cheffe d’orchestre

[Portrait de cheffe d’orchestre] ELENI PAPAKYRIAKOU

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

La cheffe d’orchestre grecque Eleni Papakyriakou a terminé ses études de direction d’orchestre à l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne avec les professeurs Uroš Lajovic et Johannes Wildner, successeurs de la tradition d’enseignement de Hans Swarowsky.

Après avoir obtenu son diplôme, elle a pris le poste de cheffe de choeur au Landestheater Niederbayern à Passau (Allemagne), où elle dirige actuellement de nombreuses représentations d’opéra. Dans l’intervalle, elle a été nommée cheffe d’orchestre et directrice artistique de l’Orchestre de l’Université de Passau après avoir dirigé au pied levé la première symphonie de Mahler. Elle dirige de grandes œuvres symphoniques telles que Scheherazade, Symphonie Fantastique, Nullte de Bruckner et Quatrième symphonie de Tchaïkovski lors de concerts à guichets fermés. En mai 2019, elle commence sa collaboration avec l’Akademischer Orchesterverein Wien.

Au cours de ses études, elle a été cheffe d’orchestre adjoint à l’Académie internationale de l’opéra de Vienne, prenant en charge des représentations d’opéra. Elle a assisté à des masterclasses avec Bertrand de Billy, Fabio Luisi, Nicolás Pasquet, Karolos Trikolidis et Myron Michailidis, où les membres de l’orchestre l’ont désignée comme l’une des meilleures participantes. En tant que boursière de la Fondation Tokyo, elle a dirigé un ensemble avec des musiciens de New York, Paris et Vienne lors d’un concert diffusé en direct.

Eleni Papakyriakou est également diplômée en musicologie, composition et piano et a dirigé plusieurs premières mondiales.

Source : La Maestra

Crédit photo : © Peter Litvai

[Portrait de cheffe d’orchestre] Lina Gonzalez-Granados

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Lina Gonzalez-Granados s’est imposée au niveau national et international par son talent en direction d’opéras, de musique classique et de musique contemporaine. En 2017 Lina obtient la bourse Taki Concordia, créée par Marin Alsop pour favoriser l’esprit d’entreprise et le talent de jeunes cheffes. À l’automne 2019, elle prend ses nouvelles fonctions auprès du Seattle Symphony et du Philadelphia Orchestra. Cette saison comprend des concerts avec le Philadelphia Orchestra, le Seattle Symphony, le San Diego Symphony, Stamford Symphony, San Francisco Conservatory et l’orchestre Sinfónica del Principado de Asturias.

Récemment cheffe invitée à l’opéra de Tulsa où Lina a marqué l’histoire en étant le premier chef d’orchestre d’Amérique Latine à diriger une importante production dans un opéra américain, Lina a également dirigé l’Orquesta Sinfónica Nacional de Colombia et le Filarmonica de Medellin. Elle a été cheffe adjointe de l’Orchestre national des jeunes de Carnegie Hall, de l’Orchestre Philharmonique des jeunes de Colombie, de l’Orchestre Philharmonique des Amériques, et cheffe du Chicago Symphony at Ravinia, du Nashville Symphony et du London Philharmonic, travaillant ainsi avec des artistes tels que Yefim Bronfman, Pinchas Zukerman, Marin Alsop et Giancarlo Guerrero, entre autres. Cette saison, elle est doublure pour Zubin Mehta au Los Angeles Philharmonic, ainsi que Yannick Nezet Seguin et Thomas Daausgard parmi d’autres artistes.

Lina a été en 2019 l’une des cinq finalistes sélectionnées pour le concours international de direction Sir Georg Solti à Chicago. Elle a assisté au Tanglewood Conducting Seminar, à la masterclass du festival de Lucerne avec le maestro Bernard Haitink, et au Festival de musique contemporaine de Cabrillo avec Marin Alsop. Elle a également participé à la Linda Mitch Hart Institute for Conductors à l’Opéra de Dallas avec le maestro Carlo Montanaro et Nicole Paiment, faisant d’elle le premier chef d’orchestre hispanique sélectionnée pour ce rôle.

Lina est une fervente partisane des compositeurs latino-américains, ce qui lui a valu d’être reconnue comme l’une des «Latino 30 Under 30» par le journal El Mundo en 2016. En 2014, elle fonde Unitas Ensemble, un orchestre de chambre basé à Boston et spécialisé dans la musique latino-américaine. Son travail avec Unitas Ensemble a donné lieu à de nombreuses créations mondiales, nord-américaines et américaines. L’orchestre a également enregistré l’album « Estaciones » avec le Cuarteto Latinoamericano, lauréat d’un Grammy.

