politique culturelle

Grand Ensemble – Dialogue entre un immeuble et un orchestre symphonique

La création musicale de Pierre Sauvageot se prépare à une tournée mondiale. Après la première mondiale réalisée à Paris avec l’orchestre de Chambre de Paris et la participation des habitants de la place d’Aligre, une deuxième opération a été réalisée rue Léon Paulet, à Marseille avec l’orchestre Régional Avignon-Provence, les 7 et 8 octobre 2017. 

Victime de son succès, le projet prendra de l’ampleur en 2018 en s’exportant à l’international : à Avignon, puis en Autriche, au Danemark, en Finlande, aux Etats-Unis, …

LE PROJET

Grand Ensemble est pensé, conçu et spatialisé autour de la présence d’un orchestre symphonique en réponse à un immeuble d’habitation et son architecture, avec le foisonnement sonore de ce lieu de vie et de ses habitants.

« Sur les balcons d’un immeuble prennent place une cinquantaine de musiciens classiques. Un orchestre au grand complet avec ses signes distinctifs – costumes de scène-, ses sonorités bien reconnaissables, ses instruments emblématiques – harpes, timbales, … Le public est confortablement installé devant l’immeuble, dans des transats rouges, tel un parterre d’opéra. Pour ces 500 à 1000 personnes, le décor est planté, les deux protagonistes sont présents, l’immeuble avec ses habitants et ses rumeurs du quotidien, l’orchestre avec ses codes et son histoire. La partition les unit et le dialogue peut commencer. Des sons, de la musique s’échappent par les fenêtres tel un puzzle sonore. »

TOUS SONS MÊLÉS : UNE PARTITION MUSICALE DE LA DIVERSITÉ

Grand Ensemble est une partition musicale d’environ 45 minutes qui mêle écriture symphonique et toute la profusion sonore de la vie quotidienne d’un immeuble, dans un quartier animé et populaire d’une ville. Le matériau musical est donc double : bruits domestiques, sons familiers, voix, cris, murmures, paroles des habitants de l’immeuble croisent les sonorités et les tonalités des instruments des musiciens d’un orchestre symphonique. Ainsi, le public entendra les noms des habitants comme support rythmique, les sonneries des téléphones portables en base harmonique, les talons des chaussures martelant l’escalier comme tempo, les vocalises sous la douche comme soprano coloratur, les pleurs des bébés comme mélopées.

UN IMMEUBLE MUSICIEN AU CŒUR DE LA VILLE

Composition à chaque fois spécifique, Grand Ensemble crée une orchestration spatialisée ouverte sur la rue, la place, le quartier, un environnement urbain. Une cinquantaine de musiciens viennent s’installer avec leur instrument sur les balcons d’un immeuble, à tous les étages. Chacun, sur ce balcon, accueilli dans l’intimité des habitants, se trouve dans une situation inédite d’un nouvel espace orchestral, à la fois séparé de l’ensemble des autres musiciens, privé de direction musicale mais, porteur d’un casque binaural, il devient interprète unique d’une partition commune.
Cette scénographie, qui met en tension créatrice tout un immeuble en en faisant un acteur musical et sonore à part entière, permet des effets orchestraux spectaculaires et inventifs : étages se répondant les uns aux autres, mélodies circulant de fenêtre en fenêtre, rythmiques découpées par cages d’escaliers, harmonies de timbres, motifs répétitifs traversant les pupitres…

UN CONCERT ADAPTÉ A SON CONTEXTE : RETOUR SUR LES DEUX PREMIÈRES MONDIALES

Dans ce dialogue immeuble-orchestre, l’immeuble tient une place essentielle.

À Paris, l’immeuble qui se trouve au 13/15 de la place d’Aligre dans le 12e arrondissement, a la particularité d’avoir une incurvation qui lui donne l’allure d’un amphithéâtre dans l’espace public. Le célèbre marché d’Aligre en fait un endroit très fréquenté, très mélangé, incroyablement populaire et animé. Place d’Aligre, c’est l’Orchestre de chambre de Paris qui a participé à la création de Grand Ensemble en interprétant pour la première fois la partition.

