concours

[Portrait de cheffe d’orchestre] Stephanie Childress

Conformément à son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, l’Association Française des Orchestres souhaite contribuer à mettre en lumière les femmes dans les orchestres. A ce titre, nous publions le portrait des 12 participantes de l’édition 2020 du Concours de cheffes d’orchestre la Maestra.

Stephanie Childress est une cheffe d’orchestre franco-britannique basée à Londres. Elle commença ses études supérieures à l’âge de 16 ans à l’Université de Cambridge, et obtint sa licence de musique en 2018. En 2018, elle a participé à la production de The Enchanted Island du British Youth Opera et fait ses débuts comme chef d’orchestre et soliste avec le Southbank Sinfonia dans un programme de Respighi et Piazzolla. Elle dirige en avril 2019 le Chineke! Junior Orchestra au Queen Elizabeth Hall à l’occasion de la première journée commémorative du Stephen Lawrence Memorial Day.

Au cours de ses études universitaires, Stephanie a dirigé The Rape of Lucretia et le cycle de chansons Les Illuminations de Benjamin Britten au St John’s College, ainsi que l’opéra A Dinner Engagement de Lennox Berkeley pour la Cambridge University Opera Society. Lors de sa dernière année, elle dirige la Neuvième Symphonie de Beethoven à la chapelle de St John’s College et fait ses débuts avec l’Université de Cambridge Sinfonia en tant que cheffe.

Stephanie a participé à des classes de maître avec Sir Mark Elder, Neil Thompson, Nicolas Pasquet, Colin Metters, et Martyn Brabbins. En août 2018, elle a été choisie pour participer à la première masterclass intitulée «Women Conducting Opera», organisée par la Royal Philharmonic Society, au National Opera Studio. L’été dernier, elle a étudié à la Järvi Conducting Academy et a participé à la Aurora Masterclass (Trollhättan) dirigée par Jukka-Pekka Saraste. En juin 2019, Stephanie a assisté Paul Daniel pour des performances et un enregistrement du Concerto pour violoncelle et des Variations Enigma d’Elgar avec l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine.

Ses engagements récents comprennent un projet de direction du concerto pour orchestre de Bartók avec les étudiants du Guildhall aux côtés des membres du London Symphony Orchestra, ainsi qu’une représentation de Ein Deutsches Requiem de Brahms avec l’ensemble qu’elle a fondé, Orchestra Rheia. Ses projets futurs avec Orchestra Rheia incluent une représentation de l’Oedipus Rex de Stravinsky et une célébration des symphonies de Beethoven à l’occasion de son 250e anniversaire. Cette saison, elle assistera Alexander Joel au English National Opera pour la production de Luisa Miller de Verdi. Stephanie fera également ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique Académique Portugais en avril 2020 et l’Orchestre Philharmonique de Dresde en juin 2020.

Source : La Maestra

Crédit photo : Stephanie Childress

[Portrait de cheffe d’orchestre] Lina Gonzalez-Granados

Conformément à son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, l’Association Française des Orchestres souhaite contribuer à mettre en lumière les femmes dans les orchestres. A ce titre, nous publions le portrait des 12 participantes de l’édition 2020 du Concours de cheffes d’orchestre la Maestra.

Lina Gonzalez-Granados s’est imposée au niveau national et international par son talent en direction d’opéras, de musique classique et de musique contemporaine. En 2017 Lina obtient la bourse Taki Concordia, créée par Marin Alsop pour favoriser l’esprit d’entreprise et le talent de jeunes cheffes. À l’automne 2019, elle prend ses nouvelles fonctions auprès du Seattle Symphony et du Philadelphia Orchestra. Cette saison comprend des concerts avec le Philadelphia Orchestra, le Seattle Symphony, le San Diego Symphony, Stamford Symphony, San Francisco Conservatory et l’orchestre Sinfónica del Principado de Asturias.

Récemment cheffe invitée à l’opéra de Tulsa où Lina a marqué l’histoire en étant le premier chef d’orchestre d’Amérique Latine à diriger une importante production dans un opéra américain, Lina a également dirigé l’Orquesta Sinfónica Nacional de Colombia et le Filarmonica de Medellin. Elle a été cheffe adjointe de l’Orchestre national des jeunes de Carnegie Hall, de l’Orchestre Philharmonique des jeunes de Colombie, de l’Orchestre Philharmonique des Amériques, et cheffe du Chicago Symphony at Ravinia, du Nashville Symphony et du London Philharmonic, travaillant ainsi avec des artistes tels que Yefim Bronfman, Pinchas Zukerman, Marin Alsop et Giancarlo Guerrero, entre autres. Cette saison, elle est doublure pour Zubin Mehta au Los Angeles Philharmonic, ainsi que Yannick Nezet Seguin et Thomas Daausgard parmi d’autres artistes.

