Association Française des orchestres

Catherine Morin-Desailly, élue vice-présidente de l’AFO

Communiqué de presse

Paris, le 25 novembre 2019

Catherine Morin-Desailly a été élue vice-présidente de l’Association Française des Orchestres lors des assemblées statutaires du 20 novembre 2019.

L’arrivée de Catherine Morin-Desailly au Bureau de l’AFO renforce les capacités de dialogue de l’AFO avec les élus représentant les collectivités territoriales participant au financement des orchestres. Elle fait également écho à la place que les orchestres occupent dans la Cité, en tant que forces artistiques contribuant au bien-être des populations, au maintien du lien social, à la vitalité économique des territoires et à leur identité, par l’éducation et l’accès à la culture.
Catherine Morin-Desailly est présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat. Elle est également conseillère régionale de Normandie et à ce titre, elle a présidé l’Opéra de Rouen Normandie, dont elle est aujourd’hui toujours membre du conseil d’administration. Elle est également membre du conseil d’administration de l’Orchestre régional de Normandie.

Le Bureau se compose donc dorénavant de 9 membres mêlant personnalités politiques et directeurs d’orchestres :

  • Présidence, Jean-Paul Delevoye,
  • Présidence honoraire, Ivan Renar
  • Vice-présidence, Catherine Morin-Desailly
  • Vice-présidence de droit, Les Forces Musicales, représentées par sa vice-présidente, Aline Sam-Giao, directrice générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon
  • Vice-présidence, Orchestre national du Capitole de Toulouse représenté par l’administratrice générale du Théâtre, Claire Roserot de Melin,
  • Vice-présidence, Orchestre national de Lille représenté par son directeur général, François Bou,
  • Trésorier, Orchestre de chambre de Paris, représenté par son directeur général, Nicolas Droin,
  • Trésorier adjoint, Orchestre de l’Opéra de Limoges représenté par le directeur général de l’Opéra Alain Mercier,
  • Secrétariat, Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, représenté par le directeur de l’Opéra Loïc Lachenal

Télécharger le communiqué de presse

Une playlist d’œuvres symphoniques de compositrices

Une playlist des œuvres symphoniques de compositrices

Afin de renforcer la visibilité des compositrices (10e préconisation de la Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras), nous vous proposons la playlist consacrée aux œuvres symphoniques élaborée par notre partenaire, le Centre de Documentation de la Musique Contemporaine (CDMC). Ecouter la playlist symphonique

Ecouter la playlist des compositrices du livre

Base de compositeurs et compositrices

Le site du CDMC a une base de biographies de compositeurs et compositrices. De nouvelles viennent d’y faire leur entrée : Arnaud Dumond, Florent Gauthier, Isabelle Fraisse, Pierre-Yves Macé et Eric Maestri. Accéder à la base de biographies

Focus sur les compositrices

Dans le cadre du Festival Musica à Strasbourg, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg met en avant la compositrice Julia Wolfe à travers la création française de son « body concerto » riSE and fLY ; à noter également des créations de Natacha Diels et Jessie Marino, du collectif américain Pamplemousse. À Clermont-Ferrand, Betsy Jolas est l’invitée d’honneur du Festival Musiques démesurées avec notamment un concert-portrait ainsi que la création française de Side Roads, Concerto pour violoncelle et orchestre. Éliane Radigue, Cassandra Miller et Linda Catlin Smith sont programmées dans le cadre du festival riverrun du GMEA. Le Festival Flutissimo propose au CRR de Lille une conférence et un concert autour des œuvres de Sophie Lacaze.
Au Théâtre d’Orléans, le Quatuor Diotima interprète une partition de Clara Iannotta. À Hirson, le Quatuor Akilone joue Aquilone Lontano de Xu Yi.
À noter également, deux créations mondiales d’Edith Canat de Chizy, l’une par le Trio Polycordes au Puy-en-Velay, la seconde par l’Ensemble Regards à Paris. À la Maison de la Radio, la Maîtrise et l’Orchestre philharmonique de Radio France créent Les Enfants du Marais de Suzanne Giraud, d’après un conte de Pascal Quignard. À la Marbrerie à Montreuil, L’Instant Donné présente une création de Lin-Ni Liao pour hautbois, piano et percussion, commande de l’ensemble. Le Théâtre Jacques Prévert à Aulnay-sous-Bois accueille la création de Baba Yaga de Coralie Fayolle, commande du CREA.

