En direct des orchestres

CRISTIAN MĂCELARU NOMMÉ DIRECTEUR MUSICAL DE L’ORCHESTRE NATIONAL DE FRANCE

Cristian Măcelaru, qui succède à Emmanuel Krivine, aura pour double mission de confirmer l’importance de la musique française dans le répertoire de l’orchestre, et de renforcer le rayonnement et la place du National à Paris, dans les territoires ainsi qu’à l’international.

BIOGRAPHIE

Cristian Măcelaru est né à Timișoara (Roumanie) en 1980. Il étudie d’abord le violon dans son pays, puis se rend aux États-Unis où il se forme à l’Interlochen Arts Academy (Michigan) et aux universités de Miami et de Houston (cours de direction auprès de Larry Rachleff). Il parachève sa formation au Tanglewood Music Center et à l’Aspen Music Festival, lors de masterclasses avec David Zinman, Rafael Frühbeck de Burgos, Oliver Knussen et Stefan Asbury. Il a fait ses débuts en tant que violon solo avec le Miami Symphony Orchestra au Carnegie Hall de New York, à l’âge de dix-neuf ans, ce qui en fait le plus jeune violon solo de toute l’histoire de cet orchestre.
Il est actuellement directeur musical du WDR Sinfonieorchester de Cologne ainsi que directeur musical du Festival de musique contemporaine de Cabrillo depuis 2017.

Cristian Măcelaru s’est fait connaître sur le plan international en 2012, en remplaçant Pierre Boulez à la tête du Chicago Symphony Orchestra. La même année, il recevait le Solti Emerging Conductor Award, prix décerné aux jeunes chefs d’orchestre, puis en 2014 le Solti Conducting Award. Il dirige depuis lors les plus grands orchestres américains, le Chicago Symphony Orchestra, le New York Philharmonic, le Los Angeles Philharmonic, le Cleveland Orchestra, et entretient un lien étroit avec le Philadelphia Orchestra, qu’il a dirigé plus de cent-cinquante fois.

En Europe, Cristian Măcelaru se produit régulièrement en tant que chef invité avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, les Dresdner Philharmoniker, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, le BBC Symphony Orchestra. En janvier 2019, il dirigeait l’Orchestre national de Roumanie, à l’occasion de la commémoration du centenaire de ce pays, pour sa toute première tournée aux États-Unis.

Source : Maison de la radio
Photo © Adriane White

GUILLAUME LAMAS NOMMÉ DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ONPL

Guillaume Lamas est nommé directeur général de l’Orchestre National des Pays de la Loire par le syndicat mixte de l’Orchestre présidé par Antoine Chéreau, réuni le 18/09/2020. Guillaume Lamas succèdera au 1er décembre 2020 à Michel Ayroles, qui est à la tête de l’ONPL depuis 26 années en qualité d’administrateur général. Sa nomination sera soumise à l’agrément du Ministère de la Culture.

Guillaume Lamas est actuellement délégué général des Formations musicales à l’Opéra de Lyon. Il était auparavant directeur général de l’Orchestre régional de Normandie. Il aura en charge de définir le futur projet général et artistique de l’ONPL, qui comprendra notamment les événements qui jalonneront le 50ème anniversaire de l’ONPL sur la saison 2021/2022, saison qui clôturera le mandat du chef d’orchestre français Pascal Rophé en tant que directeur musical, poste qu’il occupait depuis 2014.

Musicien de formation, et passionné par la mission d’un orchestre permanent au service d’un territoire et d’une région, Guillaume Lamas aura à cœur de poursuivre et de développer l’héritage et les valeurs musicales que cet orchestre national s’est construit depuis sa création avec le chef d’orchestre Pierre Dervaux.

Disposant d’une saison symphonique sur Angers et Nantes, présentant une centaine de concerts annuels, avec également environ 25 représentations lyriques dans la fosse des opéras d’Angers et de Nantes,  l’ONPL rayonne sur le territoire régional, national et international.

Composé d’un orchestre de 97 musiciens à temps plein, d’un chœur amateur dirigé par Valérie Fayet, Guillaume Lamas développera son projet autour de valeurs qui lui sont chères : identité, excellence artistique, ouverture sur des nouveaux répertoires et des formats de concerts, décloisonnement en initiant des projets adaptés à destination de tous les publics mais aussi pour de nouveaux publics, et enfin des valeurs de transmission en ouvrant les projets vers les jeunes, les filières professionnelles et les amateurs. Enfin, Guillaume Lamas s’attachera à ce que le rayonnement de l’ONPL donne à cet orchestre national la dimension d’Ambassadeur culturel de sa région.