Lina a été en 2019 l’une des cinq finalistes sélectionnées pour le concours international de direction Sir Georg Solti à Chicago. Elle a assisté au Tanglewood Conducting Seminar, à la masterclass du festival de Lucerne avec le maestro Bernard Haitink, et au Festival de musique contemporaine de Cabrillo avec Marin Alsop. Elle a également participé à la Linda Mitch Hart Institute for Conductors à l’Opéra de Dallas avec le maestro Carlo Montanaro et Nicole Paiment, faisant d’elle le premier chef d’orchestre hispanique sélectionnée pour ce rôle.

Lina est une fervente partisane des compositeurs latino-américains, ce qui lui a valu d’être reconnue comme l’une des «Latino 30 Under 30» par le journal El Mundo en 2016. En 2014, elle fonde Unitas Ensemble, un orchestre de chambre basé à Boston et spécialisé dans la musique latino-américaine. Son travail avec Unitas Ensemble a donné lieu à de nombreuses créations mondiales, nord-américaines et américaines. L’orchestre a également enregistré l’album « Estaciones » avec le Cuarteto Latinoamericano, lauréat d’un Grammy.

Née et élevée à Cali, en Colombie, Lina a fait ses débuts en tant que cheffe en 2008 avec le Youth Orchestre de Bellas Artes à Cali. Elle a un master en direction d’orchestre et un Diplôme d’études supérieures en direction chorale du New England Conservatory. Elle passe actuellement un Doctorat en direction d’orchestre à l’Université de Boston. Ses principaux mentors sont Marin Alsop, Bernard Haitink, Bramwell Tovey et Charles Peltz.

Source : La maestra
Crédit Photo : Site officiel de Lina Gonzalez-Granados

Île de créations : découvrez les trois œuvres finalistes

Île de créations est un concours annuel de composition pour orchestre, créé par l’Orchestre national d’Île-de-France en 2013. Il a pour vocation de permettre aux jeunes compositeurs de confronter leur inspiration, leur savoir-faire à un orchestre symphonique et d’être joués en public et diffusés à la radio. Au public francilien, ce concours offre l’occasion de découvrir la pépinière de la création musicale formée en Europe.

La huitième édition

Ce concours s’adresse aux compositeurs de moins de 33 ans au 1er janvier 2020, ayant été inscrits en cursus de composition et/ou d’orchestration en Europe entre 2015 et 2020. Pour cette huitième édition, les candidats doivent composer une œuvre concertante pour violoncelle et orchestre. La pièce doit être d’une durée de 10 minutes en 5 mouvements de 2 minutes chacun, pouvant être enchaînés les uns aux autres. Le compositeur Guillaume Connesson est le parrain de la 8e édition.

Chaque année l’Orchestre national d’Île-de-France convie plusieurs personnalités prestigieuses à former le jury du concours de composition Île de Créations. En 2020, l’Orchestre a le plaisir d’accueillir les compositeurs Matteo Franceschini et Hèctor Parra. Le jury est présidé par le directeur musical de l’Orchestre Case Scaglione et par Guillaume Connesson, parrain de l’édition 2020.

Un finaliste, une oeuvre

Julien GIRAUDET, pour son œuvre « Mythe »

Nationalité : française
Âge : 32 ans
Parcours : diplômé du cursus composition et orchestration au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Son oeuvre – Un Mythe

I. Un jour dans la plaine
II. Sur la crête
III. Rites
IV. Devant la pierre lisse et noire
V. Le Gouffre dans la nuit

Un mythe. Deux protagonistes : le violoncelle, l’orchestre. Le violoncelle suit sa ligne, s’aventure, cherche ; quand l’orchestre devient brumeux, menaçant, harassant, il fuit, se cache, espionne, tente d’échapper aux incantations obsédantes qui finissent par l’entraîner devant le gouffre.

L’orchestre est employé ici dans toute sa dimension spatiale : c’est de manière physique que la bataille se tient, dans des vagues d’assaut qui montent du fond de l’orchestre jusqu’au tutti submergeant. Ces vagues ne laissent pas la ligne du violoncelle indemne, elles l’infiltrent, lui instillent progressivement des modes de jeu de plus en plus grinçants et percussifs. De plus en plus et jusqu’au bout, pour résister à ces vagues d’assaut, le violoncelliste doit faire corps avec son violoncelle.

