet.

Contact

Marie-Pierre Macian : 06 86 97 13 41 – marie.macian@gmail.com

Source : Marie-Pierre Macian

Les institutions culturelles s’engagent pour l’insertion des réfugiés

Source : Agence France Presse

Suite à la présentation du projet de loi controversé sur l’asile et l’immigration, Françoise Nyssen a salué, le 22 février à l’Opéra Bastille, l’engagement de onze établissements culturels dans un programme d’insertion en faveur des réfugiés.

Ces lieux culturels d’Île-de-France, majoritairement de spectacle vivant, se sont portés volontaires pour participer au programme d’insertion HOPE (Hébergement Orientation Parcours pour l’Emploi), lancé par le gouvernement et visant plus largement à accompagner l’insertion dans l’emploi de mille réfugiés tous secteurs économiques confondus.
Les lieux culturels volontaires au programme d’insertion HOPE sont les suivants :
  • Théâtre National de la Colline
  • Opéra de Paris
  • Comédie-Française
  • Théâtre de l’Odéon
  • Théâtre de Chaillot
  • Philharmonie de Paris
  • Grande Halle de la Villette
  • MC 93
  • Théâtre Mogador
  • Théâtre Le Comédia
  • Institut du Monde Arabe

Dans ce cadre, 28 réfugiés, venant d’Afghanistan, du Soudan ou encore d’Erythrée, ont été reçus le 22 février par des représentants de lieux culturels pour des entretiens de recrutement, dont douze seront sélectionnés pour des postes d’ « agent du bâtiment » (petits travaux de peinture, électricité, plomberie…). Ils les intègreront en contrat de professionnalisation de six mois.

« C’est par la culture que nous accueillons »

« Ce programme HOPE est très important. Nous avons vraiment souhaité d’entrée de jeu l’accompagner, parce que c’est évident que c’est par la culture que nous pourrons reprendre confiance, par la culture aussi que nous accueillons« , a souligné la ministre de la Culture lors d’un discours prononcé avant le lancement de ces entretiens, en présence du député LREM Aurélien Taché, auteur d’un rapport sur l’intégration des étrangers arrivant en France.

« Je tiens vraiment à défendre ce que nous pouvons faire avec la culture« , a-t-elle encore dit. « Souvent en tant qu’artiste, nous vivons en contradiction totale avec ce que nous prétendons défendre (…) Je crois que l’on a la responsabilité de mener à bien ce projet« , a souligné pour sa part le directeur du Théâtre National de la Colline Wajdi Mouawad.

Ce déplacement de la ministre est intervenu alors que le gouvernement français a défendu mercredi son projet de loi sur l’asile et l’immigration, un texte dont la fermeté est critiquée par la gauche et les associations et qui a fait des vagues jusque dans la majorité du président Macron.

 

Les orchestres aussi s’engagent auprès des réfugiés
L’Orchestre de Chambre de Paris

L’orchestre réalise des actions auprès des publics migrants. Cette année, il les associe à une création musicale et scénique. Cette pièce écrite collectivement par des participants d’âge, de culture et d’origine divers (adultes en apprentissage du français, collégiens), s’inspirera de contes et fables des quatre coins du monde, mais aussi de Ma Mère l’Oye de Ravel. Guidés par le compositeur et instrumentiste Mark Withers et la metteure en scène Aurélie Rochman, les participants en seront aussi les interprètes sur scène aux côtés de musiciens de l’orchestre.

Site internet de l’orchestre

L’Orchestre de Paris

L’Orchestre de Paris a à cœur de soutenir activement l’action de Parcours d’exil et propose depuis quelques années des ateliers-rencontres musicales avec des mineurs et adultes isolés étrangers, ayant subi des sévices, tortures et violences dans leur pays d’origine. Des temps d’échange et des ateliers de pratique instrumentale avec les musiciens de l’Orchestre de Paris, ainsi que des places de concert, sont proposés aux personnes aidées par cette association.
Cette saison, l’Orchestre de Paris innove en exportant les ateliers-rencontres, avec l’aide de Parcours d’exil, vers les familles du Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile.

Site internet de l’orchestre

 

Pour aller plus loin :

A la rencontre de Jordi Savall et de son projet Orpheus XXI.