Lire le focus « compositrices »

Voir toute l’actualité des compositrices

 

Retrouver l’orchestre 20 ans après sa classe de CM2

20 ans après : retour à l’Orchestre !

Presque 20 ans après avoir été accueillis en résidence à l’orchestre, d’anciens écoliers, aujourd’hui trentenaires retrouveront l’Orchestre national de Metz le 12 octobre prochain à l’Arsenal. Lors de la saison 1999-2000, ces jeunes de CM2 de l’école de Richemont (Moselle) ont vécu une expérience unique d’une semaine, immergés au cœur de la vie d’un orchestre symphonique.

La première classe en résidence à l’Orchestre national de Metz

En 1999, l’orchestre, sous l’impulsion de son chef Jacques Lacombe et de Marie-Pierre Macian, responsable des relations publiques, lançait un programme éducatif novateur mettant au centre la relation privilégiée Enfant-Musicien, les notions de créativité et pratique artistique, et l’immersion au cœur de l’univers symphonique.

A cette occasion, la première classe en résidence fut lancée. Après quelques mois de préparation avec leur enseignante, Janine Bauquis et Christelle Bertringer, intervenante en musique, chaque enfant parrainé par un musicien a participé à la vie de l’orchestre : rencontre avec le chef d’orchestre, participation aux répétitions, à des présentations d’instruments, et au concert final à l’Arsenal au cours duquel ils ont présenté une courte création musicale en lever de rideau du concert la Carmencita, dédié à la musique espagnole.

Les actions d’éducation artistique et culturelle : et après ?

En 2018, Marie-Pierre Macian mûrit l’idée du projet « 20 ans après ! ». Sa volonté fait suite à ses réflexions sur l’importance d’un retour d’expérience sur les projets éducatifs des orchestres ; sa démarche s’inscrit également dans l’idée d’un prolongement possible à donner au Livre blanc des actions éducatives des orchestres qu’elle a co-écrit avec Philippe Fanjas, directeur de l’Association Française des Orchestres (AFO) en 2003. Fin 2018, elle contacte Janine Bauquis et se met en relation avec Antigone Mouchtouris, professeure de sociologie à l’Université de Lorraine, spécialiste des questions artistiques et culturelles. La Cité musicale de Metz et l’orchestre adhèrent immédiatement à ce projet. Tous partagent cet enthousiasme de retrouver ces jeunes désormais trentenaires. Que sont-ils devenus ? Se souviennent-ils de cette expérience unique ? Quel impact a-t-elle pu avoir dans leur vie ?  Quelques mois plus tard, 23 jeunes sur 24 sont retrouvés !

Au premier semestre 2019, s’inscrivant dans la logique de l’enquête nationale menée en 2018 par l’Association Française des Orchestres (AFO) sur le rôle sociétal des orchestres, des entretiens individuels sont menés auprès de ces jeunes trentenaires pour comprendre quelle a été la place éventuelle de ce moment privilégié dans leur vie. Mathilde Feutry, étudiante en Master 2 à l’Université de Lorraine et stagiaire à la Cité Musicale et Janine Bauquis ont interrogé 13 de ces anciens élèvesIl ressort de ces entretiens que chaque jeune interviewé se souvient de cette expérience, elle a été vécue comme positive ; ils souhaitent qu’elle puisse être vécue par d’autres jeunes aujourd’hui, et par ailleurs ils seraient partants pour revivre ce type d’expérience en tant qu’adulte, avec un emploi du temps un peu aménagé ! Pour certains, cette expérience a été marquante : ils ont commencé une pratique musicale, décidé de continuer à écouter des orchestres symphoniques après cette première expérience ; ils mettent en avant l’importance du collectif, l’aventure hors de leur quotidien, la découverte d’un univers différent, la rigueur du métier de musicien d’orchestre, ils se sont ouverts à l’idée de « vivre de sa passion » ;  ils se souviennent de leurs parrains-musiciens, du chef d’orchestre, du « stress » et des enjeux de la représentation en public. Certains évoquent leur souhait de transmettre à leurs enfants cette passion de la musique.

