Retour sur la masterclasse de direction d’orchestre de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

Souhaitant poursuivre le travail engagé depuis 2018 sur la place des femmes dans les orchestres, l’Association Française des Orchestres a souhaité cette année encore, s’associer à la Philharmonie de Paris, pour organiser une masterclasse de direction d’orchestre destinées aux jeunes femmes dans le cadre de la manifestation Orchestres en fête!.

Contexte

Après avoir rédigé une Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres et des opéras conjointement avec les Forces Musicales en juillet 2018 et organisé un tremplin de jeunes cheffes d’orchestres et une conférence sur la place des femmes dans le secteur de la musique classique en novembre 2018, l’AFO a souhaité mettre en place une masterclasse de direction d’orchestre réservée aux cheffes d’orchestres en collaboration avec la Philharmonie de Paris et l’Orchestre Victor Hugo Franche Comté.

Présentation de la masterclasse

La master-classe a eu lieu le 30 novembre 2019.  Ouverte à tous les spectateurs mais dont la participation était réservée aux jeunes cheffes d’orchestre, la classe invite le public à découvrir en direct le travail de direction d’orchestre, avec la complicité de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, bénéficient des conseils du chef Jean-François Verdier.
Cet événement, organisé une fois encore au cœur du week-end Orchestres en fête, s’inscrit dans le cadre de l’action de la Philharmonie de Paris en faveur des carrières féminines.

Chacune des quatre jeunes interprètes a dirigé deux des œuvres au programme, selon le déroulé suivant :

19h : Jane Latron
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Sergueï Prokofiev, Pierre et le Loup

19h40 : Louise Müller-Monod
Dimitri Chostakovitch, Symphonie de Chambre
Alma Mahler, Waldseligkeit, Bei dir ist es traut

20h20 : entracte

20h40 : Macarena Quantin
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Alma Mahler, Waldseligkeit, Bei dir ist es traut

21h20 : Anne-Louise Bourion
Richard Wagner, Siegfried Idyll
Alma Mahler, WaldseligkeitBei dir ist es traut

De la volonté de réattribuer aux femmes, leur place dans l’histoire musicale, il a semblé juste de proposer durant la soirée, deux œuvres d’une compositrice,  Alma Schindler (épouse de Gustav Mahler) : Bei dir ist es traut (lieder de 1910) & Waldseligkeit (lieder de 1915).

Le chef Jean-François Verdier

Super-soliste de l’Opéra de Paris, Jean-François Verdier est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes européens, lauréat des concours internationaux de Tokyo, Vienne, Anvers, Colmar, Lugano, et joue sous la direction de Bernstein, Ozawa, Muti, Gergiev, Salonen, Boulez, Jordan, Dohnanyi, Dudamel, Nelsons… Il est notamment invité par le Concertgebouw d’Amsterdam et enseigne au CNSM de Paris.

Prix Bruno Walter du Concours international de direction d’orchestre de Lugano en 2001, c’est avec les conseils d’Armin Jordan et Kent Nagano qu’il débute un parcours de chef d’orchestre rapidement salué par la critique. Chef résident de l’Orchestre national de Lyon (2008-10), il est directeur artistique de l’Orchestre Victor Hugo depuis 2010. Avec cet orchestre, il enregistre plusieurs disques primés par la critique internationale. Il est sollicité par les grandes scènes lyriques et symphoniques, invité des orchestres et opéras nationaux français et jury de concours internationaux.

Il compose des contes musicaux : une suite pour Pierre et le loupLe Canard est toujours vivant ! (texte de Bernard Friot, avec Jacques Gamblin, Milan) ; Anna, Léo et le gros ours de l’armoire (Actes sud) joué à la Philharmonie de Paris (tous deux Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros) ; Nuage Rouge (texte de Vincent Cuvellier) joué à la Folle Journée de Nantes. Il a écrit un mini-opéra pour enfants créé par le Capitole de Toulouse (juin 2019) : Orphée.

Les candidates

Jane Latron

En 2004, elle intègre le conservatoire du 11ème arrondissement de Paris. Elle y commence l’étude de la clarinette avec Michel Capozzoli, puis Frédéric Sueur. Elle étudiera par la suite la percussion dans la classe d’Alain Bouchaux, de Sylvie Reynaert et Sandra Valette. En 2014, à l’âge de 16 ans, elle intègre la classe de direction d’orchestre de Michaël Cousteau dans les conservatoires parisiens. En complément de sa formation musicale, elle suit des cours d’écriture avec Michèle Droulez ainsi que des cours de culture et d’orchestration avec Marion Navone. En 2016, elle intègre la classe de direction d’orchestre d’Adrian McDonnell, au conservatoire du 15ème arrondissement de Paris. Elle y pratique également l’harmonisation au clavier. En 2017, elle intègre la classe d’Olivier Pierre Vergnaud, en clarinette, au CRD de Meudon, ainsi que la classe d’analyse de Bruno Plantard, au conservatoire du Centre. Depuis septembre 2016, elle a rejoint “La Sirène“, orchestre d’harmonie de Paris, en qualité de cheffe-assistante de Fabrice Colas. En 2019, elle obtient son DEM de direction d’orchestre au CRR de Paris, dans la classe de direction d’orchestre d’Adrian McDonnell. La même année, elle est admise en CPES (cycle préparatoire aux grandes écoles), dans la classe de Jean-Michel Ferran et devient directrice artistique d’un ensemble de cuivres des élèves du Conservatoire national Supérieur Musique et Danse de Paris.