Maarten LINGIER, pour son œuvre « Suite concertante pour violoncelle et orchestre »

Nationalité : belge
Âge : 26 ans
Parcours : diplômé du cursus de composition de l’École Normale de Musique de Paris, Alfred Cortot
Son oeuvre – Suite concertante

Cette œuvre est une musique absolue, il n’y a pas d’inspiration directe de l’extérieur à part la musique elle-même. Les cinq mouvements sont écrits en contraste. Ce sont des mouvements courts avec chacun un caractère très spécifique, souvent déterminé par leur propre motif ou par un geste musical. Il y a des influences de musique ancienne, comme le quatrième mouvement, Passacaglia, un petit canon dans Intermezzo et la suggestion d’un bourdon dans la Sérénade. Ce ne sont que de petites références qui sont liées à l’idée d’une suite, le but étant surtout d’écrire quelque chose personnel et contemporain. L’approche du violoncelle est souvent lyrique, parfois rythmique. Le son d’orchestre est parfois orchestral, puis plutôt lié à la musique de chambre. Il y a une recherche harmonique, mélodique, rythmique et de couleur dans l’orchestration, construite intuitivement. Cette œuvre montre les aspects, sonorités et caractères différents du violoncelle, accompagné par l’orchestre.

Maria del Pilar MIRALLES CASTILLO, pour son œuvre « Cello Concerto « Five Pieces of Advices »

Nationalité : espagnole
Âge : 22 ans
Parcours : diplômée du cursus de composition du Conservatoire Royal Supérieur de Grenade, Victoria Eugenia
Son oeuvre – Five pieces of advice

Le concerto pour violoncelle Five Pieces of Advice (“Cinq conseils”) a été composé en septembre 2019 et constitue ma troisième œuvre orchestrale. Il a été composé à partir des règles imposées par le concours : cinq mouvements de deux minutes chacun. La difficulté était de respecter cette durée spécifique à chaque mouvement tout en y développant totalement mes idées musicales. C’était également un défi de parvenir à de la cohérence sur l’ensemble du concerto. Comme l’explique le titre, le concept de cette pièce est “cinq conseils” qui sont les étapes que j’ai l’habitude de suivre pour trouver l’inspiration et la motivation face à une nouvelle pièce : Stand Up (Levez-vous), Walk (Marchez), Close Your Eyes (Fermez les yeux), Take a Deep Breath (Prenez un souffle profond), et Now You Are Ready (Maintenant vous êtes prêt). Tous les mouvements partagent des matériaux identiques et comportent des ressources communes telles que l’harmonie quartale, des accords majeurs avec un triton de la tonique, etc. La structure dans son ensemble est en quelque sorte une fractale dans laquelle le premier et le cinquième mouvement sont énergiques et agités, le deuxième et le quatrième mouvement sont caractérisés par un matériau composé de notes répétées augmentant en dynamique jusqu’à un point culminant, et le troisième mouvement fonctionne comme une cadence pour le violoncelle solo. Certains matériaux de la partie orchestrale de ces mouvements sont réutilisés dans le cinquième mouvement, où tous les motifs sont combinés pour obtenir une cohérence dans la pièce entière.

Source : Orchestre national d’Île-de-France

Une lauréate au 56e Concours de Jeunes chefs de Besançon

Une jeune cheffe d’orchestre japonaise remporte le Grand Prix de Direction du 56e Concours international de jeunes chefs d’orchestre organisé dans le cadre du Festival international de musique Besançon – Franche-Comté.

À l’issue d’une Finale qui a opposé Haoran Li (Chine, 33 ans), Victor Jacob (France, 28 ans) et Nodoka Okisawa (Japon, 32 ans), le Jury a choisi Nodoka Okisawa comme lauréate du Grand Prix de Direction du 56e Concours international de jeunes chefs d’orchestre. Elle succède donc à Ben Glassberg, vainqueur en 2017.

Voici le palmarès du 56e Concours :
– Grand Prix de Direction : Nodoka Okisawa
– Coup de cœur de l’orchestre de la Finale : Nodoka Okisawa
– Coup de cœur du public : Nodoka Okisawa
– Mention spéciale : Victor Jacob

Le concours international de jeunes chefs d’orchestre

Le Concours de Besançon est ouvert à tous les artistes de moins de 35 ans qui souhaitent devenir chef d’orchestre professionnel, quel que soit leur parcours, leur formation ou leur expérience, aucun diplôme préalable n’étant exigé. Seul concours ne faisant pas de sélection sur dossier, tous les candidats se présentent aux épreuves de présélections.

Le Concours ouvre 270 places par édition : les inscriptions ferment dès que la limite de places est atteinte.
Membres du Jury :
  • Yan Pascal Tortelier, président du Jury et chef d’orchestre
  • Catherine Larsen-Maguire, cheffe d’orchestre
  • Eric Tanguy, compositeur
  • Jean-François Verdier, chef d’orchestre
  • Liza Kerob, violon solo
  • Annette Mangold, conseillère artistique
  • Timothy Walker, directeur artistique
La lauréate

Nodoka Okisawa

[Japon, 32 ans]