Retour sur Grand Ensemble avec l’OCP

À Marseille, c’est l’Orchestre Régional d’Avignon-Provence qui interprète la partition de Grand Ensemble. Le spectacle a lieu dans l’immeuble de la rue Paulet, dans le huitième arrondissement. A deux pas du Stade Vélodrome, l’immeuble de la rue Léon Paulet, construit dans les années soixante-dix, est un grand ensemble installé dans une résidence arborée, dont les appartements en hauteur offrent une vue sur les massifs des calanques au sud. Ses habitants, rencontrés par Pierre Sauvageot et l’équipe de Lieux publics depuis plusieurs mois, racontent leur immeuble et la vie du quartier. Le travail de captation sonore des bruits de l’immeuble, croisés avec des paroles d’habitants, fait partie intégrante de l’oeuvre. Les résidents deviennent acteurs de la création en accueillant les musiciens sur leurs balcons, mais aussi en apportant une partie du matériau sonore et musical.

 

 

 

LES ARTISTES ET ACTEURS CULTURELS D’AUVERGNE-RHÔNE-ALPES APPELLENT À LA CONCERTATION

La Plateforme des Acteurs du Spectacle Vivant en Auvergne-Rhône-Alpes appelle le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à engager un processus de concertation pour la construction de la politique culturelle du territoire. Elle rappelle que cette concertation avec les acteurs de la création artistique pour la conduite d’une politique de service public est dorénavant inscrite dans la Loi sur la Liberté de la Création, de l’Architecture et du Patrimoine, récemment promulguée (article 3 de la Loi).

La Plateforme regrette l’absence de réponse du nouvel exécutif régional à sa proposition de mettre en place une instance de concertation territoriale pérenne sur les politiques culturelles publiques.

Afin de relancer ce processus de concertation engagé depuis deux ans avec l’ensemble des réseaux, organisations et syndicats du spectacle vivant, elle appelle tous les acteurs du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes à participer à l’Assemblée générale des acteurs du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes, le 10 octobre 2016, à la Comédie de Saint-Etienne (accueil à 09 h 30).

Plus que jamais, dans ce contexte de mise à mal des valeurs culturelles, la réflexion collective est nécessaire.

S’inscrire

Contact
Plateforme des acteurs du spectacle vivant
Auvergne/Rhône-Alpes
c/o La Nacre
33 cours de la Liberté
69003 LYON
Mél. : contact@plateforme-spectacle-vivant.com
Web : plateforme-spectacle-vivant.com

Pour une politique publique de la culture

Depuis 2014, sur notre territoire, de nombreuses décisions émanant de plusieurs collectivités publiques en région Auvergne-Rhône-Alpes remettent en cause l’idée même d’une politique publique de la culture en faveur de  la liberté de création artistique et de l’émancipation des personnes.

Ici et là, les moyens budgétaires affectés à la culture se réduisent :

  • Des villes comme Lyon, Grenoble, Vienne, Décines-Charpieu, diminuent le financement de plusieurs structures culturelles.
  • Les Départements de l’Ain, de l’Allier, de l’Ardèche, du Cantal, du Puy-de-Dôme, du Rhône, de la Savoie, de Haute-Savoie et la Métropole de Lyon réduisent leurs budgets 2016 pour la culture (de 3 à 15 %).
  • La nouvelle Région Auvergne-Rhône-Alpes prévoit une diminution de 10% de son budget culture pour l’année 2016.

Les économies budgétaires auxquelles de nombreuses collectivités se disent contraintes prévalent de plus en plus à la construction d’une politique culturelle.

Ce recul budgétaire s’accompagne trop souvent d’ingérence dans les programmations qui mettent à mal les principes de  liberté de création et de programmation artistique.

C’est de plus en plus la réalité même d’un service public de la culture qui disparaît.

Ce reflux général a des conséquences désastreuses :

  • Des festivals, des théâtres et autres salles de spectacle doivent limiter leur programmation et licencier des personnels nécessaires à leur activité ;
  • Les institutions culturelles subissent une diminution de leurs budgets au détriment de la production et de la diffusion de spectacles ;
  • Les compagnies et équipes artistiques ajournent ou suppriment leurs projets de création ou de diffusion et s’enfoncent dans la précarité ;
  • Les outils nécessaires à la permanence artistique et culturelle sur les territoires sont remis en cause.