Guillaume Lamas en quelques dates …

1995 > Administrateur de l’Orchestre Colonne

2000 > Il intègre l’Opéra National de Paris comme responsable adjoint des services musicaux

2003 > Il est nommé Administrateur général de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen

2009 > Il prend ses fonctions en tant que Directeur de l’Orchestre Régional de Normandie

2017 > Il devient Délégué Général des formations musicales au sein de l’Opéra National de Lyon.

2020 > Il est nommé Directeur général de l’Orchestre National des Pays de la Loire à partir du 1er décembre

Source : Communiqué de presse de l’ONPL

[Portrait de cheffe d’orchestre ] Rebecca Tong

A l’occasion de l’édition 2020 du concours international de cheffes d’orchestres La Maestra (Philharmonie de Paris / Paris Mozart Orchestra), l’Association Française des Orchestres, en accord avec son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres, publie le portrait des 12 participantes.

Cheffe indonésienne d’origine chinoise, Rebecca Tong est actuellement cheffe d’orchestre résidente du Jakarta Simfonia Orchestra.

Boursière au Royal Northern College of Music de Manchester (RNCM), elle est cheffe assistante auprès du département Opéra du RNCM, du BBC Philharmonic Orchestra et du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra.

Rebecca Tong est également lauréate 2020 du concours de cheffe d’orchestre internationale La Maestra, lauréate 2019 du Taki Concordia Conducting Fellowship et en 2018, elle est l’une des boursières du Festival de musique contemporaine de Cabrillo parrainé par Cristian Măcelaru.

Le répertoire de Rebecca Tong va de la musique symphonique à l’opéra en passant par la musique de chambre. En 2019, elle a notamment dirigé Le Voyage du pèlerin de Vaughan Williams avec le RNCM et Dialogues des carmélites de Poulenc. Elle est directrice musicale pour la production de La Tragédie de Carmen au City Lyric’s Opera.

Rebecca Tong a assisté à des master-classes dans le monde entier avec des chefs tels que Sir Mark Elder, Mark Shanahan, Gustav Meier, Clark Rundell, Mark Heron, Neil Varon, Leon Fleisher, Mark Gibson, Roberto Paternostro et John Farrer.

Elle vient d’achever son master en direction d’orchestre au Conservatoire supérieur de musique de l’Université de Cincinnati.

Source : La Maestra
Crédit photo : Rebecca Tong

Retour sur la masterclasse de direction d’orchestre de l’Orchestre national de Metz

Souhaitant faire découvrir de jeunes talents de la direction d’orchestre et les accompagner dans leur début de carrière, l’Orchestre national de Metz lance sa masterclasse de direction d’orchestre, dont la première édition s’est tenue du 1er au 4 septembre 2020.

LE CONTEXTE

Partant du constat que les chef.fe.s en début de carrière ont peu l’occasion de travailler avec des orchestres professionnels, cette masterclasse a pour but de leur offrir cette opportunité. Le choix d’une parité parfaite entre les participant.e.s sélectionné.e.s répond à l’engagement de l’Orchestre national de Metz – et plus largement de la Cité musicale – d’amplifier son action en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des orchestres.

PRESENTATION DE LA MASTERCLASSE

La masterclasse « Gabriel Pierné »,  en hommage au compositeur messin, permet à 6 che.ffe.s (3 femmes et 3 hommes) de se perfectionner durant 4 jours, sous la direction de David Reiland avec l’Orchestre national de Metz. 

Les répétitions ainsi que le concert de restitution, ouverts au public, se sont déroulés dans la Grande Salle de l’Arsenal de la Cité Musicale de Metz.

Lors du concert de restitution, le vendredi 4 septembre 2020, chaque morceau a été dirigé deux fois ; par une femme et un homme comme suit :

  • Dumbarton Oaks de Stavinsky –  Christina Iscenco puis Swann Van Rechem
  • Prélude à l’après-midi de Faune de Debussy – Maxime Pitois puis Agata Zajac
  • Symphonie 41 dite Jupiter de Mozart –  Pit Brosius puis Chloé Dufresne.