Nodoka Okisawa a remporté le 1er prix et le prix spécial du 18e Concours international de direction de Tokyo et le 3e prix du 7e Concours international de direction « Jeunesses Musicales » de Bucarest. Elle a étudié à l’Université des Arts de Tokyo et à la Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin avec les professeurs Christian Ehwald, Hans-Dieter Baum, Manuel Nawri, Ken Takaseki et Tadaaki Otaka. Elle a été choisie comme étudiante à la Fondation Félix Mendelssohn Bartholdy et a étudié avec Kurt Masur. Elle a également participé à des masterclasses avec Neeme Järvi, Paavo Järvi, Peter Gülke et Riccardo Muti. Parmi les orchestres qu’elle a dirigés figurent le Konzerthaus Orchestra Berlin, l’Orchestre Philharmonique de Magdebourg, l’Orchestre Philharmonique George Enescu, l’Orchestre Symphonique Métropolitain de Tokyo, le New Japan Philharmonic. Elle a dirigé le nouvel opéra Neue Szenen au Deutsche Oper Berlin et a travaillé sur de nombreux autres projets d’opéra.

Source : Festival international de musique de Besançon

Lucie Leguay, cheffe assistante de trois orchestres

Après avoir été distinguée au Tremplin jeunes cheffes organisé par l’ Association Française des Orchestres, l’Orchestre de Picardie et la Philharmonie de Paris en novembre 2018, Lucie Leguay est désignée cheffe assistante de l’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre de Picardie.
Le concours

Pour la troisième année consécutive, les 3 orchestres s’associent pour nommer leur chef.fe assistant.e, ce qui montre leur implication en faveur de l’insertion professionnelle et leur volonté de proposer à l’assistant.e, un parcours riche d’expériences.

Pour cette édition :
– 165 candidats
– 10 candidats sélectionnés
– 4 candidats en finale

Âge moyen : 27 ans

39 nationalités

Le jury était composé de Case Scaglione, Ann-Estelle Médouze (Orchestre national d’Île-de-France), Alexandre Bloch, Fabio Sinacori (Orchestre national de Lille) et Arie Van Beek, Zbigniew Kornowicz (Orchestre de Picardie).

BRAVO aux trois autres finalistes : Alexander Colding Smith, Chloé Dufresne et Victor Jacob.

Le/la chef.fe assistant.e
Ses missions dans chacun des orchestres pour la saison 2019.20 :
Assistanat artistique :
. à la réalisation des concerts,
. à la préparation des programmes,
. à la direction musicale de répétitions,
. à la direction musicale de concerts pédagogiques et d’autres programmes.

Lucie Leguay

Musicienne dynamique et éclectique, Lucie Leguay mène une double activité de pianiste et de chef d’orchestre. Titulaire d’un master de direction d’orchestre à la Haute École de Musique de Lausanne dans la classe d’Aurélien Azan Zielinski, elle est également diplômée de l’École Supérieur Musique et Danse des Hauts de France et du conservatoire à rayonnement régional de Saint-Maur-des-Fossés à Paris.

Lauréate de plusieurs concours internationaux, Lucie est distinguée en novembre 2018, lors du premier Tremplin pour jeunes cheffes d’orchestre à la Philharmonie de Paris. L’année précédente, elle accède aux huitièmes de finale du Concours International de chefs d’orchestre d’opéra à l’Opéra Royal de Wallonie-Liège. Elle remporte le Prix de l’Orchestre Camera de Florence en 2016 lors de la finale du Concours International de Direction d’Orchestre à Empoli (Italie).

Les enseignements qu’elle a reçus, ont nourri son inspiration et sa curiosité pour un répertoire très riche allant de l’opéra à la musique contemporaine tout en passant par le répertoire symphonique. L’interprétation fidèle du texte est au cœur de sa formation, de sa définition du rôle de chef d’orchestre et de ses activités musicales, notamment à travers la création et la collaboration avec des compositeurs contemporains.

Depuis 2014, elle se produit régulièrement en France et à l’étranger avec divers orchestres tels que l’Orchestre National de Bogota et l’artiste Wax Tailor, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Symphonique Caux Vallée de Seine, l’Orchestre de Formation Professionnelle à Lille, l’Orchestra da Camera Fiorentina (Italie) ou encore le Manchester Camerata. En Suisse, elle est invitée par l’Orchestre Symphonique Ribeaupierre à Vevey, l’Orchestre le Pont des Arts et l’Orchestre SaintPierre Fusterie à Genève.La saison 2019-2020 est marquée par d’importants projets. Elle sera l’invitée de l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre National de Lille, Les Siècles et l’Orchestre de Picardie. En mai prochain, elle est invitée à diriger le spectacle Les misérables en concert lors d’une tournée en Corée.