Le 12 octobre 2019 sont prévues les retrouvailles avec l’orchestre. Lors d’un concert à l’Arsenal, les jeunes retrouveront leurs parrains-musiciens et rencontreront l’actuel directeur artistique : David Reiland. Ils se replongeront ainsi dans l’univers symphonique pour un moment tout à fait spécial.

Pour prolonger cet anniversaire, en mai 2020, l’orchestre accueillera deux nouvelles classes en résidence originaires de l’école primaire de Richemont !

Les acteurs du projet
  • Service Education et Médiation – Orchestre National de Metz – Cité musicale de Metz
    • Caroline Philippe, chargée de projet Education et Médiation
    • Mathilde Feutry, stagiaire Master 2 Expertise et Médiation culturelle, Université de Lorraine
    • Les Parrains-Musiciens de l’Orchestre
  • Marie-Pierre Macian, ancienne responsable des relations publiques de l’orchestre (1998-2001), co-auteur avec Philippe Fanjas de : « Prêtez l’oreille ! Livre blanc des actions éducatives des orchestres», AFO 2003
  • Janine Bauquis, ancienne enseignante de la classe de CM2 de Richemont
  • Christelle Bertringer, intervenante en musique (dumiste)
  • Antigone Mouchtouris, professeure de sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales – 2L2S.

Témoin de l’activité des orchestres et fortement impliquée dans toutes les questions de société, l’Association Française des Orchestres soutient ce projet.

Contact

Marie-Pierre Macian : 06 86 97 13 41 – marie.macian@gmail.com

Source : Marie-Pierre Macian

Le 6ème Forum mondial sur la musique

Le Forum mondial sur la musique revient pour sa sixième édition du 28 septembre au 1er octobre 2019 sur la thématique des « cinq droits de la Musique en action ».

L’événement

Créé par le Conseil International de la Musique (CIM), le Forum mondial sur la musique est conçu comme une plateforme globale de développement des connaissances sur la musique et la société au XXIe siècle. Il est un lieu de rencontres internationales qui explorent une variété de sujets sous différents angles qu’ils soient culturels, politiques ou économiques. Ces thématiques vont au-delà des aspects esthétiques de la production musicale et explorent les mécanismes qui favorisent ou empêchent la participation active des personnes aux expériences culturelles.

Initiative non commerciale, le forum permet aux musiciens, producteurs, directeurs, administrateurs, directeurs de festival, réseaux, journalistes, universitaires, éducateurs, facilitateurs, activistes, décideurs et autres passionnés de la musique, sous toutes ses formes et représentations, de participer à des débats interdisciplinaires de haut niveau et de réfléchir ensemble à une feuille de route pour l’avenir.

Le Forum est davantage une occasion pour les membres du CIM de se retrouver autour de valeurs partagées et d’engager un dialogue avec les collègues d’autres domaines de compétence leur permettant ainsi d’élargir leurs horizons et de trouver de l’inspiration pour de nouveaux projets, voire des partenaires pour leur mise en œuvre.

En plus des membres de notre réseau mondial qui englobe 1000 organisations dans 150 pays, le Forum est ouvert aussi à tous ceux qui travaillent dans la musique et ceux qui sont appelés à prendre des décisions en faveur de meilleures conditions dans lesquelles la musique est célébrée – créée, interprétée, diffusée, transmise et apprise, préservée, échangée etc., partout dans le monde.