LES PARTICIPANT.E.S

Pit Brosius
Pit Brosius a commencé ses études musicales en tant que saxophoniste à l’âge de 9 ans. En 2011, il intègre la classe de direction d’orchestre du Conservatoire de la Ville de Luxembourg de David Reiland et en juin 2018, il clôture son diplôme de bachelier au Conservatorium Maastricht avec “cum laude” dans la classe d’Arjan Tien.

Chloé Dufresne
Chloé Dufresne est finaliste du Siemens-Hallé International Competition 2020 et lauréate du Tremplin des jeunes cheffes de la Philharmonie de Paris 2018. Elle est diplômée de la Sibelius Academy d’Helsinki dans la classe de Sakari Oramo. Cette saison, Chloé fera ses débuts notamment à l’Opéra national de Lorraine et l’Opéra de Tours.

Christina Iscenco
Cristina Iscenco est une cheffe d’orchestre de Chisinau, en Moldavie. Elle a commencé sa formation musicale à l’âge de cinq ans, lorsqu’elle a été admise à l’école de musique Sergei Rachmaninov à Chisinau. Elle est titulaire d’un diplôme de spécialiste en direction d’orchestre du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou.

Maxime Pitois
Lauréat de plusieurs concours internationaux et directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Ribaupierre, Maxime Pitois est régulièrement invité à diriger l’Orchestre de l’HEMU Lausanne, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et le Sinfonietta de Lausanne.

Swann Van Rechem
Originaire des Pays-Bas, Swann Van Rechem débute ses études supérieures de musique en France, à Lille et poursuit son cursus au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris. En 2019, il reçoit son certificat de direction d’orchestre avec Ariane Matiakh comme professeure. Depuis 2019, il suit la licence de direction d’orchestre au Conservatorium van Amsterdam.

Agata Zajac
Agata Zając est diplômée de l’Académie de musique Poznań et a obtenu un master en direction d’orchestre en juillet 2020. Elle débute en 2018 en tant qu’assistante à l’Opéra de chambre de Varsovie. Elle a participé à de nombreux concours, auditions et masterclasses. Elle a dirigé de nombreux orchestres comme l’Orchestre philharmonique de Malte ou l’Orchestre symphonique de la radio grecque.

Sources : : La Cité Musicale de Metz, Olyrix, Viàmoselletv

L’Orchestre national de Lyon enregistre la bande originale de Kaamelot- Premier Volet avec Alexandre Astier

L’orchestre national de Lyon a participé à une session d’enregistrement un peu particulière : il interprète la bande originale de Kaamelot-Premier Volet, dont la musique est composée et orchestrée par Alexandre Astier lui-même.

Formé au Conservatoire de Lyon dans sa jeunesse, l’auteur, réalisateur et acteur de la série Kaamelott (prochainement portée sur grand écran),  Alexandre Astier est avant tout musicien.

A noter que ce n’est pas la première collaboration de l’orchestre avec l’artiste. En 2018 déjà, sur la grande scène de l’Auditorium, l’Orchestre national de Lyon interprétait et enregistrait « Kaamelot Opening » sous la direction d’Alexandre Astier.

Source : https://www.facebook.com/audi.onl/posts/10158827133458033

Crédits photos : Fred Mortagne

Le marathon des orchestres sur Radiofrance

Le 1er juillet, en partenariat avec l’Association Française des Orchestres (AFO) et les Forces Musicales, la musique classique sera à l’honneur et résonnera de 1001 façons sur les antennes et le web (francemusique.fr + francebleu.fr).

Mercredi 1er juillet 2020

Parce que les 44 stations de France Bleu sont les premiers partenaires des scènes musicales de tous les territoires… Parce que France Musique accompagne la vie musicale tout au long de l’année…

Complémentaires et solidaires, les deux chaînes du service public s’associent pour fêter, chacune à leur manière, la reprise de l’activité des orchestres et des maisons d’opéra qui irriguent l’hexagone.

Sur France Musique

Coordonnée par Christophe Dilys, la journée contribuera à rétablir le lien avec tous les publics : elle sera consacrée à l’actualité des formations musicales, leur situation au sortir de la crise, les perspectives pour la rentrée. Invités, témoignages, reportages réalisés sur le terrain par les équipes de France Bleu, programmation musicale, diffusion de concerts récents enregistrés par France Musique ou archives… ponctueront l’antenne, de 8h à 23h.

