Orchestre National de France

Directeur musical désigné : Emmanuel Krivine
Délégué général : Eric Denut

Né en 1934, l’Orchestre National de France est le premier orchestre symphonique permanent créé en France. Il a pour vocation d’être l’ambassadeur de la musique française mais, comme toute formation de prestige, aborde avec bonheur les grands répertoires symphoniques.

De Désiré-Émile Inghelbrecht, son créateur, jusqu’à Emmanuel Krivine, qui sera directeur musical à partir de septembre 2017, il a vu se succéder à sa tête des chefs prestigieux tels que Manuel Rosenthal, André Cluytens, Roger Désormière, Charles Munch, Maurice Le Roux, Jean Martinon, Sergiu Celibidache, Lorin Maazel, Jeffrey Tate, Charles Dutoit, Kurt Masur et Daniele Gatti, directeur musical de 2008 à juillet 2016.

L’Orchestre national a créé bien des chefs d’œuvre du XXe siècle siècle, comme Le Soleil des eaux de Boulez, la Turangalîla symphonie de Messiaen, Déserts de Varèse et la plupart des grandes œuvres de Dutilleux.

L’Orchestre National de France participe depuis toujours au rayonnement culturel de la France (sa première tournée américaine date de 1948). Ainsi, en 2016, il s’est rendu en Amérique du Nord du 23 au 31 janvier (Boston, Ottawa, New York, Newark, Greenvale, Washington) et a été en résidence au Musikverein de Vienne du 12 au 15 février. Il joue dans de nombreuses villes en France (Amiens, Lyon, Dijon…) et participe à de prestigieux festivals (Chorégies d’Orange, Festival de Radio France et Montpellier, Festival d’Aix-en-Provence…).

La saison 2016-2017

L’ouverture de la saison 2016-2017 de l’Orchestre national de France a été confiée à Stéphane Denève qui, aux côtés de Jean-Yves Thibaudet, Stéphanie d’Oustrac et Jérôme Pernoo, fêtera les beautés de la musique française au cours de deux concerts avec des œuvres d’Ibert, Saint-Saëns, Ravel, Schmitt, Milhaud, Connesson et Poulenc. Une belle rose de compositeurs français que nous retrouverons comme fil rouge tout au long de la nouvelle saison.
On pourra entendre, le 27 octobre, sous la direction de Jean-Claude Casadesus, l’Ouverture du Roi d’Ys de Lalo, les Tableaux d’une exposition de Moussorgski dans l’orchestration de Ravel et Tzigane de Ravel, ainsi que l’Introduction et Rondo capriccioso de Saint-Saëns avec Sarah Nemtanu. Bernard Haitink, le 17 novembre, en compagnie de Patricia Petibon, dirigera le Gloria de Poulenc et la version intégrale de Daphnis et Chloé de Ravel. À l’affiche également : Une barque sur l’océan de Ravel et La Mer de Debussy, le 8 décembre, sous la direction de David Afkham ; Le Bœuf sur le toit de Milhaud par Andrés Orozco-Etrada ; les Valses nobles et sentimentales de Ravel sous la direction de Giancarlo Guerrero ; la Deuxième Symphonie de Dutilleux et la Deuxième suite de Bacchus et Ariane de Roussel, le 16 mars. Sans oublier Pelléas et Mélisande de Debussy donné sous la direction de Louis Langrée au Théâtre des Champs-Élysées.
Comme lors des précédentes saisons en effet, l’Orchestre national retrouve le chemin de l’avenue Montaigne pour plusieurs concerts et deux opéras. Premier rendez-vous, le 29 septembre, avec Fabien Gabel et Anne-Sofie von Otter pour Les Nuits d’été de Berlioz ; le 20 octobre, le Requiem de Verdi sera dirigé par Jérémie Rhorer. Carmen de Bizet sera donnée dans une version mise en espace, pour deux représentations avec Marie-Nicole Lemieux dans le rôle-titre ; le Stabat Mater de Rossini, le 2 mars, sera donné sous la direction de James Gaffigan, avec entre autres Patrizia Ciofi et Paolo Fanale ; et Pelléas et Mélisande, donc, pour cinq représentations, dans une mise en scène d’Éric Ruf, avec Patricia Petibon et Jean-Sébastien Bou dans les rôles principaux.
On retrouvera de grands noms habitués à collaborer avec l’Orchestre national de France tels Sergey Khachatryan dans le Concerto pour violon de Sibelius, le 13 octobre, Sol Gabetta dans le Concerto pour violoncelle d’Elgar, le 8 décembre, Denis Matsuev dans le Troisième Concerto pour piano de Rachmaninov, le 12 janvier, et la Rhapsodie sur le thème de Paganini avec Kirill Gerstein, le 1er juin. On citera encore : Lars Vogt dans le Vingtième concerto pour piano de Mozart, le 19 janvier. Anne-Sophie Mutter dans Sur le même accord de Dutilleux et le Deuxième Concerto pour violon de Mozart, le 9 février. Nicolaï Lugansky dans le Premier Concerto de Brahms, le 1er décembre. Mais aussi Schelomo de Bloch interprété par Anne Gastinel, Maria Chirokoliyska dans le Concerto pour contrebasse de Nino Rota, Frank-Peter Zimmerman dans le Premier Concerto pour violon de Prokofiev, et Nelson Freire dans le Quatrième Concerto pour piano de Beethoven.
L’orchestre continue d’approfondir sa maîtrise du grand répertoire et des grandes symphonies dans l’écrin de l’Auditorium de la Maison de la radio. Neeme Järvi proposera la Septième Symphonie de Chostakovitch. Dima Slobodeniouk dirigera la Cinquième Symphonie de Sibelius, et Semyon Bychkov les Danses symphoniques de Rachmaninov. Deux symphonies de Dvorak seront données : la Neuvième par Andrés Orozco-Estrada et la Septième par Emmanuel Krivine. Mais aussi Bruckner avec la Sixième Symphonie par Robin Ticciati et le Te Deum par Christophe Eschenbach, qui dirigera au cours du même concert la Neuvième Symphonie de Beethoven. Seront jouées aussi quelques grandes pages composées par Richard Strauss avec la Grande suite du Chevalier à la rose et Don Juan par Juraj Valcuha, ou Till l’espiègle par Fabien Gabel.