Les cinq éditions précédentes ont eu lieu respectivement à Los Angeles (2005), Beijing (2007), Tunis (2009), Tallinn (2011) et Brisbane (2013). La dernière édition a attiré plus de 600 participants et plus de 4000 spectateurs aux concerts organisés dans ce cadre.

La sixième édition

Le sixième édition du Forum mondial sur la musique se tiendra à Paris du 28 septembre au 1er octobre 2019. Le Forum sera également l’occasion de célébrer le 70e anniversaire du Conseil international de la musique, fondé en 1949 sous l’égide de l’UNESCO en tant qu’organe consultatif sur les questions musicales. La thématique abordée durant ces quatre jours sera « Give me Five : Les Cinq Droits de la Musique en action », et mettra en lumière les droits en question constituant le socle de valeurs du CIM depuis sa création (voir infographie ci-dessous).

L’ensemble de l’événement se déroulera autour des cinq piliers des droits de la musique (liberté d’expression, accès à l’éducation, accès à la participation, accès aux médias et moyens de production et de diffusion, reconnaissance et rémunération équitable) avec un conférencier ou une conférencière invité(e) d’honneur offrant des inspirations pour chaque thématique.

Les séances de travail du Forum seront présentées sous différentes formes : débats, interviews, présentations thématiques, ateliers, marché de l’information, présentation de projets, lieux d’échanges, showcases et concerts. En outre, le Forum comprendra des événements spéciaux : la cérémonie du Music Rights Award, une exposition célébrant en images les 70 ans du CIM, la Journée Internationale de la Musique (le 1er octobre). Ce riche programme sera complété en soirée par la diversité musicale qu’une ville comme Paris peut offrir.

Le 6e Forum mondial sur la musique sera coproduit avec le Conseil européen de la musique, groupe régional du CIM pour l’Europe.

 

Consulter le programme

S’inscrire

Le secteur du spectacle vivant appelle à la levée de la réserve de précaution sur les crédits du ministère de la Culture

L’Union syndicale des employeurs publics du spectacle vivant (dont les Forces Musicales) et les réseaux nationaux du spectacle vivant (dont l’Association Française des Orchestres) en appellent au ministre de la Culture pour obtenir la levée de la réserve de précaution sur les crédits du ministère de la Culture.

Les organisations professionnelles de la culture et les réseaux nationaux du spectacle vivant attirent l’attention du ministre de la Culture sur la nécessité d’obtenir le dégel de ses crédits en 2019, et cela dans les meilleurs délais.

Les acteurs de la culture que nous représentons sont, comme chaque année à la même période, dans une inquiétude extrême. La réserve de précaution de 3 % appliquée à notre secteur (opérateurs et réseaux) constitue un élément de grande incertitude et de fragilisation des projets.

Sans prétendre échapper aux réalités nationales, notre revendication d’un dégel des crédits du ministère de la Culture est l’expression de la fragilité de notre secteur compte tenu du faible budget qui lui est consacré dans les dépenses de l’État. Cette année, cette menace pèse plus lourd que d’ordinaire, en raison de l’arrêt du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) qui est très loin d’être compensé à l’euro près !

Nous espérons que d’ici le Conseil national des professions du spectacle (CNPS) plénier du 20 juin prochain vous serez en mesure de donner une réponse positive à notre demande et qu’elle s’appliquera de manière cohérente et globale sur tout le territoire national.

La culture est une réponse majeure à l’angoisse de déclassement social et d’inégalité territoriale. Nul ne comprendrait que seule la politique culturelle ne soit pas prise en compte dans le cadre de la crise sociale qui traverse le pays depuis de longs mois.

Paris, le 3 juin 2019

Les suites du tremplin de jeunes cheffes d’orchestre

Que deviennent- les jeunes cheffes d’orchestre entendues à la Philharmonie de Paris en novembre 2018 ?
Le tremplin de jeunes cheffes d’orchestre
Le tremplin a été organisé par la Philharmonie de Paris, l’Association Française des orchestres et l’Orchestre de Picardie le 23 novembre 2018 à la Philharmonie de Paris, dans le cadre d’Orchestres en fête !.