Programme :

MUSIQUE MATIN  l 8h > 9h
par Clément Rochefort
Invités : Aline Sam-Giao, Vice-présidente des Forces Musicales et de l’AFO et Directrice générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon
Loïc Lachenal, Président des Forces Musicales, Directeur général de l’Opéra de Rouen Normandie

ÉTÉ CLASSIQUE MATIN | 9h > 12h
par Émilie Munera
Programmation musicale, archives de concerts et de disques.

ÉTÉ CLASSIQUE APRÈS-MIDI  l 14h > 16h
par Rodolphe Bruneau-Boulmier
Répertoire français à l’honneur, de Ravel à Koechlin, en passant par Guy Ropartz, Reynaldo Hahn, Saint-Saëns, Berlioz…
Quelques interprétations remarquables des formations musicales qui irriguent l’hexagone.

UNE HEURE, UN CONCERT  l 16h > 17h
par Rodolphe Bruneau-Boulmier
Mahler par l’Orchestre National de Lille dirigé par Alexandre Bloch.
Rachmaninov et Stravinsky par l’Orchestre National des Pays de la Loire, dirigé par Pascal Rophé, Jean-Efflam Bavouzet en soliste.

SOIRÉE SPÉCIALE l 21h30 > 23h
par Arnaud Merlin
Témoignages & interviews partout en régions, programmation musicale.
Invités : Catherine Morin-Desailly, Présidente de l’AFO
David Reiland, Directeur Musical de l’Orchestre national de Metz
Marc Feldman, Administrateur général de l’Orchestre Symphonique de Bretagne
Marie Linden, Directrice générale de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg
Olivier Lombardie, Administrateur général de l’Opéra national de Bordeaux
Lila Forcade, Directrice générale de l’Orchestre national d’Auvergne

Les orchestres participants

Orchestre National du Capitole de Toulouse, Orchestre de la Garde Républicaine, Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, Orchestre National de Lyon, Orchestre Symphonique de Bretagne, Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, Orchestre de Picardie, Musiciens du Louvre, Orchestre de Monte-Carlo, Orchestre Philharmonique de Marseille, Orchestre de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur, Orchestre de l’Opéra nationale de Lorraine, Orchestre des Pays de Savoie, Orchestre Régional de Normandie, Orchestre National des Pays de la Loire, Orchestres Symphonique Région Centre-Val de Loire Tours, Orchestre national d’Île-de-France, Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon, Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie Pyrénées-Méditerranée, Orchestre National d’Auvergne, Orchestre National de Metz, Orchestre philharmonique de Strasbourg, Orchestre National Bordeaux Aquitaine, Orchestre de l’Opéra de Limoges, Ensemble Intercontemporain.

Sur France Bleu

Aux quatre points cardinaux, les stations locales de France Bleu accompagnent le « Marathon des orchestres à la radio » toute la journée du 1er juillet :

  • France Bleu Matin, 6h-9h : des interviews d’invités à la tête de grands établissements culturels du territoire, qu’il s’agisse de théâtres, d’opéras, d’orchestres… Avec des reportages réalisés autour de la réouverture récente ou à venir de ces scènes.
  • Entre 16h et 18h : des entretiens avec les acteurs, les promoteurs, les artistes du monde de la musique classique et de l’opéra.

Contacts :

France Musique – Laurence Corre, attachée de presse // 01 56 40 24 12 / 06 26 87 06 68 // laurence.corre@radiofrance.com
France Bleu – Paule Paganon, responsable des relations presse // 06 03 80 62 56 // paule.paganon@radiofrance.com
Association Française des Orchestres – Zoé Garry, chargée de communication // zgarry@france-orchestres.com
Les Forces Musicales – Anissa Rémot, chargée de communication // a.remot@lesforcesmusicales.org

ORCHESTRALAB, une plateforme musicale, ludique et interactive

Orchestralab est le projet éducatif et innovant de trois orchestres membres de l’Association Française des Orchestres et qui unissent leurs forces dans le numérique avec la complicité de NoMad Music.
La naissance du projet : l’union fait la force

L’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen-Normandie et l’Orchestre de chambre de Paris se réunissent autour d’une initiative originale : inventer des projets numériques interactifs pour favoriser a transmission de la musique.