Née et élevée à Cali, en Colombie, Lina a fait ses débuts en tant que cheffe en 2008 avec le Youth Orchestre de Bellas Artes à Cali. Elle a un master en direction d’orchestre et un Diplôme d’études supérieures en direction chorale du New England Conservatory. Elle passe actuellement un Doctorat en direction d’orchestre à l’Université de Boston. Ses principaux mentors sont Marin Alsop, Bernard Haitink, Bramwell Tovey et Charles Peltz.

Source : La maestra
Crédit Photo : Site officiel de Lina Gonzalez-Granados

[Portrait de cheffe d’orchestre ] Rebecca Tong

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Cheffe indonésienne d’origine chinoise, Rebecca Tong est actuellement cheffe d’orchestre résidente du Jakarta Simfonia Orchestra.

Boursière au Royal Northern College of Music de Manchester (RNCM), elle est cheffe assistante auprès du département Opéra du RNCM, du BBC Philharmonic Orchestra et du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra.

Rebecca Tong est également lauréate 2020 du concours de cheffe d’orchestre internationale La Maestra, lauréate 2019 du Taki Concordia Conducting Fellowship et en 2018, elle est l’une des boursières du Festival de musique contemporaine de Cabrillo parrainé par Cristian Măcelaru.

Le répertoire de Rebecca Tong va de la musique symphonique à l’opéra en passant par la musique de chambre. En 2019, elle a notamment dirigé Le Voyage du pèlerin de Vaughan Williams avec le RNCM et Dialogues des carmélites de Poulenc. Elle est directrice musicale pour la production de La Tragédie de Carmen au City Lyric’s Opera.

Rebecca Tong a assisté à des master-classes dans le monde entier avec des chefs tels que Sir Mark Elder, Mark Shanahan, Gustav Meier, Clark Rundell, Mark Heron, Neil Varon, Leon Fleisher, Mark Gibson, Roberto Paternostro et John Farrer.

Elle vient d’achever son master en direction d’orchestre au Conservatoire supérieur de musique de l’Université de Cincinnati.

Source : La Maestra
Crédit photo : Rebecca Tong

Retour sur la masterclasse de direction d’orchestre de l’Orchestre national de Metz

Souhaitant faire découvrir de jeunes talents de la direction d’orchestre et les accompagner dans leur début de carrière, l’Orchestre national de Metz lance sa masterclasse de direction d’orchestre, dont la première édition s’est tenue du 1er au 4 septembre 2020.

LE CONTEXTE

Partant du constat que les chef.fe.s en début de carrière ont peu l’occasion de travailler avec des orchestres professionnels, cette masterclasse a pour but de leur offrir cette opportunité. Le choix d’une parité parfaite entre les participant.e.s sélectionné.e.s répond à l’engagement de l’Orchestre national de Metz – et plus largement de la Cité musicale – d’amplifier son action en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres.

PRESENTATION DE LA MASTERCLASSE

La masterclasse « Gabriel Pierné »,  en hommage au compositeur messin, permet à 6 che.ffe.s (3 femmes et 3 hommes) de se perfectionner durant 4 jours, sous la direction de David Reiland avec l’Orchestre national de Metz. 

Les répétitions ainsi que le concert de restitution, ouverts au public, se sont déroulés dans la Grande Salle de l’Arsenal de la Cité Musicale de Metz.

Lors du concert de restitution, le vendredi 4 septembre 2020, chaque morceau a été dirigé deux fois ; par une femme et un homme comme suit :

  • Dumbarton Oaks de Stavinsky –  Christina Iscenco puis Swann Van Rechem
  • Prélude à l’après-midi de Faune de Debussy – Maxime Pitois puis Agata Zajac
  • Symphonie 41 dite Jupiter de Mozart –  Pit Brosius puis Chloé Dufresne.

LES PARTICIPANT.E.S

Pit Brosius
Pit Brosius a commencé ses études musicales en tant que saxophoniste à l’âge de 9 ans. En 2011, il intègre la classe de direction d’orchestre du Conservatoire de la Ville de Luxembourg de David Reiland et en juin 2018, il clôture son diplôme de bachelier au Conservatorium Maastricht avec “cum laude” dans la classe d’Arjan Tien.