Avec la volonté d’agir en faveur de l’égalité femmes-hommes au sein de ses orchestres membres, l’Association Française des Orchestres a pris part à l’organisation du premier tremplin international pour jeunes cheffes d’orchestre organisé en France. Cette journée avait pour but de mettre en lumière le travail de six jeunes femmes pratiquant la direction d’orchestre sélectionnées sur dossier. A l’issue du tremplin, l’AFO a souhaité proposer un accompagnement aux jeunes filles via des offres de collaboration de ses membres sur des projets artistiques intégrés aux saisons.

Pour mémoire, les six candidates étaient les suivantes :
– Chloé Dufresne
– Sora Elisabeth Lee
– Holly Choe
– Nil Venditti
– Gabriella Teychenné
– Lucie Leguay

Et après ? 

Suite à ce tremplin, voici quelques projets qui, à ce jour, ont été proposés aux jeunes filles :

  • Suite à la victoire à un concours spécifique, Lucie Leguay devient chef.fe assistant.e auprès de trois orchestres membres de l’AFO pour la saison 19-20 :  l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre national d’Île-de-France et l’Orchestre national de Lille.
  • Sora Elisabeth Lee dirigera trois concerts avec l’Orchestre philharmonique de Strasbourg en septembre 2019 et deux concerts jeune public avec l’Orchestre de chambre de Paris en mai 2019.
  • L’Auditorium-Orchestre national de Lyon propose un accompagnement professionnel à Holly Choe et Lucie Leguay
  • Chloé Dufresne dirigera, aux côtés de Pierre Dumoussand, la nouvelle coproduction du centre français de promotion lyrique : Le Voyage dans la Lune d’Offenbach, sur plusieurs dates de la tournée.

[article non définitif à vocation d’être complété prochainement par l’annonce d’autres projets]

L’Appel 2019 de Culture Action Europe

Culture Action Europe lance le 25 janvier 2019 un appel à engagement vers les politiques des différents pays d’Europe sur le rôle crucial de la culture et de son impact, dans l’avenir de l’Europe.

Les élections de mai 2019 auront lieu à un moment critique pour l’Union européenne. Après une dure récession et l’assainissement budgétaire, les disparités économiques et sociales ont entraîné du désenchantement politique croissant et des attitudes eurosceptiques. Dans ce contexte, la culture ne doit pas servir à polariser, mais devrait agir comme une source d’unité, ainsi qu’une force de coopération et de compréhension mutuelle.

Le temps est venu d’avancer et d’affirmer que la diversité européenne nous renforcent. Culture Action Europe exhorte toutes les forces politiques à aborder les questions culturelles de manière constructive et respectueuse pendant les élections européennes. En effet, sans la reconnaissance explicite de sa dimension
culturelle, l’avenir de l’Union européenne en tant qu’entreprise commune est difficile à imaginer.

Culture Action Europe considère les élections européennes de 2019 comme une revendication de la démocratie et des valeurs fondamentales de l’Europe, dans un moment où elles sont toutes deux menacées. Nous observons avec inquiétude des pressions montantes sur la liberté d’expression artistique et culturelle, ainsi que de nouveaux défis mondiaux, parmi lesquels la transition numérique et le changement climatique. Tout cela nécessite des politiques culturelles ambitieuses et ciblées au niveau européen, comme partie intégrante d’une Europe forte, que le secteur culturel soutiendra et défendra.

Le moment critique est venu pour les partis politiques européens de faire face à ceux qui essaient de déstabiliser ses fondements. À cette ambition commune, Culture Action Europe défie les voix eurosceptique et soutient des initiatives politiques qui reconnaissent la contribution de la culture à l’Europe, en tant qu’une force nécessaire pour l’unité, l’égalité et la coopération inclusive.