Conscientes de l’intérêt du digital pour faciliter la diffusion de leur art, ces trois formations musicales entendent agir activement dans le développement de projets numériques de médiation. L’aventure a commencé au début de l’année 2018 par la création d’une structure associative, Musiclab. Elle est née d’un constat simple : les nouvelles technologies imprègnent notre quotidien mais il s’avère difficile pour un orchestre seul de développer des projets numériques et de les pérenniser. Se réunir permet d’avoir plus de poids et de mener ces travaux à terme. Les trois formations partagent cette vision et entendent aussi investir le numérique, finalement assez peu exploité par les orchestres de manière collective. En se projetant vers l’avenir, Musiclab porte des projets ayant pour vocation de s’étendre à d’autres orchestres et de s’inscrire dans le temps. Son originalité tient précisément dans l’association de ces trois formations, de la réflexion et du travail commun, avec en fond la prise de conscience de la nécessité d’avancer ensemble. Loin d’être en compétition, les orchestres peuvent s’enrichir les uns les autres. Musiclab se veut une structure ouverte, destinée à accueillir par la suite d’autres orchestres.

L’application

Par le biais de Musiclab, l’Orchestre de chambre de paris, l’Orchestre national d’Île-de-France et l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie ont décidé de développer ensemble un outil de sensibilisation à la musique : l’application de jeu vidéo Orchestralab, conçue par l’éditeur de solutions numériques NoMadMusic.

A qui s’adresse-t-elle ? Aux enfants âgés de 6 à 12 ans.

Objectif : à la fois ludique et pédagogique, l’objectif est de familiariser les enfants à l’univers orchestral, la musique et les instruments grâce aux contenus musicaux et éditoriaux imaginés par les orchestres.

Aspect : Concrètement, il s’agit de jeux en ligne basés sur des exercices ludiques à réussir ou des scores à atteindre et à dépasser, disponibles gratuitement et ouverts à tous.

Jeux : pour réaliser les jeux, les orchestres ont puisé dans leurs répertoires des œuvres liées à leur identité :

  • La Symphonie n°83 dite « LaPoule » de Haydn pour l’Orchestre de chambre de Paris : les enfants reconnaissent d’abord les instruments qu’ils classent par familles puis reconstituent le thème.
  • L’Oiseau de feu de Stravinski pour l’Orchestre national d’Île-de-France : le scénario s’inspire du ballet. Il associe un premier jeu d’adresse et un second qui repose sur le rythme.
  • L’Enlèvement au sérail de Mozart pour l’Orchestre de l’Opéra de Rouen-Normandie : l’histoire est propice à deux jeux complémentaires dans les décors du XVIIIe siècle. Cela participe à installer le contexte de l’opéra et offre une ouverture sur la dimension lyrique de l’oeuvre.
Le graphisme du jeu

L’environnement graphique choisi est de la 2D avec une esthétique assez « cartoon », courante dans le jeu vidéo mais encore inédite dans l’univers de la musique classique. La dimension ludique et amusante des jeux en est renforcée d’autant plus.

Et après ?

A terme, avec Musiclab, les trois orchestres ambitionnent d’ajouter de nouvelles œuvres au catalogue et ainsi élargir le panel des jeux. Il pourront s’appuyer sur cet outil pour développer et pérenniser leurs opérations pédagogiques. Dans le sillage d’Orchestralab, d’autres projets et initiatives numériques comme des applications, verront le jour, toujours avec l’objectif de favoriser la médiation et de s’adresser à différents publics.

Découvrir l’orchestre à la maison sur orchestralab.fr

Sources : Orchestre national d’Île-de-France, Orchestre de chambre de Paris et Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Pavel Baleff, futur directeur musical de l’Opéra de Limoges à partir de 2022-2023

Le chef d’orchestre, Pavel Baleff, actuellement directeur musical de la Philharmonie de Baden-Baden, sera le nouveau chef principal et directeur musical associé de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges à compter de la saison 2022/2023 et ce, pour trois saisons.

A ce titre, il remplacera Robert Tuohy, en fonction depuis 2013, et dont la mission avait été prolongée l’an passé jusqu’en juin 2022.