Chloé Dufresne
Chloé Dufresne est finaliste du Siemens-Hallé International Competition 2020 et lauréate du Tremplin des jeunes cheffes de la Philharmonie de Paris 2018. Elle est diplômée de la Sibelius Academy d’Helsinki dans la classe de Sakari Oramo. Cette saison, Chloé fera ses débuts notamment à l’Opéra national de Lorraine et l’Opéra de Tours.

Christina Iscenco
Cristina Iscenco est une cheffe d’orchestre de Chisinau, en Moldavie. Elle a commencé sa formation musicale à l’âge de cinq ans, lorsqu’elle a été admise à l’école de musique Sergei Rachmaninov à Chisinau. Elle est titulaire d’un diplôme de spécialiste en direction d’orchestre du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou.

Maxime Pitois
Lauréat de plusieurs concours internationaux et directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Ribaupierre, Maxime Pitois est régulièrement invité à diriger l’Orchestre de l’HEMU Lausanne, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et le Sinfonietta de Lausanne.

Swann Van Rechem
Originaire des Pays-Bas, Swann Van Rechem débute ses études supérieures de musique en France, à Lille et poursuit son cursus au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris. En 2019, il reçoit son certificat de direction d’orchestre avec Ariane Matiakh comme professeure. Depuis 2019, il suit la licence de direction d’orchestre au Conservatorium van Amsterdam.

Agata Zajac
Agata Zając est diplômée de l’Académie de musique Poznań et a obtenu un master en direction d’orchestre en juillet 2020. Elle débute en 2018 en tant qu’assistante à l’Opéra de chambre de Varsovie. Elle a participé à de nombreux concours, auditions et masterclasses. Elle a dirigé de nombreux orchestres comme l’Orchestre philharmonique de Malte ou l’Orchestre symphonique de la radio grecque.

Sources : : La Cité Musicale de Metz, Olyrix, Viàmoselletv

Un stage international de direction d’orchestre proposé par l’Orchestre national de Metz

L’Orchestre national de Metz lance une masterclass internationale de direction d’orchestre sur plusieurs jours en juillet 2020. C’est une première pour l’orchestre, qui souhaiterait inscrire cette opération dans le temps. 

Gabriel Pierné International Conducting Master class
Du 6 au 9 juillet 2020 à l’Arsenal de Metz (France)
Orchestre national de Metz
Directeur musical : David Reiland

LIEU

Grande Salle de l’Arsenal,
3 avenue Ney, 57000 Metz (France)

RÉPERTOIRE
  • Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie n°41, K.551, Ut M (Jupiter) – 31 minutes
  • Betsy Jolas, A Little Summer Suite – 13 minutes
  • Claude Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune – 10 minutes

Ces 3 œuvres sont à préparer en intégralité.

Du 6 au 9 juillet 2020, le directeur musical de l’Orchestre national de Metz, David Reiland, proposera 4 jours de master class de direction d’orchestre. À l’orée de leur carrière, six jeunes chef.fe.s d’orchestre sélectionné.e.s sur dossier bénéficieront d’un temps de travail privilégié avec avec l’Orchestre national de Metz dans la prestigieuse salle de l’Arsenal à Metz. Disciple de Dennis Russel Davies, Pierre Boulez, David Zinman, Bernard Haitink, Jorma Panula ou encore Peter Gülke, David Reiland souhaite avec ce nouveau projet transmettre à son tour cet art et cette exigence de la direction d’orchestre, en pleine collaboration avec les musiciens de l’Orchestre national de Metz.

DÉROULEMENT
  • Lundi 6 juillet 2020
    10h-12h et 14h-16h : séances de travail avec David Reiland + piano
  • Mardi 7, mercredi 8 & jeudi 9 juillet 2020
    9h30-12h et 14h-16h30 : séances de travail avec David Reiland + orchestre
    17h-19h30 : débriefing vidéo avec David Reiland
    La dernière journée se conclura par une présentation publique du travail effectué à 20h dans la Grande Salle de l’Arsenal.
    Toutes les séances de travail seront ouvertes au public et filmées.
CRITÈRES DE SÉLECTION DES 6 CANDIDATS

Les candidats seront sélectionnés sur dossier par un jury constitué de David Reiland et de musiciens de l’Orchestre national de Metz.