En conséquence, Culture Action Europe appelle tous les participants aux élections européennes à :

1.Reconnaître le rôle essentiel de la culture pour le progrès de l’Union européenne dans leurs programmes politiques, y compris une définition claire de leurs orientations stratégiques pour la politique culturelle européenne ;

2. S’engager à défendre les valeurs européennes, en particulier la liberté d’expression artistique et culturelle et les droits culturels, défendre le dialogue contre la haine et soutenir avec fierté la diversité culturelle comme élément essentiel de nos sociétés européennes ;

3. Proposer des candidats sensibles aux enjeux culturels. Il importe que les candidats puissent évaluer les politiques dans une perspective multidimensionnelle, comprenant des considérations sociales, économiques et culturelles ;

4. Consacrer au moins 1% du budget européen à la culture et doubler l’allocation financière pour la culture dans le programme Europe Créative, pour garantir son impact et son accessibilité ;

5. Reconnaître que la création et les pratiques culturelles sont à l’origine de la valeur culturelle, laquelle engendre par suite un impact social et économique. La culture mérite par conséquent un investissement public initial ;

6. Reconnaître que les recherches et l’expérimentation artistiques sont essentielles pour la génération de nouvelles connaissances et de réflexions critiques, ainsi que pour le développement de nouvelles approches à l’égard des défis technologiques, environnementaux et sociaux émergents, et encore pour la production de la culture contemporaine, y compris des cultures numériques ;

7. Favoriser une coordination multi-niveaux entre le secteur de la culture et des acteurs concernés dans d’autres domaines, les institutions européennes, les États Membres, ainsi que des autorités locales et régionales, de même que des organisations internationales ;

8. Encourager le développement des systèmes de sécurité sociale et des pratiques justes en matière d’emploi, qui soutiennent les travailleurs intermittents, déjà très courants dans le secteur culturel et de plus en plus dans l’économie au sens large ;

9. Allouer des ressources suffisantes à la mobilité de travailleurs culturels et à la circulation des œuvres culturelles pour tous les secteurs au sein de l’Europe et au-delà, étant donnée leur incontestable valeur ajoutée européenne et leur contribution à une compréhension culturelle réciproque, à un développement des marchés, ou encore à l’innovation et aux pratiques culturelles durables ;

10. Favoriser une numérisation juste et éthique de la culture et du patrimoine culturel qui prenne en considération la diversité et l’inclusivité, de même qu’elle promeuve un paysage numérique où coexistent des initiatives à but lucratif ou non lucratif, publiques et communautaires.

Télécharger l’Appel CAE

Télécharger les visuels

 

L’ONCT accueille sa nouvelle Administratrice générale

Claire Roserot de Melin a été nommée le 15 janvier 2019, Administratrice générale du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole
Nommée  par Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, Claire Roserot de Melin deviendra donc officiellement l’Administratrice générale du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole le 21 janvier 2019. Elle aura pour principales missions de conduire et d’optimiser la gestion et l’administration des deux institutions toulousaines afin d’assurer la faisabilité de leurs projets artistiques, leur bon fonctionnement et leur rayonnement national et international.
Recrutée en 2009 par l’Opéra de Rouen Normandie en tant qu’Administratrice de l’orchestre et des chœurs, puis Directrice de la coordination artistique, elle a eu pour mission d’assurer l’administration et la gestion du projet artistique de cette maison et de le rendre réalisable. Elle s’est particulièrement impliquée dans la politique générale de l’établissement, contribuant au développement de son rayonnement, à la dimension partenariale du projet culturel et à la reconnaissance de cette institution récemment labellisée Théâtre Lyrique d’Intérêt National. Elle a par ailleurs travaillé à la présence de l’Opéra de Rouen Normandie au sein des réseaux professionnels. Depuis 2009, elle est Vice-présidente de l’A.F.O. ( Association Française des Orchestres).
Initialement musicienne, elle a fait le choix d’une formation en administration et gestion des entreprises culturelles, puis d’un Master II Administration de la musique (Paris IV – Sorbonne). Elle s’est intéressée dans le cadre de ses études à la question du label Opéra National et à la mise en réseau des maisons d’opéra en France.
Ses premières expériences l’ont amenée notamment au sein de la Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical Justiniana comme Administratrice générale, aux Percussions Claviers de Lyon ou encore à l’Opéra National de Paris.
Un parcours qui a affirmé son goût pour le management général et les relations humaines, particulièrement riches et diversifiées, des maisons d’opéra. Elle aura à cœur de mettre son expérience et ses valeurs au service du Théâtre et de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Migrations : intégration et insertion par la musique