Louise Muller-Monod

Louise Müller-Monod est entrée dans la musique par le violon et le chant choral. Elle se passionne très tôt pour le répertoire symphonique et la variété des choix d’interprétations musicales, ce qui l’amène vers la direction d’orchestre. Elle entame en 2019 un Master dans cette discipline au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Robin Engelen. Titulaire de cinq Diplômes d’Etudes Musicales en direction d’orchestre, orchestration, violon, analyse et formation musicale, elle a été la directrice musicale de l’Orchestre Universitaire Paris-Descartes de 2014 à 2017, ainsi que de la Formation Symphonique du COGE (Choeur et Orchestres des Grandes Ecoles de Paris) de 2016 à 2017. Sa grande exigence musicale est nourrie des conseils dont elle a pu bénéficier en direction d’orchestre comme en direction de chœur auprès de chefs reconnus tels que Pierre Cao, Claire Marchand, Ariane Matiakh, Claire Gibault, Jacques Mercier ou encore François-Xavier Roth. Elle assure depuis septembre 2018 la direction musicale de l’orchestre symphonique « Oppera » basé à Montreuil.

Macarena Quantin 

Macarena Quantin a grandi dans une petite ville du nord de l’Argentine. A l’âge de 17 ans, elle débute ses études de composition à l’Université Catholique Argentine à Buenos Aires. Après la réussite de ses deux premières années d’études, elle décide d’envoyer sa candidature pour le programme de formation à la  direction d’orchestre en 5 ans proposé dans la même université. Elle intègre le programme et pendant son temps libre, elle étudie l’allemand et l’italien. Après avoir obtenu son diplôme au Goethe Institut, voyagé en Allemagne à deux reprises et obtenu son diplôme universitaire, elle décide d’aller y vivre. Elle devient jeune fille au pair à Freiburg en décembre 2014. Elle prend des cours de latin et postule à un Master de musicologie à l’Université de Freiburg. Elle l’intègre avec succès et concentre ses recherches sur l’édition musicale et l’opéra italien. Pendant son master, elle part 3 mois travailler à plein temps à la maison d’édition de Bärenreiter à Kassel et prend des leçons de français en parallèle. Quand elle obtient son diplôme de master, ayant des origines familiales italiennes, elle part en Italie dans le souhait d’en obtenir la nationalité . En octobre 2018, elle s’installe de nouveau à Freiburg et commence à travailler comme cheffe de la production à l’Institut de Théâtre musical de la Hochschule. Depuis ses débuts en direction d’orchestre, elle a suivi les masterclasses de Facundo Agudin, Ulrich Windfuhr, Ekkehard Klemm, John Farrer, Neil Thomson, Georg Christoph Sandmann, Dario Lucantoni, Jooyong Ahn et Luis Gorelik. En avril et juin 2019, elle a assisté le chef d’orchestre Facundo Agudin lors de la production « Cavalleria Rusticana » avec l’orchestre « Musique des Lumières ».

Anne-Louise Bourion

En juillet 2019, Anne-Louise Bourion est lauréate du concours international de direction de l’Opéra de Baugé, au cours duquel elle obtient le premier prix ainsi que le prix de l’orchestre. En septembre 2019, elle atteint les quarts de finale au Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon. Anne-Louise a commencé par étudier le piano, puis le hautbois, dès l’âge de 3 ans. Après une licence d’accompagnement au CNSMD de Lyon (D.Selig), elle obtient un master de direction de chant au CNSMD de Paris en Juin 2018 (E.Guiomar). Elle est actuellement chef de chant à l’Opéra de Limoges pour le projet Operakids. En 2013, elle s’initie à la direction d’orchestre au Conservatoire de Lille dans la classe de Jean-Sébastien Béreau et y étudie pendant deux ans, tout en étant cheffe de chœur assistante du Cantrel de Lyon et cheffe assistante de l’Orchestre INSA-Universités de Lyon. Elle est régulièrement appelée à être cheffe de chant et cheffe assistante pour des productions d’opéra et d’opérettes dans des festivals de la région lyonnaise, et cheffe assistante ponctuelle de l’Orchestre de Chambre Pelléas, dirigé par Benjamin Levy. Elle se perfectionne auprès de Claire Levacher, Colin Metters, Alim Shakh et bénéficie actuellement des conseils de Roberto Benzi.

Source : Orchestre Victor Hugo Franche-Comté