Le dossier sera composé des documents suivants (en français ou anglais) :
– biographie
– Curriculum Vitae
– lettre de motivation
– 1 à 2 vidéos récentes et contrastées de 20 min maximum, du candidat dirigeant un orchestre
– 1 à 2 photos (HD 300dpi)

Le candidat devra parler au moins une des langues suivantes : français, allemand, anglais, espagnol

Limite d’âge : 35 ans

La sélection des 6 participant.e.s respectera le principe de parité.

Le dossier est à envoyer à : mediation@citemusicale-metz.fr

PROCÉDURE D’INSCRIPTION

Date limite de dépôt des dossiers de candidatures : 31 mars 2020

Communication des résultats par mail : au plus tard le 30 avril 2020

La sélection des 6 candidat.e.s retenu.e.s pour diriger l’orchestre sera effectuée par un jury constitué de David Reiland et de musiciens de l’Orchestre national de Metz.

Les 6 candidat.e.s retenu.e.s devront s’acquitter de frais d’inscription d’un montant de 150€.

Le transport, l’hébergement, les repas et les partitions seront à la charge des participant.e.s.

RENSEIGNEMENTS

+ 33 (0)3 87 55 07 46

citemusicale-metz.fr

Télécharger la fiche

Retour sur la masterclasse de direction d’orchestre de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

Souhaitant poursuivre le travail engagé depuis 2018 sur la place des femmes dans les orchestres, l’Association Française des Orchestres a souhaité cette année encore, s’associer à la Philharmonie de Paris, pour organiser une masterclasse de direction d’orchestre destinées aux jeunes femmes dans le cadre de la manifestation Orchestres en fête!.

Contexte

Après avoir rédigé une Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras conjointement avec les Forces Musicales en juillet 2018 et organisé un tremplin de jeunes cheffes d’orchestres et une conférence sur la place des femmes dans le secteur de la musique classique en novembre 2018, l’AFO a souhaité mettre en place une masterclasse de direction d’orchestre réservée aux cheffes d’orchestres en collaboration avec la Philharmonie de Paris et l’Orchestre Victor Hugo Franche Comté.

Présentation de la masterclasse

La master-classe a eu lieu le 30 novembre 2019.  Ouverte à tous les spectateurs mais dont la participation était réservée aux jeunes cheffes d’orchestre, la classe invite le public à découvrir en direct le travail de direction d’orchestre, avec la complicité de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, bénéficient des conseils du chef Jean-François Verdier.
Cet événement, organisé une fois encore au cœur du week-end Orchestres en fête, s’inscrit dans le cadre de l’action de la Philharmonie de Paris en faveur des carrières féminines.

Chacune des quatre jeunes interprètes a dirigé deux des œuvres au programme, selon le déroulé suivant :

19h : Jane Latron
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Sergueï Prokofiev, Pierre et le Loup

19h40 : Louise Müller-Monod
Dimitri Chostakovitch, Symphonie de Chambre
Alma Mahler, Waldseligkeit, Bei dir ist es traut

20h20 : entracte

20h40 : Macarena Quantin
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Alma Mahler, Waldseligkeit, Bei dir ist es traut

21h20 : Anne-Louise Bourion
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Alma Mahler, WaldseligkeitBei dir ist es traut

De la volonté de réattribuer aux femmes, leur place dans l’histoire musicale, il a semblé juste de proposer durant la soirée, deux œuvres d’une compositrice,  Alma Schindler (épouse de Gustav Mahler) : Bei dir ist es traut (lieder de 1910) & Waldseligkeit (lieder de 1915).

Le chef Jean-François Verdier

Super-soliste de l’Opéra de Paris, Jean-François Verdier est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes européens, lauréat des concours internationaux de Tokyo, Vienne, Anvers, Colmar, Lugano, et joue sous la direction de Bernstein, Ozawa, Muti, Gergiev, Salonen, Boulez, Jordan, Dohnanyi, Dudamel, Nelsons… Il est notamment invité par le Concertgebouw d’Amsterdam et enseigne au CNSM de Paris.

Prix Bruno Walter du Concours international de direction d’orchestre de Lugano en 2001, c’est avec les conseils d’Armin Jordan et Kent Nagano qu’il débute un parcours de chef d’orchestre rapidement salué par la critique. Chef résident de l’Orchestre national de Lyon (2008-10), il est directeur artistique de l’Orchestre Victor Hugo depuis 2010. Avec cet orchestre, il enregistre plusieurs disques primés par la critique internationale. Il est sollicité par les grandes scènes lyriques et symphoniques, invité des orchestres et opéras nationaux français et jury de concours internationaux.