Mercredi 12 décembre, le mouvement Habitat et humanisme organisait le premier acte du projet EUTERPE en partenariat avec l’Association Française des Orchestres, Cultures du cœur, la Févis et Petit Bain. Une journée d’information, de réflexion et de travail pour parler du rôle que peuvent jouer la musique et les acteurs de ce secteur dans l’accueil, l’intégration et l’insertion professionnelle des réfugiés en France. 

Cette journée a aussi permis de mettre en avant le travail engagé par plusieurs orchestres membres de l’AFO :

  • l’Orchestre de chambre de Paris avec le projet de composition musicale participative « Chansons migrantes » ;
  • l’Ensemble intercontemporain
  • l’Orchestre national de Lille
  • l’Orchestre national d’Ile-de-France
  • l’Orchestre d’Auvergne, avec différentes actions citoyennes et solidaires ;
  • l’Orchestre de l’Opéra de Limoges
  • l’Orchestre national de Metz, avec le projet du réseau Bérénice ;
  • l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, avec son projet d’opéra solidaire ;
  • l’Orchestre Français des Jeunes.

Lire l’introduction de Philippe Fanjas à cette journée de conférence ici.

L’AFO obtient le Prix PEARLE 2018 de la diversité et de l’égalité des chances

L’Association Française des Orchestres et le syndicat professionnel Les Forces Musicales sont très honorés de recevoir conjointement le premier Prix du projet européen Behind the Stage, dans la catégorie « Diversité et égalité des chances ». La cérémonie de remise des prix s’est tenue 22 novembre 2018 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Instaurés par Pearle*, la Fédération européenne des employeurs du spectacle vivant, ces prix permettent de mettre en lumière des projets portés par des syndicats d’employeurs et des associations professionnelles œuvrant dans le secteur du spectacle vivant en Europe.

La candidature française portait sur La Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras, initiée par l’Association Française des Orchestres et Les Forces Musicales. Cette récompense reconnaît l’importance de l’engagement pris par les orchestres et les opéras membres de nos deux organisations à agir de façon concrète sur ce sujet, et à inscrire son action dans la durée en évaluant régulièrement ses résultats. 

Nous espérons vivement que ce prix nous permettra de développer des collaborations fructueuses avec nos homologues européens, tant pour élargir l’instruction de ce sujet que pour que cette charte soit signée et appliquée le plus largement possible.

Nous vous invitons à prendre connaissance de La Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras en cliquant sur le lien suivant.

CHARTE AFO | LFM

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 23 novembre 2018


Pearle* est la Fédération européenne des employeurs du spectacle vivant et représente plus de 10 000 organisations à travers l’Europe, 2 millions de salariés et un chiffre d’affaire de 44,5 milliards d’euros.

Forte de ses 25 ans d’expérience, Pearle* est l’interlocuteur principal des institutions européennes au regard de la politique et des règlementations européennes, notamment sur des sujets comme l’emploi et les affaires sociales, la politique culturelle, l’éducation, la formation, les droits d’auteur, la fiscalité, la mobilité des artistes.

En tant que premier réseau européen du spectacle vivant, Pearle* milite pour que le spectacle vivant, et plus largement la culture et les arts, trouvent leur juste place au cœur du projet européen et de notre société.