Pavel Baleff vient d’être désigné sur proposition de la direction de l’Opéra de Limoges, après vote des musiciens et avis favorable du Conseil d’Administration. Il y a un an, suite au processus de recrutement stoppé car jugé infructueux, Pavel Baleff figurait parmi les chefs à suivre, après accord entre la direction et l’Orchestre de l’Opéra de Limoges.

Très expérimenté, il constitue une opportunité pour l’Orchestre de l’Opéra de Limoges de poursuivre une évolution déjà largement engagée par son prédécesseur vers une maturation artistique qui lui permettra de figurer parmi les meilleures formations orchestrales en région.

Éléments biographiques

Pavel BALEFF

Né en Bulgarie, Pavel Baleff étudie à l’Académie de Musique de Sofia. Premier prix du Concours international « Carl Maria von Weber » de Munich et Premier prix de la «Fondation Herbert Von Karajan», il reçoit en 2003, le prestigieux prix pour jeunes chefs d’orchestre, le « Bad Homburg  Conductor Award ». Il se produit au Staatsoper de Vienne, à l’Opernhaus Zürich, au Semperoper de Dresde, à la Gewandhaus de Leipzig, au Staatsoper de Hambourg, au Théâtre Bolchoï de Moscou… ainsi qu’avec les Orchestres symphoniques de la Radio WDR de Cologne et de la Radio bavaroise.

En 2010, à l’occasion de la première de Der Ring des Nibelungen de Richard Wagner, à l’Opéra National de Sofia, il est honoré du titre de « Chef d’orchestre bulgare de l’année». En 2018/2019, il dirige deux nouvelles productions à l’Opernhaus Zurich, Les Pêcheurs de perles et la première du ballet Nijinski puis suivent, en 2020, Don Pasquale au Staatsoper de Vienne ainsi que Walking Mad à Zurich.

A l’Opéra de Limoges, Pavel Baleff dirigea en mars 2016 un programme avec les cordes de l’Orchestre puis, en janvier 2019, une nouvelle production, La Ville morte d’H.W Korngold, restée depuis dans les mémoires. Il était invité en 2021 pour deux productions en amont de sa prise de fonctions, engagements qui sont bien évidemment confirmés. Pavel Baleff est directeur musical de la Philharmonie de Baden-Baden depuis 2007.

Source : Communiqué de presse de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges

 

 

 

Baby Doll, un objet symphonique sans frontières

Imaginé et mis en scène par Marie-Ève Signeyrole, Baby Doll bouleverse avec audace et poésie les codes du concert. La co-production de 7 structures met en musique l’emblématique 7e Symphonie de Beethoven qui croise la route de jeunes femmes migrantes et du musicien Yom, au cœur d’un spectacle singulier qui se présente comme une aventure, et qui marie l’iconique et l’iconoclaste.

Une ambition commune : la création d’un pur objet symphonique

Marie-Ève Signeyrole travaille habituellement beaucoup pour l’opéra. Se confronter à l’espace de l’auditorium, avec des contraintes techniques et scéniques fortes mais aussi stimulantes, l’intéressait particulièrement dans ce projet : pas de fosse d’orchestre, des temps de répétitions plus courts que ceux permis par l’opéra et le théâtre. Ces contraintes semblent imposer des limites, mais permettent la création d’un pur objet symphonique. Pour donner naissance à Baby Doll, cinq prestigieuses maisons se sont réunies, fédérant avec enthousiasme leurs ressources et leurs énergies pour que ce projet hors normes puisse voir le jour. « Seuls, nous n’aurions pas été en mesure de porter un projet de cette envergure, qui est finalement celle d’une petite production d’opéra ou d’une très grosse création de théâtre musical », précise Chrysoline Dupont. L’Orchestre de Paris (Philharmonie de Paris), l’Orchestre national de Metz, l’Orchestre national de Lyon, l’Opéra orchestre national de Montpellier, la Fondation Gulbenkian et l’Opéra de Rouen Normandie se sont unis pour faire advenir ce projet. Toutes ces institutions coproductrices qui accueilleront le spectacle se sont investies dans sa création et accompagnent le projet.