Il compose des contes musicaux : une suite pour Pierre et le loupLe Canard est toujours vivant ! (texte de Bernard Friot, avec Jacques Gamblin, Milan) ; Anna, Léo et le gros ours de l’armoire (Actes sud) joué à la Philharmonie de Paris (tous deux Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros) ; Nuage Rouge (texte de Vincent Cuvellier) joué à la Folle Journée de Nantes. Il a écrit un mini-opéra pour enfants créé par le Capitole de Toulouse (juin 2019) : Orphée.

Les candidates

Jane Latron

En 2004, elle intègre le conservatoire du 11ème arrondissement de Paris. Elle y commence l’étude de la clarinette avec Michel Capozzoli, puis Frédéric Sueur. Elle étudiera par la suite la percussion dans la classe d’Alain Bouchaux, de Sylvie Reynaert et Sandra Valette. En 2014, à l’âge de 16 ans, elle intègre la classe de direction d’orchestre de Michaël Cousteau dans les conservatoires parisiens. En complément de sa formation musicale, elle suit des cours d’écriture avec Michèle Droulez ainsi que des cours de culture et d’orchestration avec Marion Navone. En 2016, elle intègre la classe de direction d’orchestre d’Adrian McDonnell, au conservatoire du 15ème arrondissement de Paris. Elle y pratique également l’harmonisation au clavier. En 2017, elle intègre la classe d’Olivier Pierre Vergnaud, en clarinette, au CRD de Meudon, ainsi que la classe d’analyse de Bruno Plantard, au conservatoire du Centre. Depuis septembre 2016, elle a rejoint “La Sirène“, orchestre d’harmonie de Paris, en qualité de cheffe-assistante de Fabrice Colas. En 2019, elle obtient son DEM de direction d’orchestre au CRR de Paris, dans la classe de direction d’orchestre d’Adrian McDonnell. La même année, elle est admise en CPES (cycle préparatoire aux grandes écoles), dans la classe de Jean-Michel Ferran et devient directrice artistique d’un ensemble de cuivres des élèves du Conservatoire national Supérieur Musique et Danse de Paris.

Louise Muller-Monod

Louise Müller-Monod est entrée dans la musique par le violon et le chant choral. Elle se passionne très tôt pour le répertoire symphonique et la variété des choix d’interprétations musicales, ce qui l’amène vers la direction d’orchestre. Elle entame en 2019 un Master dans cette discipline au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Robin Engelen. Titulaire de cinq Diplômes d’Etudes Musicales en direction d’orchestre, orchestration, violon, analyse et formation musicale, elle a été la directrice musicale de l’Orchestre Universitaire Paris-Descartes de 2014 à 2017, ainsi que de la Formation Symphonique du COGE (Choeur et Orchestres des Grandes Ecoles de Paris) de 2016 à 2017. Sa grande exigence musicale est nourrie des conseils dont elle a pu bénéficier en direction d’orchestre comme en direction de chœur auprès de chefs reconnus tels que Pierre Cao, Claire Marchand, Ariane Matiakh, Claire Gibault, Jacques Mercier ou encore François-Xavier Roth. Elle assure depuis septembre 2018 la direction musicale de l’orchestre symphonique « Oppera » basé à Montreuil.

Macarena Quantin 

Macarena Quantin a grandi dans une petite ville du nord de l’Argentine. A l’âge de 17 ans, elle débute ses études de composition à l’Université Catholique Argentine à Buenos Aires. Après la réussite de ses deux premières années d’études, elle décide d’envoyer sa candidature pour le programme de formation à la  direction d’orchestre en 5 ans proposé dans la même université. Elle intègre le programme et pendant son temps libre, elle étudie l’allemand et l’italien. Après avoir obtenu son diplôme au Goethe Institut, voyagé en Allemagne à deux reprises et obtenu son diplôme universitaire, elle décide d’aller y vivre. Elle devient jeune fille au pair à Freiburg en décembre 2014. Elle prend des cours de latin et postule à un Master de musicologie à l’Université de Freiburg. Elle l’intègre avec succès et concentre ses recherches sur l’édition musicale et l’opéra italien. Pendant son master, elle part 3 mois travailler à plein temps à la maison d’édition de Bärenreiter à Kassel et prend des leçons de français en parallèle. Quand elle obtient son diplôme de master, ayant des origines familiales italiennes, elle part en Italie dans le souhait d’en obtenir la nationalité . En octobre 2018, elle s’installe de nouveau à Freiburg et commence à travailler comme cheffe de la production à l’Institut de Théâtre musical de la Hochschule. Depuis ses débuts en direction d’orchestre, elle a suivi les masterclasses de Facundo Agudin, Ulrich Windfuhr, Ekkehard Klemm, John Farrer, Neil Thomson, Georg Christoph Sandmann, Dario Lucantoni, Jooyong Ahn et Luis Gorelik. En avril et juin 2019, elle a assisté le chef d’orchestre Facundo Agudin lors de la production « Cavalleria Rusticana » avec l’orchestre « Musique des Lumières ».