Lucie Leguay fonde en 2014 l’Orchestre de Chambre de Lille (OCL) avec une ambition : diffuser la musique pour tous, dans des endroits où on ne l’attend pas. L’OCL se produit dans la métropole lilloise avec des concerts de différents formats et aux esthétiques diverses allant de « la découverte des instruments » à la grande symphonie. La transmission et les pratiques collectives sont au cœur des projets pédagogiques de l’orchestre qui, en parallèle aux concerts propose des ateliers de sensibilisation. L’orchestre et sa chef se produisent aussi bien dans des écoles, des maisons de repos, des musées que dans les salles de concerts avec toujours la volonté de rencontrer de nouveaux publics.

Sélection des candidates pour le Tremplin des jeunes cheffes d’orchestre

Suite aux 41 candidatures reçues pour le Tremplin de jeunes cheffes d’orchestre organisé dans le cadre d’Orchestres en fête par l’Association Française des Orchestres, l’Orchestre de Picardie et la Philharmonie de Paris, la sélection des 6 candidates qui pourront faire leur preuve le 23 novembre 2018 à 15h au Studio de la Philharmonie est arrêtée. 

Les six candidates sélectionnées

 

Holly Choe – Etats-Unis

Holly est arrivée dans le milieu de la musique classique à 19 ans, lorsqu’elle a commencé son premier cours particulier de musique. Elle avait appris à jouer de plusieurs instruments tels que la clarinette, le piano, la batterie, la guitare ou encore le maillet, mais jamais en interprétant le répertoire classique. Elle est tombée immédiatement amoureuse du répertoire classique et de la profondeur des styles à travers les époques, des vastes couleurs, de l’expression du genre et de ses émotions. Elle a donc travaillé très dur pour rattraper  le niveau de ses collègues des différentes institutions qu’elle a fréquenté. Elle a obtenu son diplôme de premier cycle et n’a pas été en mesure d’obtenir son master à cause de son déménagement en Europe afin de poursuivre son rêve de devenir cheffe d’orchestre. Elle étudie actuellement avec le chef Johannes Schlaefli qui l’a beaucoup fait évoluer. Elle dirige actuellement deux orchestres amateurs, est membre du prestigieux forum de chefs d’orchestre en Allemagne, et enseigne la direction aux débutants à l’Université de Zurich. Elle continuera à travailler sans relâche pour atteindre ses objectifs.

 

Chloé Dufresne – France

Originaire de Montpellier, elle a suivi des études de direction de chœur, de chant, et d’alto au conservatoire et dans les chœurs d’enfants de l’opéra. Elle a débuté ses études de direction d’orchestre à l’Ecole Normale de Musique de Paris où elle a obtenu son diplôme supérieur de direction d’orchestre en 2015. Après un Bachelor à la Sibelius Academy d’Helsinki obtenu en 2018, elle poursuit actuellement son cursus en Master 1 au Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Paris dans le cadre du programme Erasmus. Durant la saison 2017-2018, elle a participé à la production de Médée de Cherubini à l’Opera de Rouen en temps que cheffe de chœur (choeur de l’opéra de Rouen et choeur Accentus). En Juin, elle a été cheffe assistante de l’orchestre de Montpellier pour La Fille du Régiment de Donizetti aux Folies d’O. En Août, elle a été invitée à diriger Le Royal Stockholm Philharmonic pour la préparation de leur tournée au Japon (dirigée par Sakari Oramo). Pour la saison 2018-2019, elle concourra parmi 20 jeunes chefs pour la « Donatella Flick LSO Conducting Competition ».

 

Sora Elisabeth Lee – Corée du Sud

Sora Elisabeth Lee poursuit ses études en direction d’orchestre sous la tutelle d’Alain Altinoglu au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, en France. Elle est titulaire d’un baccalauréat de l’université de musique de Munich en Allemagne où elle a étudié avec Bruno Weil. Elle a commencé à jouer du piano à l’âge de six ans et s’est produite sur scène en tant que pianiste solo à l’âge de huit ans. Dans son enfance, elle a également pris des leçons de flûte et de percussion. Depuis son arrivée en Allemagne en 2012, elle a dirigé le BBC Philharmonic, l’Orchestre Symphonique de Munich, l’Orchestre Philharmonique de Dresde, l’Orchestre Symphonique de Budapest, ainsi que l’Orchestre de Chambre Ingolstadt Georgian.

 

Lucie Leguay – France

Lucie Leguay mène une double activité de chef d’orchestre et pianiste. Elle obtient en 2018 son Master de Direction d’Orchestre à la Haute École de Musique de Lausanne. Elle est également Lauréate de plusieurs concours internationaux et remporte en 2016 le Prix de l’Orchestre Camera de Florence au Concours International de Direction d’Orchestre à Empoli (Italie). Elle se démarque en 2017 en 8ème de finale lors du Concours International de Chefs d’Orchestre à l’Opéra Royal de Wallonie-Liège. Elle a dirigé de nombreux orchestre tel que l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Bogota, le Manchester Camerata, l’Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie à Liège, l’Orchestre Camera Fiorentina en Italie, ou encore en Suisse avec l’Orchestre Symphonique Ribeaupierre de Vevey et l’Orchestre Pont des Arts à Genève. La création auprès des compositeurs prend une place importante dans ses activités musicales. À l’Opéra de Lille, au Portugal ou encore en Suisse elle collabore avec William Blank, Michael Jarrell, Peter Eötvös, Joao Madureira. En 2014 elle crée son ensemble l’Orchestre de Chambre de Lille.