Tout ceci prive les publics, au mieux d’une diversité culturelle et au pire d’une présence de l’art sur leur territoire.

La Plateforme des acteurs du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes qui regroupe 18 réseaux, syndicats et fédérations, demande à toutes les collectivités publiques de la région de mettre en œuvre une politique publique de la culture qui s’inspire de sa valeur universelle. Car la création artistique et la culture participent du bien commun et contribuent à l’émancipation de tous. Elle demande qu’à tous les niveaux, le soutien financier des collectivités publiques en matière culturelle ne fléchisse pas et puisse se développer dans l’avenir. Enfin, elle demande à être reconnue comme un partenaire de la concertation dans la construction nécessaire des politiques publiques de la culture afin de contribuer avec l’ensemble des acteurs du secteur, avec les collectivités et avec l’Etat à l’élaboration d’un Plan pour la Culture en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les Syndicats, réseaux et fédérations de La Plateforme des acteurs du spectacle vivant Auvergne-Rhône-Alpes
AFO : Association Française des Orchestres
CMTRA : Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes
La Fédé́ : Fédération des Arts de la Rue Rhône-Alpes
Feppra : Fédération des éditeurs et producteurs phonographiques en Rhône-Alpes
FEVIS : Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés
GRAL : Groupement Rhône-Alpes des lieux de musiques actuelles
Groupe des 20 : Réseau de Théâtres de ville en Auvergne Rhône Alpes
JAZZ(s)RA : Plateforme des acteurs du Jazz en Auvergne Rhône Alpes
Le Maillon : Fédération Rhône-Alpes du réseau Chaînon/FNTAV – Fédération des Nouveaux Territoires des Arts Vivants
Les Forces Musicales : Syndicat professionnel des opéras, orchestres, festivals d’art lyrique et musique classique
Profedim : Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique
RACCOR : Rassemblement des collectifs et compagnies Rhône-Alpes
SCC : Syndicat des Cirques et Compagnies de Création
SMA : Syndicat des Musiques Actuelles
SNSP : Syndicat National des Scènes Publiques
SYNAVI Rhône-Alpes : Syndicat National des Arts Vivants Rhône-Alpes
SYNDEAC : Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles
Tagada Tsoin Tsoin : réseau régional de musiques actuelles, antenne Rhône-Alpes du Printemps de Bourges

Contact
Plateforme des acteurs du spectacle vivant
Auvergne/Rhône-Alpes
c/o La Nacre
33 cours de la Liberté
69003 LYON
Mél. : contact@plateforme-spectacle-vivant.com
Web : plateforme-spectacle-vivant.com

Pearle* / Rapport d’activité 2015

Pearle* vient de publier son rapport d’activité 2015. La ligue européenne des associations d’employeurs dans le secteur des arts du spectacle y présente, en chiffres et en images, les actions de l’an passé et revient, à l’occasion de son 25e anniversaire, sur ses réalisations marquantes.

Depuis 25 ans, Pearle* représente plus que 4,000 employeurs dans le monde du théâtre, orchestres et ensembles de musique, opéra, ballet et compagnies de danse, festivals et autres organisations dans le secteur des arts du spectacle en Europe.

Comme chaque année, le rapport d’activités de l’association donne une vue d’ensemble de ses réalisations. Il expose les solutions proposées par Pearle*, en réponse à des problématiques communes aux acteurs du monde du spectacles vivant, telles que la mobilité ou les impacts de la crise financière. Il présente également les projets européens, les actions partenariales et de lobbying menés en 2015 par la ligue et revient, pour finir, sur les événements qui ont marqué les 25 ans d’existence de Pearle*.

Télécharger le rapport d’activité 2015 (en anglais)

Contact
Pearle* – Live Performance Europe
Performing Arts Employers Associations League Europe
Square Sainctelette 19
B- 1000 Brussels
Tel. +32 (0)2 203 62 96
Mél. : info@pearle.ws
Web : pearle.ws
Twitter : @pearleurope