«Prophéties effroyables, vous êtes devenues terrestres, et vous avez été sauvées par la poésie », écrivait Beethoven dans ses Carnets intimes. Sa 7e Symphonie peut-elle devenir demain le porte-voix et l’étendard d’Aya, de Zebida, d’Asma et de ces milliers de femmes syriennes, soudanaises ou afghanes, errant, persécutées, d’une frontière à l’autre ? « Nous avons conscience que c’est assez iconoclaste, mais notre objectif est aussi de montrer comment Beethoven peut résonner aujourd’hui et comment un artiste venu d’un univers totalement différent peut s’approprier ce répertoire. Nous souhaitons que ce projet parle à tous, qu’il ait du sens aussi bien pour un public de mélomanes que de néophytes. L’idée est de penser le concert autrement, de convoquer des artistes qui renouvellent la lecture d’œuvres que nous avons l’habitude d’écouter sans propositions scéniques ou plastiques. Avec un musicien comme Yom et des danseuses, en nous ouvrant à la vidéo et à la singularité du regard de Marie-Ève Signeyrole, nous avons la volonté de décloisonner le genre du concert, d’ouvrir la musique classique à des aventures artistiques inédites, conclut Chrysoline Dupont. Bien sûr, nous sommes conscients de prendre un grand risque. Mais sans risque, pas de création.» [Lola Gruber]

Quand le parcours de migrantes devient un conte musical

Que peut donc raconter la 7e Symphonie sur notre époque troublée ? « Marie-Ève Signeyrole s’est tout de suite emparée de la thématique de la migration, avec cette musique de Beethoven qui symbolise pour une part un idéal européen, se souvient Chrysoline Dupont. À travers cette symphonie, elle a choisi de raconter le parcours de femmes qui quittent leurs pays d’origine – en Afrique subsaharienne, en Asie ou au Moyen-Orient – pour rejoindre l’Europe. Ces femmes sont souvent violées par les passeurs ou, pour éviter d’être violées, sont enceintes lorsqu’elles entreprennent de traverser la Méditerranée. Marie-Ève Signeyrole a été frappée par leurs destins. Elle a réuni leurs histoires et les a retravaillées pour donner naissance à une forme de conte moderne. Il ne s’agit pas de fiction documentaire ou d’un projet politique mais d’un objet symphonique inédit, qui poétise les faits pour rejoindre le domaine du conte. »

Un conte qui sera servi par la force de plusieurs disciplines : le texte, la danse, la vidéo… Deux comédiennes-performeuses dialogueront sur scène, chacune incarnant un destin différent : un destin européen et un destin exilé ou migrant. Un travail de scénographie et de vidéo – avec notamment un vidéaste qui filmera en direct sur le plateau – complétera le dispositif. L’idée de la barrière sera reprise sur scène et rappellera la notion de la frontière : qu’est-ce que la franchir ? ne pas la franchir ? L’accueil ou le refus, la main tendue ou pas… Toutes ces thématiques sont explorées dans le spectacle.

Pour que la magie opère et que Beethoven franchisse lui aussi de nouvelles frontières, restait aussi à créer une rencontre musicale. C’est là qu’interviendra le clarinettiste virtuose et inspiré Yom, qui dialoguera avec l’orchestre sur des motifs beethovéniens. En s’inspirant des motifs mélodiques de la 7e Symphonie, il a composé une partition originale. Des motifs qu’il va autant intégrer que déformer, réorienter vers son propre univers esthétique. Il y aura des chevauchements et des points de rencontre, par exemple des notes tenues après ou avant un mouvement sur lesquelles il pourra improviser, pour ramener à Beethoven. La rencontre est donc doublement déployée : au niveau musical et au niveau scénique.

La distribution

David Reiland (le 13.03)/ Douglas Boyd (les autres concerts)  : Direction musicale
Yom : Clarinette et composition
Régis Huby : Violon ténor, effets
Léo Jassef : Piano
Maxime Zampieri : Grosse caisse symphonique, percussions
Marie-Ève Signeyrole : Conception, livret, mise en scène, scénographie et vidéo
Johanna Faye : Collaboratrice aux mouvements
Laurent La Rosa : Collaborateur artistique à la vidéo
David Garniel : Lumière
Annie Hanauer ; Stencia Yambogaza : Performeuses
Tarek Aït Meddour : Performeur
Benoît Probst – art&Oh : Assistance à la scénographie et Direction technique
Yann Philippe : Régisseur vidéo
Claire Willemann : Cadreuse