Pédagogie

Le projet pédagogique de l’Orchestre national de France s’adresse à la fois aux musiciens amateurs, aux familles et aux scolaires. Le projet « Viva l’orchestra », unique dans le monde, signe l’engagement ambitieux de l’orchestre pour la pratique amateur. Réunissant des musiciens de 7 à 87 ans, de tous les horizons, de tous les niveaux (avec des partitions adaptées à chacun), « Viva l’orchestra » propose à tous les musiciens amateurs de constituer un orchestre encadré et soutenu par les musiciens de l’Orchestre National. Le projet se déroule sur dix semaines et se conclut par un concert à l’Auditorium de la Maison de la radio.
Le samedi matin à 11h, on retrouvera les concerts « Jeune public » de l’orchestre : une découverte de la musique ludique, humoristique ou décalée. La série « Allô docteur » met en scène un médecin qui ausculte l’orchestre au fil de son répertoire. Sont également de la danse : Pierre et le loup, Le Retour du loup, Le premier concert de l’ours Paddington, Zorbalov, etc.
Voilà douze ans que les musiciens de l’Orchestre national de France sillonnent les écoles de la maternelle à l’université pour éclairer, toucher, cultiver et captiver les jeunes générations. L’orchestre invite les classes à des concerts symphoniques qui leurs sont consacrés, comme ceux de la série « Allô docteur », ou aux répétitions générales pour explorer les coulisses de la musique. Désireux de transmettre par la pratique, les musiciens poursuivent l’organisation d’ateliers en initiant les élèves aux œuvres du répertoire à l’occasion de séances préparatoires : les « Ateliers d’éveil », le « Classique en chansons », les « Ateliers de découverte »… D’autres formules se poursuivent d’année en année, portées par le succès qu’elles rencontrent auprès du jeune public : « Appogiatures », « Plumiers d’Henri IV ».

Radio et enregistrements

L’Orchestre national de France est avant tout un orchestre de radio ; l’ensemble de sa programmation est retransmise sur France Musique, souvent sur le réseau UER (Union européenne de radiodiffusion), parfois sur France Inter. L’orchestre enregistre également pour France Culture des concerts-fictions. Parmi les titres déjà abordés, on note Dracula, Alice et merveilles, Tintin (les cigares du pharaon) avec des comédiens (souvent sociétaires de la Comédie-Française), des bruiteurs… Autant de projets inédits qui marquent la synergie entre l’orchestre et l’univers de la radio.
De nombreux concerts sont également disponibles en vidéo sur le web, sans oublier les diffusions télévisées qui se multiplient : ainsi le « Concert de Paris », retransmis en direct depuis le Champ de mars le 14 juillet, a-t-il été suivi par plusieurs millions de téléspectateurs.
De nombreux enregistrements discographiques sont aussi à la disposition des mélomanes. Le plus récent, un coffret de 8 CD, rassemble des enregistrements radiophoniques inédits au disque et retrace l’histoire de l’ONF depuis sa création.

Effectif de l’orchestre (2016)
Musiciens : nc
Personnel administratif et technique : nc

www.maisondelaradio.fr

Orchestre National de France
Maison de Radio France
116 Avenue du Président Kennedy
75220 PARIS Cedex 16
Téléphone : 01 56 40 15 16 (billetterie)