Anne-Louise Bourion

En juillet 2019, Anne-Louise Bourion est lauréate du concours international de direction de l’Opéra de Baugé, au cours duquel elle obtient le premier prix ainsi que le prix de l’orchestre. En septembre 2019, elle atteint les quarts de finale au Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon. Anne-Louise a commencé par étudier le piano, puis le hautbois, dès l’âge de 3 ans. Après une licence d’accompagnement au CNSMD de Lyon (D.Selig), elle obtient un master de direction de chant au CNSMD de Paris en Juin 2018 (E.Guiomar). Elle est actuellement chef de chant à l’Opéra de Limoges pour le projet Operakids. En 2013, elle s’initie à la direction d’orchestre au Conservatoire de Lille dans la classe de Jean-Sébastien Béreau et y étudie pendant deux ans, tout en étant cheffe de chœur assistante du Cantrel de Lyon et cheffe assistante de l’Orchestre INSA-Universités de Lyon. Elle est régulièrement appelée à être cheffe de chant et cheffe assistante pour des productions d’opéra et d’opérettes dans des festivals de la région lyonnaise, et cheffe assistante ponctuelle de l’Orchestre de Chambre Pelléas, dirigé par Benjamin Levy. Elle se perfectionne auprès de Claire Levacher, Colin Metters, Alim Shakh et bénéficie actuellement des conseils de Roberto Benzi.

Source : Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

 

Ruth Reinhardt, une jeune cheffe d’orchestre à suivre de près !

Ruth Reinhardt, jeune cheffe d’orchestre allemande a fait ses débuts français à l’Orchestre national d’Île-de-France début décembre.
La première saison du directeur musical et chef d’orchestre de l’Orchestre national d’Île-de-France, Case Scaglione, s’est ouverte en octobre avec un programme wagnérien. En attendant le retour du directeur musical en janvier pour une série beethovénienne, plusieurs chefs invités se succèdent à la tête de l’orchestre.
Après l’interprétation du Sacre du Printemps de Tito Muñoz, le public de l’orchestre a pu découvrir Ruth Reinhardt (photo), jeune cheffe d’origine allemande qui, d’abord formée dans son pays natal et en Suisse, a par la suite étudié auprès d’Alan Gilbert à la Juilliard School.  «Conducting fellow » à Boston et Seattle en 2015-2016, « Dudamel fellow » à Los Angeles en 2017-2018, assistante de Jaap van Zweden au Dallas Symphony de 2016 et 2018, l’artiste connaît un début de carrière outre-Atlantique, puis en Allemagne et dans les pays scandinaves. On se réjouit  donc que la France, grâce à l’ONDIF, ait pu pour la première fois juger de ses qualités.
Le résultat ? Vifs applaudissements à chaque concert du 29 novembre au 3 décembre 2019 et nombreux rappels pour la jeune cheffe d’orchestre qu’il faudra suivre de très près !

Source : Concertclassic

Une lauréate au 56e Concours de Jeunes chefs de Besançon

Une jeune cheffe d’orchestre japonaise remporte le Grand Prix de Direction du 56e Concours international de jeunes chefs d’orchestre organisé dans le cadre du Festival international de musique Besançon – Franche-Comté.

À l’issue d’une Finale qui a opposé Haoran Li (Chine, 33 ans), Victor Jacob (France, 28 ans) et Nodoka Okisawa (Japon, 32 ans), le Jury a choisi Nodoka Okisawa comme lauréate du Grand Prix de Direction du 56e Concours international de jeunes chefs d’orchestre. Elle succède donc à Ben Glassberg, vainqueur en 2017.