 

Gabriella Teychenné – Angleterre

En 2018, Gabriella a été la plus jeune participante au 4e Concours international de direction Evgeny Svetlanov. Elle est actuellement sélectionnée pour occuper le poste de chef d’orchestre auxiliaire chez Equilibrium Young Artists (EQ) entre 2017 et 1919, aux côtés de Barbara Hannigan S. Elle a déjà travaillé avec le LUDWIG Orchestra en tournée et avec le Munich Philharmonic Orchestra. Au cours de la prochaine saison, elle travaillera aux côtés de l’Orchestre Symphonique National Danois, du Munich Philharmonic, du London Symphony Orchestra, de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, de Cleveland Orchestra. , du Juilliard Orchestra et du Toronto Symphony Orchestra, pour préparer un répertoire comprenant le Requiem de Mozart, le Concerto pour violon de Berg avec Christian Tetzlaff et des œuvres de Ligeti, Kurtág, Bartók, Haydn, Gershwin et Sibelius. En 2017, elle a travaillé avec Vladimir Jurowski et le London Philharmonic Orchestra sur Oedipus d’Enescu à Londres et est partie en tournée à travers le Japon. Elle a de nouveau été invitée à assister au London Philharmonic Orchestra en 2018 sur plusieurs projets, dont la première mondiale de la Cantate pour la fin de la guerre de Magnus Lindberg, la Sinfonietta de Janacek, ainsi que le Concerto pour quatuor à cordes et à vents de Janusik et le Concerto pour Quatuor à cordes de Martinu le Quatuor Borodin. En 2018, elle a fait partie de l’équipe de musique du Staatsoper de Hambourg et a participé à la première mondiale de ‘Benjamin’. Elle dirigera le groupe allemand contemporain Ensemble Unitedberlin avec le baryton Dietrich Henschel à plusieurs reprises au cours de la période 2018-2020 sur douze nouvelles œuvres commandées par des compositeurs de toute l’Europe.

 

 

Nil Venditti – Italie

Nil a ouvert la saison de concerts de l’Orchestre symphonique Bilkent (Ankara) avec le chef Fazil Say au piano les 12 et 13 octobre. Le 26 octobre, elle dirigera le Requiem de Faure à Ljubljana avec l’Orchestre philharmonique slovène. En janvier, elle sera à Meiningen (Allemagne) pour diriger « Cosi fan Tutte », puis de retour en Turquie (Izmir) avec la 4ème symphonie de Mendelssohn. Avant tout cela, elle a dirigé les « Sinfonica Abruzzese », l’Orchestre de chambre de Perugia, l’Orchestre Symphonique de Rossini, et l’Orchestre Philharmonique du Grand Théâtre de Turin en Italie avec un répertoire classique : Mozart, Haydn, Beethoven et des pièces romantiques comme Tchaïkovski Rococò Variations. Elle a dirigé « l’Orchestre du Sol » au Portugal avec quelques Rossini et Strauss et, en Allemagne, j’ai dirigé la « Konstanz Philharmonie » avec les symphonies de Tchaikovski et la 4ème symphonie de Mahler. Elle a participé deux fois au festival de musique Parnu avec Paavo Jarvi, pour diriger la 3ème symphonie de Tchaikovski, la 1ère symphonie de Rachmaninov et d’autres compositeurs estoniens contemporains.

 

 
Félicitations à elles ! Nous vous donnons maintenant rendez-vous le 23 novembre à 15h pour les voir à la baguette pour la 2ème étape de ce tremplin !

Young Audiences Music Awards 2018

Le Réseau européen pour la sensibilisation à l’Opéra et à la Danse (RESEO), dont l’Association Française des Orchestres (AFO) est membre, est ravi d’annoncer la cinquième édition du prix Meilleur opéra jeune public qui sera mis en jeu lors des Young Audiences Music Awards 2018 !

La période de candidature vient d’ouvrir alors n’attendez plus !

Comment savoir si je remplis les critères pour me présenter ? 

Si vous créez des productions innovantes à destination du jeune public, vous pouvez postuler et prétendre à un prix dans les catégories suivantes :

  • Meilleur petit ensemble jeune public
  • Meilleur grand ensemble jeune public
  • Meilleur opéra jeune public

Des prix en numéraire seront discernés aux lauréats du Prix production de l’année et du Prix du public, sélectionnés parmi les quatre principaux candidats de chaque catégorie.

