Emilie Delorme, nouvelle directrice du CNSMD de Paris

Le CNSMD de Paris cherchait depuis dix mois un successeur à Bruno Mantovani, nouveau directeur musical et artistique de l’Ensemble orchestral contemporain au 1er janvier 2020 restant enseignant au Conservatoire. C’est Emilie Delorme, directrice de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, qui prendra la direction du CNSMD de Paris. C’est ainsi la première femme à prendre la direction de cette institution fondée en 1795 à la tête de laquelle ont œuvré de grands noms de la musique comme Luigi Cherubini, Gabriel Fauré, Marcel Dupré ou Pascal Dumay. Son parcours professionnel complet au sein de structures musicales de premier ordre, est marqué par un engagement humaniste dont les très nombreux artistes qu’elle a pu côtoyer peuvent témoigner.
Nommer pour la première fois une femme, armée de toutes les compétences requises à ce poste, est un symbole qu’il faut souligner notamment après les nominations de nouveaux directeurs à l’Opéra de Paris (Alexander Neef), à l’Opéra de Lyon (Richard Brunel) et au nouveau Centre National de la Musique (Jean-Philippe Thiellay). Le secteur des orchestres et des opéras ne doit en rien être tenu à l’écart des préoccupations actuelles de la société : l’égalité femme-homme, la diversité, l’égalité des chances, etc. Ces thématiques sont d’ailleurs autant d’enjeux que l’AFO aborde au quotidien avec ses orchestres membres (cf : thématique Accord Majeur en 2018 ; Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras en 2018) sur différents projets.
Depuis son annonce, la nomination d’Emilie Delorme ne fait pas l’unanimité et essuie des critiques négatives de la part de plusieurs sources médiatiques et professionnels du secteur. De part le travail qu’elle mène sur ces thématiques seule ou conjointement avec les Forces Musicales, auprès de ses membres, c’est naturellement que l’AFO soutient la nomination d’Emilie Delorme à la direction du CNSMD de Paris. « L’excellence, comme valeur intrinsèque dans le travail de tous comme dans la rencontre et la découverte, n’est en rien compromise par le souci démocratique de la diversité, qui représente pour tous les arts une formidable chance. Comme nous tentons de le faire dans nos structures, osons sans crainte aborder ces sujets majeurs pour notre avenir, et cela le plut tôt possible, dès la formation des artistes » (communiqué des Forces Musicales).