Voici le palmarès du 56e Concours :
– Grand Prix de Direction : Nodoka Okisawa
– Coup de cœur de l’orchestre de la Finale : Nodoka Okisawa
– Coup de cœur du public : Nodoka Okisawa
– Mention spéciale : Victor Jacob

Le concours international de jeunes chefs d’orchestre

Le Concours de Besançon est ouvert à tous les artistes de moins de 35 ans qui souhaitent devenir chef d’orchestre professionnel, quel que soit leur parcours, leur formation ou leur expérience, aucun diplôme préalable n’étant exigé. Seul concours ne faisant pas de sélection sur dossier, tous les candidats se présentent aux épreuves de présélections.

Le Concours ouvre 270 places par édition : les inscriptions ferment dès que la limite de places est atteinte.
Membres du Jury :
  • Yan Pascal Tortelier, président du Jury et chef d’orchestre
  • Catherine Larsen-Maguire, cheffe d’orchestre
  • Eric Tanguy, compositeur
  • Jean-François Verdier, chef d’orchestre
  • Liza Kerob, violon solo
  • Annette Mangold, conseillère artistique
  • Timothy Walker, directeur artistique
La lauréate

Nodoka Okisawa

[Japon, 32 ans]

Nodoka Okisawa a remporté le 1er prix et le prix spécial du 18e Concours international de direction de Tokyo et le 3e prix du 7e Concours international de direction « Jeunesses Musicales » de Bucarest. Elle a étudié à l’Université des Arts de Tokyo et à la Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin avec les professeurs Christian Ehwald, Hans-Dieter Baum, Manuel Nawri, Ken Takaseki et Tadaaki Otaka. Elle a été choisie comme étudiante à la Fondation Félix Mendelssohn Bartholdy et a étudié avec Kurt Masur. Elle a également participé à des masterclasses avec Neeme Järvi, Paavo Järvi, Peter Gülke et Riccardo Muti. Parmi les orchestres qu’elle a dirigés figurent le Konzerthaus Orchestra Berlin, l’Orchestre Philharmonique de Magdebourg, l’Orchestre Philharmonique George Enescu, l’Orchestre Symphonique Métropolitain de Tokyo, le New Japan Philharmonic. Elle a dirigé le nouvel opéra Neue Szenen au Deutsche Oper Berlin et a travaillé sur de nombreux autres projets d’opéra.

Source : Festival international de musique de Besançon

Les suites du tremplin de jeunes cheffes d’orchestre

Que deviennent- les jeunes cheffes d’orchestre entendues à la Philharmonie de Paris en novembre 2018 ?
Le tremplin de jeunes cheffes d’orchestre
Le tremplin a été organisé par la Philharmonie de Paris, l’Association Française des orchestres et l’Orchestre de Picardie le 23 novembre 2018 à la Philharmonie de Paris, dans le cadre d’Orchestres en fête !.

Avec la volonté d’agir en faveur de l’égalité femmes-hommes au sein de ses orchestres membres, l’Association Française des Orchestres a pris part à l’organisation du premier tremplin international pour jeunes cheffes d’orchestre organisé en France. Cette journée avait pour but de mettre en lumière le travail de six jeunes femmes pratiquant la direction d’orchestre sélectionnées sur dossier. A l’issue du tremplin, l’AFO a souhaité proposer un accompagnement aux jeunes filles via des offres de collaboration de ses membres sur des projets artistiques intégrés aux saisons.

Pour mémoire, les six candidates étaient les suivantes :
– Chloé Dufresne
– Sora Elisabeth Lee
– Holly Choe
– Nil Venditti
– Gabriella Teychenné
– Lucie Leguay

Et après ? 

Suite à ce tremplin, voici quelques projets qui, à ce jour, ont été proposés aux jeunes filles :

  • Suite à la victoire à un concours spécifique, Lucie Leguay devient chef.fe assistant.e auprès de trois orchestres membres de l’AFO pour la saison 19-20 :  l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre national d’Île-de-France et l’Orchestre national de Lille.
  • Sora Elisabeth Lee dirigera trois concerts avec l’Orchestre philharmonique de Strasbourg en septembre 2019 et deux concerts jeune public avec l’Orchestre de chambre de Paris en mai 2019.
  • L’Auditorium-Orchestre national de Lyon propose un accompagnement professionnel à Holly Choe et Lucie Leguay
  • Chloé Dufresne dirigera, aux côtés de Pierre Dumoussand, la nouvelle coproduction du centre français de promotion lyrique : Le Voyage dans la Lune d’Offenbach, sur plusieurs dates de la tournée.