Qui a remporté le prix Meilleur opéra Jeune public en 2017 ?

En 2017, le Finnish National Opera and Ballet a remporté le prix avec IHMEPOIKA A.
Cette année, ce sera peut-être vous !

Quand est-ce que je peux déposer ma candidature ?

Le 1er juin 2018 au plus tard, avant 17h.

Quand aura lieu l’annonce des résultats ?

Les lauréats seront annoncés le 17 octobre 2018 lors de la YAMsession 2018 à Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne).

Plus d’informations prochainement :

www.yamawards.org

www.yamsession.org

Concours international de chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov

 La période d’inscriptions au concours  est ouverte !
Le concours

Illustre figure du XXe siècle et héritier de la grande tradition des chefs d’orchestre russes, Evgeny Svetlanov laisse son empreinte au sein du monde musical d’aujourd’hui.
Créé en 2007 en sa mémoire, ce concours international de chefs d’orchestre se déroule tous les quatre ans. L’Orchestre philharmonique de Radio France qui avait déjà participé à la troisième édition du concours (2014) se réjouit de contribuer à nouveau à la découverte de jeunes chefs. Les 13 lauréats qui ont été primés dans le cadre de ce concours sont aujourd’hui reconnus sur la scène internationale (Lio Kuokman, Samuel Burstin, Mihhail Gerts, Kalle Kuusava, Andris Poga, Christoph Altstaedt, Daniel Cohen, Robert Trevino, Domingo Hindoyan, Benjamin Ellin, Roberto Fores Veses, Debora Waldman, Rossen Gergov).

Le Concours international de chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov revient du 4 au 8 septembre 2018 à l’Auditorium Radio France à Paris pour sa quatrième édition, conjointement organisée par l’Association « Concours international de chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov » et Radio France. L’édition 2018 du concours est particulière car elle rend hommage au 90ème anniversaire de Maestro Evgeny Svetlanov.

INSCRIPTION

Le Concours est ouvert aux musiciens de toutes nationalités, nés entre 1978 et 1998, dont la formation est déjà confirmée.

Le dossier d’inscription complet devra être envoyé AVANT  le 30 mars 2018 au Bureau du Concours de Radio France (date de la poste faisant foi).

S’inscrire

SÉLECTION DES CANDIDATS

Il sera sélectionné 18 candidats sur étude de dossier de candidature. Les résultats de la sélection seront communiqués aux candidats avant le 5 juin 2018 par voie électronique.

CONCOURS 

Les droits d’inscription s’élèvent à 400 Euros. Les épreuves du Concours auront lieu à l’Auditorium de Radio France (116, avenue du Président Kennedy, 75016 Paris, France).

L’Orchestre philharmonique de Radio France (Mikko Franck – Direction musicale, Jean-Marc Bador – Délégué général) sera l’orchestre officiel du Concours.

Le jury du concours est composé de 7 personnalités :

  • Alexander Vedernikov (président du jury),  Chef principal de l’Orchestre symphonique d’Odense (Danemark), Chef principal de l’Opéra royal Danois, ex-Directeur musical et Chef principal du Théâtre Bolchoï de Moscou (Russie)
  • Jorma Panula, Chef d’orchestre, Professeur et fondateur de « Panula-Academy Conducting Workshops » (Finlande), Compositeur
  • Andrey Boreyko, Directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Naples (États-Unis)
  • Nathalie Stutzmann, Cheffe principale de l’Orchestre symphonique de Kristiansand (Norvège), Cheffe invitée principale de l’Orchestre symphonique de la radio-télévision d’Irlande, Artiste associée de l’Orchestre symphonique d’État de São Paulo, Chanteuse
  • Cristina Rocca, Vice-Présidente artistique de l’Orchestre symphonique de Chicago (Etats-Unis)
  • Mauro Bucarelli, Délégué artistique de l’Orchestre national de l’Académie Santa Cecilia (Italie)
  • Gidon Kremer. Violoniste, Fondateur de l’Orchestre Kremerata Baltica (Lettonie)

Première épreuve éliminatoire : le mardi 4 et le mercredi 5 septembre 2018
Deuxième épreuve éliminatoire : le vendredi 7 septembre 2018
Épreuve finale : le samedi 8 septembre 2018

Les première et deuxième épreuves se dérouleront à huit-clos, l’épreuve finale sera ouverte au public.

Toutes les épreuves seront diffusées en direct sur medici.tv.

RÉCOMPENSE

Premier Prix : 20 000 € et Diplôme
Deuxième Prix : 10 000 € et Diplôme
Troisième Prix: 5 000 € et Diplôme

Toutes les informations sur le Concours : svetlanov-evgeny.com

Dans les coulisses des concours d’entrée aux CNSMD

Pour les Conservatoires Nationaux Supérieurs Musique et Danse de Paris et de Lyon, les mois de septembre, octobre et novembre accueillent le deuxième volet des concours d’entrée.

