Forum Européen des Orchestres, 2005

 

La première conférence du Forum Européen des Orchestres (EOF2005), a été accueillie au Parlement européen de Strasbourg en juin 2005. 12 ateliers ont permis à de nombreux intervenants et participants un travail attentif sur quatre thèmes :

Forum EuropéenProgrammation : Faire un choix d’œuvres à jouer, préférer tel interprète à tel autre et décider de la forme de présentation de ces choix, serait-ce aussi simple ? La programmation est à la convergence de multiples exigences : celles des musiciens – compositeurs, instrumentistes, chefs -, celles de la direction des orchestres, des responsables de salles, des services de la communication et du marketing. Doivent également y adhérer les publics comme les financeurs publics et privés. La complexité d’une bonne programmation comme les contraintes auxquelles elle doit répondre s’affirment au long des débats de trois ateliers. Mais la programmation ne devrait-elle pas avant tout répondre aux exigences de l’œuvre elle-même et accompagner le mystère de l’écoute ?

Echanges et diffusion : Les tournées ont longtemps représenté l’essentiel des échanges entre pays, favorisant la circulation et l’enrichissement réciproques des cultures nationales. Elles servent des objectifs internes aux formations musicales et génèrent aussi des flux économiques importants. La situation est cependant plus difficile dans un contexte économique aujourd’hui moins favorable à la musique classique et à la création. Dès lors, la circulation des artistes et des œuvres s’invente des moyens inédits, notamment en s’organisant en réseaux. Pour faire vivre pleinement ces échanges, les orchestres appellent les États et l’Union Européenne à lever les obstacles récurrents à la mobilité.

Formation
: Initiale ou continue, la formation intéresse tous ceux qui souhaitent la rendre plus adaptée à l’exercice d’une profession. Les ateliers réunis sous ce thème permettent d’illustrer la richesse des métiers artistiques de l’orchestre, du musicien au chef. Chacun exige certes du talent, mais aussi apprentissage et expérience. Ainsi en est-il de la formation du musicien comme « animateur » : encore embryonnaire, elle est pourtant indispensable à la réussite des projets éducatifs.

Publics: Quel public pour l’orchestre ? Le connaît-on suffisamment et sait-on comment s’adresser à lui ? Comment les nouvelles technologies peuvent-elles être utilisées et dans quel but ? Les échanges communs à deux ateliers traduisent la quête d’un juste équilibre entre les impératifs financiers et culturels : la garantie d’un public nombreux réside aussi bien dans la mise en œuvre des outils du marketing que dans la recherche constante de la qualité artistique. Ces problématiques sont énoncées différemment par les élus et fonctionnaires en charge des politiques de la musique mais tous s’entendent pour mettre en avant l’importance de la culture dans les politiques publiques et la nécessité d’une action forte au niveau européen, mêlant le symbole et les mesures concrètes.

 

Laisser un commentaire