[article non définitif à vocation d’être complété prochainement par l’annonce d’autres projets]

Lucie Leguay, cheffe assistante de trois orchestres

Après avoir été distinguée au Tremplin jeunes cheffes organisé par l’ Association Française des Orchestres, l’Orchestre de Picardie et la Philharmonie de Paris en novembre 2018, Lucie Leguay est désignée cheffe assistante de l’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre de Picardie.
Le concours

Pour la troisième année consécutive, les 3 orchestres s’associent pour nommer leur chef.fe assistant.e, ce qui montre leur implication en faveur de l’insertion professionnelle et leur volonté de proposer à l’assistant.e, un parcours riche d’expériences.

Pour cette édition :
– 165 candidats
– 10 candidats sélectionnés
– 4 candidats en finale

Âge moyen : 27 ans

39 nationalités

Le jury était composé de Case Scaglione, Ann-Estelle Médouze (Orchestre national d’Île-de-France), Alexandre Bloch, Fabio Sinacori (Orchestre national de Lille) et Arie Van Beek, Zbigniew Kornowicz (Orchestre de Picardie).

BRAVO aux trois autres finalistes : Alexander Colding Smith, Chloé Dufresne et Victor Jacob.

Le/la chef.fe assistant.e
Ses missions dans chacun des orchestres pour la saison 2019.20 :
Assistanat artistique :
. à la réalisation des concerts,
. à la préparation des programmes,
. à la direction musicale de répétitions,
. à la direction musicale de concerts pédagogiques et d’autres programmes.

Lucie Leguay

Musicienne dynamique et éclectique, Lucie Leguay mène une double activité de pianiste et de chef d’orchestre. Titulaire d’un master de direction d’orchestre à la Haute École de Musique de Lausanne dans la classe d’Aurélien Azan Zielinski, elle est également diplômée de l’École Supérieur Musique et Danse des Hauts de France et du conservatoire à rayonnement régional de Saint-Maur-des-Fossés à Paris.

Lauréate de plusieurs concours internationaux, Lucie est distinguée en novembre 2018, lors du premier Tremplin pour jeunes cheffes d’orchestre à la Philharmonie de Paris. L’année précédente, elle accède aux huitièmes de finale du Concours International de chefs d’orchestre d’opéra à l’Opéra Royal de Wallonie-Liège. Elle remporte le Prix de l’Orchestre Camera de Florence en 2016 lors de la finale du Concours International de Direction d’Orchestre à Empoli (Italie).

Les enseignements qu’elle a reçus, ont nourri son inspiration et sa curiosité pour un répertoire très riche allant de l’opéra à la musique contemporaine tout en passant par le répertoire symphonique. L’interprétation fidèle du texte est au cœur de sa formation, de sa définition du rôle de chef d’orchestre et de ses activités musicales, notamment à travers la création et la collaboration avec des compositeurs contemporains.

Depuis 2014, elle se produit régulièrement en France et à l’étranger avec divers orchestres tels que l’Orchestre National de Bogota et l’artiste Wax Tailor, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Symphonique Caux Vallée de Seine, l’Orchestre de Formation Professionnelle à Lille, l’Orchestra da Camera Fiorentina (Italie) ou encore le Manchester Camerata. En Suisse, elle est invitée par l’Orchestre Symphonique Ribeaupierre à Vevey, l’Orchestre le Pont des Arts et l’Orchestre SaintPierre Fusterie à Genève.La saison 2019-2020 est marquée par d’importants projets. Elle sera l’invitée de l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre National de Lille, Les Siècles et l’Orchestre de Picardie. En mai prochain, elle est invitée à diriger le spectacle Les misérables en concert lors d’une tournée en Corée.

Lucie Leguay fonde en 2014 l’Orchestre de Chambre de Lille (OCL) avec une ambition : diffuser la musique pour tous, dans des endroits où on ne l’attend pas. L’OCL se produit dans la métropole lilloise avec des concerts de différents formats et aux esthétiques diverses allant de « la découverte des instruments » à la grande symphonie. La transmission et les pratiques collectives sont au cœur des projets pédagogiques de l’orchestre qui, en parallèle aux concerts propose des ateliers de sensibilisation. L’orchestre et sa chef se produisent aussi bien dans des écoles, des maisons de repos, des musées que dans les salles de concerts avec toujours la volonté de rencontrer de nouveaux publics.