Le mois de septembre constitue l’ouverture du deuxième volet des concours d’entrée pour les deux établissements nationaux supérieurs d’enseignement artistique. Pour le CNSMD de Lyon, il s’agit de dénicher les étudiants qui constitueront la nouvelle promotion de la Formation Diplômante au Certificat d’Aptitude (FDCA) Musique, du 16 octobre au 17 novembre. Quant au CNSMD de Paris, il est d’ores et déjà à la recherche d’étudiants au Diplôme d’Artiste Interprête (DAI) et au doctorat d’interprète de la musique.

Des concours de haut niveau

Depuis une semaine déjà et jusqu’au 28 septembre, une soixantaine de candidats sont auditionnés publiquement dans la vaste salle Maurice Fleuret du CNSMD de Paris. L’élégance fragile des sonates de Debussy laisse place à des interprétations jazz sur des standards de la musique roumaine ou à la vivacité du chant lyrique contemporain,a capella. Qu’ils soient pianistes, chanteurs ou violonistes, issus de formations françaises ou internationales, tous ont pour but d’intégrer le Diplôme d’Artiste Interprète (DAI) ou de poursuivre leur cursus en doctorat d’interprète de la musique au Conservatoire.

Au total, moins d’une vingtaine d’artistes seront retenus pour cette prestigieuse poursuite d’études.

« Nous sommes face à des musiciens de haut niveau, aussi bien dans la technique que dans l’interprétation, à quelques rares exceptions près, constate la présidente du jury, la compositrice de musique contemporaine Graciane Finzi, qui a enseigné plus de trente ans au CNSMDP. Cela va être un véritable casse-tête de les départager, à l’issue du concours ».

Pour prétendre à une entrée en troisième cycle, les candidats doivent en effet attester d’un niveau master ou d’un diplôme de second cycle. A ce stade, ce n’est plus seulement leur savoir-faire qui est minutieusement scruté par les membres du jury mais bel et bien leur virtuosité, l’évidence de leur présence scénique et la pertinence de leur projet d’études au Conservatoire.

Affirmer sa personnalité artistique 

La diversité des profils ne simplifie pas la lourde tâche du jury. En une matinée, la salle Maurice Fleuret accueille un jeune artiste italien souhaitant soutenir une thèse sur la réhabilitation technique de la viole de gambe, une violoniste japonaise avide de s’immerger dans le répertoire contemporain occidental et Raphaël Jouan, violoncelliste de 23 ans issu du CNSMD de Paris.

« Si je suis reçu au DAI, mon souhait est de faire découvrir des sonates de compositeurs qui ont été oubliées du grand public.Comme celles de Joseph-Guy Ropartz [1864-1955 NDR], Louis Vierne [1870-1937] ou Alexandre Tansman [1897-1986], expose le jeune homme avec enthousiasme, à la sortie de son audition instrumentale.

Dans le cadre du DAI, les étudiants ont la possibilité de suivre des cours pour perfectionner leur pratique instrumentale mais aussi d’utiliser les ressources humaines comme matérielles de l’établissement pour mener leur projet personnel. Collaborations avec l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique pour des enregistrements, consultation de fonds de partitions à la Médiathèque ou mise à disposition des salles de représentation, tout est mis en oeuvre pour affirmer au plus haut niveau, la personnalité artistique de ces jeunes talents.

Ben Glassberg, lauréat du Concours international de jeunes chefs d’orchestre

Ben Glassberg, 23 ans, remporte le 55ème concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon.

Dans la soirée du samedi 16 septembre 2017, se départageait la finale du concours international de jeunes chefs d’orchestre. Elle a mis en concurrence trois jeunes talents dont un français :

  • Ivan Demidov (26 ans), russe
  • Jordan Gudefin (28 ans), français
  • Ben Glassberg (23 ans), anglais.

Sur la scène du Théâtre Ledoux de Besançon, les trois jeunes hommes se sont succédés pour interpréter les pièces suivantes :

  • « Nuages et Fêtes » extrait des Nocturnes de Claude Debussy;
  • « La Chauve-Souris » de Johann Strauss;
  • « Le jardin étoilé » (2017), une création de Philippe Hersant spécialement commandée par le festival.

C’est à l’issue de la soirée, que le jeune chef britannique, âgé de 23 ans a remporté les trois prix à décerner :

  • le Grand Prix du jury, présidé par le chef d’orchestre américain Leonard Slatkin
  • le coup de cœur du public
  • le coup de cœur de l’orchestre

« Je me sens incroyablement bien. J’ai du mal à réaliser ce qui se passe, c’est un rêve, le plus beau jour de ma vie » confie le lauréat.

Dès janvier 2018, Ben Glassberg fera ses débuts en Allemagne avec le Kammeracademie Potsdam.