Le programme

Beethoven, Symphonie n° 7

Yom, Intermèdes musicaux

La diffusion
  • Vendredi 13 mars, 20h – Orchestre national de Metz à l’Arsenal – Cité musicale (Metz)
  • Mercredi 18 mars, 20h30 – Orchestre de chambre de Paris à la Cité de la musique – Philharmonie (Paris)
  • Vendredi 27 mars, 20h et samedi 28 mars, 18h – Orchestre national de Lyon à l’Auditorium (Lyon)
  • Vendredi 24 et samedi 25 avril, 20h – Opéra-Orchestre national Montpellier au Corum – Opéra Berlioz (Montpellier)
  • Vendredi 11 et samedi 12 décembre – Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie au Théâtre des Arts (Rouen)

Source : Orchestre de chambre de Paris

Un stage international de direction d’orchestre proposé par l’Orchestre national de Metz

L’Orchestre national de Metz lance une masterclass internationale de direction d’orchestre sur plusieurs jours en juillet 2020. C’est une première pour l’orchestre, qui souhaiterait inscrire cette opération dans le temps. 

Gabriel Pierné International Conducting Master class
Du 6 au 9 juillet 2020 à l’Arsenal de Metz (France)
Orchestre national de Metz
Directeur musical : David Reiland

LIEU

Grande Salle de l’Arsenal,
3 avenue Ney, 57000 Metz (France)

RÉPERTOIRE
  • Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie n°41, K.551, Ut M (Jupiter) – 31 minutes
  • Betsy Jolas, A Little Summer Suite – 13 minutes
  • Claude Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune – 10 minutes

Ces 3 œuvres sont à préparer en intégralité.

Du 6 au 9 juillet 2020, le directeur musical de l’Orchestre national de Metz, David Reiland, proposera 4 jours de master class de direction d’orchestre. À l’orée de leur carrière, six jeunes chef.fe.s d’orchestre sélectionné.e.s sur dossier bénéficieront d’un temps de travail privilégié avec avec l’Orchestre national de Metz dans la prestigieuse salle de l’Arsenal à Metz. Disciple de Dennis Russel Davies, Pierre Boulez, David Zinman, Bernard Haitink, Jorma Panula ou encore Peter Gülke, David Reiland souhaite avec ce nouveau projet transmettre à son tour cet art et cette exigence de la direction d’orchestre, en pleine collaboration avec les musiciens de l’Orchestre national de Metz.

DÉROULEMENT
  • Lundi 6 juillet 2020
    10h-12h et 14h-16h : séances de travail avec David Reiland + piano
  • Mardi 7, mercredi 8 & jeudi 9 juillet 2020
    9h30-12h et 14h-16h30 : séances de travail avec David Reiland + orchestre
    17h-19h30 : débriefing vidéo avec David Reiland
    La dernière journée se conclura par une présentation publique du travail effectué à 20h dans la Grande Salle de l’Arsenal.
    Toutes les séances de travail seront ouvertes au public et filmées.
CRITÈRES DE SÉLECTION DES 6 CANDIDATS

Les candidats seront sélectionnés sur dossier par un jury constitué de David Reiland et de musiciens de l’Orchestre national de Metz.

Le dossier sera composé des documents suivants (en français ou anglais) :
– biographie
– Curriculum Vitae
– lettre de motivation
– 1 à 2 vidéos récentes et contrastées de 20 min maximum, du candidat dirigeant un orchestre
– 1 à 2 photos (HD 300dpi)

Le candidat devra parler au moins une des langues suivantes : français, allemand, anglais, espagnol

Limite d’âge : 35 ans

La sélection des 6 participant.e.s respectera le principe de parité.

Le dossier est à envoyer à : mediation@citemusicale-metz.fr

PROCÉDURE D’INSCRIPTION

Date limite de dépôt des dossiers de candidatures : 31 mars 2020

Communication des résultats par mail : au plus tard le 30 avril 2020

La sélection des 6 candidat.e.s retenu.e.s pour diriger l’orchestre sera effectuée par un jury constitué de David Reiland et de musiciens de l’Orchestre national de Metz.

Les 6 candidat.e.s retenu.e.s devront s’acquitter de frais d’inscription d’un montant de 150€.

Le transport, l’hébergement, les repas et les partitions seront à la charge des participant.e.s.

RENSEIGNEMENTS

+ 33 (0)3 87 55 07 46

citemusicale-metz.fr

Télécharger la fiche