Orchestre Poitou Charentes

L’Orchestre Poitou-Charentes change de nom

L’Orchestre Poitou-Charentes, résident historique du Théâtre Auditorium de Poitiers, effectue sa mutation et devient l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (OCNA).

La nouvelle appellation traduit une volonté d’adaptation à la réalité des nouveaux territoires de la grande région, tout en perpétuant une vocation itinérante affirmée depuis la création de l’orchestre en 1981.

Au-delà de ce nouvel ancrage géographique, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine revendique désormais un format spécifique de 45 à 50 musiciens, adapté aux répertoires les plus variés tout en restant dans la dimension symphonique classique.

La première saison de l’OCNA reflète bien la diversité des esthétiques de l’orchestre : de Mozart à Dvorak jusqu’à Augustin Braud, jeune compositeur poitevin, invité par l’orchestre en résidence.

Télécharger le communiqué de presse

Beethoven d’hier et d’aujourd’hui.

Le 19 novembre, dans le cadre du week-end Orchestres en fête ! 2016, l’Orchestre Poitou-Charentes, jouera sous la baguette de Jean-François Heisser, pour la première fois à la Philharmonie de Paris 33 variations sur 33 variations du compositeur allemand Hans Zender, inspirées des Variations Diabelli de Beethoven en miroir du récital de piano donné dans l’après-midi.

Hans Zender, un compositeur iconoclaste

Appartenant au club fermé des compositeurs-chefs d’orchestre, son double parcours a débuté dans les années 60, sous l’influence de Bernd Alois Zimmermann et Pierre Boulez. Ce qui a amené Hans Zender – outre la création de ses propres partitions et la qualité de ses interprétations du répertoire – à aborder d’une manière personnelle et singulière quelques œuvres pour piano emblématiques. Sa version extraordinaire du Voyage d’hiver de Schubert créée en 1993 avec l’Ensemble Modern est devenue une référence presqu’incontournable.

Ancrée dans la spiritualité, l’art et les philosophies d’Extrême-Orient, l’œuvre du compositeur allemand s’inspire de la calligraphie et de poèmes orientaux, notamment japonais (Fûrin No Kyô, 1989 ; Kalligraphie, 1997-2004). Le compositeur n’en néglige cependant pas la littérature et la pensée occidentales, et s’appuie sur les textes de Friedrich Hölderlin, Héraclite, La Bible, Maître Eckhart ou Saint Jean de la Croix.

Hans Zender : Les variations revisitées

Le compositeur Hans Zender a osé une réappropriation d’une œuvre mythique du répertoire pianistique, les Variations Diabelli de Beethoven.

Composée en 2011, cette vision iconoclaste de l’œuvre offre au public la possibilité d’une véritable expérience auditive et sensorielle. Construite comme un incessant mouvement d’approche et d’éloignement de la partition originale, cette œuvre a permis de révéler les talents d’équilibriste du compositeur.

Chaque variation est une surprise, visitant plusieurs styles en apportant des couleurs orchestrales étonnantes !

Hans Zender écrit à ce sujet : « Mon interprétation du Winterreise de Schubert a parfois été mal comprise. D’aucuns ont affirmé qu’un tel arrangement ne pouvait être que nostalgique ; à l’inverse, pour certains traditionnalistes, il ne respectait nullement l’original. Ni les uns ni les autres n’ont raison, car mon interprétation se trouve à équidistance de ces deux possibilités… J’ai eu envie de tenter une nouvelle fois cet exercice d’équilibriste. Nietzsche dit en substance ceci : la relation entre l’ancien et le nouveau est toujours telle que le nouveau finira par détruire l’ancien. Il n’y a qu’une seule manière d’éviter cet écueil : “planer sans crainte” au-dessus de l’abîme de l’histoire. Le fait de planer ainsi entre différents styles qui nous sont familiers induit un stimulus particulier, à même de générer de nouvelles expériences, non seulement chez le compositeur, mais aussi chez l’auditeur. « 

 

CONCERTS

Samedi 19 novembre, 14h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
Variations Diabelli de Ludwig van Beethoven
Veränderungen de Philippe Manoury
Jean-François Heisser, piano

Samedi 19 novembre, 17h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
33 Variations sur 33 Variations
Interprétation composée sur les Variations Diabelli de Beethoven
Orchestre Poitou-Charentes
Jean-François Heisser, direction

Retour sur : « écoute tactile » par l’Orchestre Poitou Charentes

Pour la sixième édition d’Orchestres en fête, l’Orchestre Poitou Charentes et le Théâtre Auditorium de Poitiers se sont lancés le pari de faire découvrir la musique classique à des personnes en situation de handicap. Cette expérience d’écoute tactile a permis à des personnes sourdes ou aveugles d’assister à une répétition de l’Orchestre Poitou-Charentes dans l’Auditorium du TAP :

L’idée était de placer des personnes déficientes sensorielles en situation de spectateurs dans le cadre d’un concert de musique classique.

Une belle expérience à l’initiative du Clos du Bétin, un foyer de vie pour handicapés sensoriels situé à Neuville du Poitou (86). Certains des résidents qui ne peuvent rester dans une salle à cause de leur agoraphobie, sont parfois dans l’impossibilité de supporter la présence d’une foule. Cette initiative leur permet donc de découvrir un auditorium et un orchestre en toute intimité, libérés du temps et d’une salle pleine.

Les organisateurs de cette expérience d’écoute tactile souhaitaient permettre à des handicapés de mieux appréhender la musique :

Les personnes sourdes, par exemple, vont pouvoir ressentir les vibrations comme jamais ils n’ont pu le faire. Elles sont placées sur le plateau au coeur de l’orchestre, au milieu des musiciens, des instruments et du son. Elles sont autorisées à toucher les instruments, les matériaux acoustiques à la recherche des sensations physiques.

Ecoute tactile

Les personnes aveugles sont aussi installées dans le même dispositif sur le plateau, mais avec l’objectif de se faire une idée de la forme des instruments, de leur matière et de leur volume.

Mais on ne vous en dit pas plus et on vous laisse découvrir le reportage France 3 Poitou Charentes, signé Marie-Anfe Cristofari et Stéphane Bourin :

Un grand bravo à l’Orchestre Poitou Charentes pour cette belle initiative, en parfaite cohérence avec l’objectif premier d’Orchestre en fête : « Partager  la musique  classique  et  la  transmettre  au  plus  grand nombre »

L’Orchestre Poitou-Charentes est une formation non permanente composée à 70 % de musiciens enseignant dans les différents conservatoires de la région.

Il a été fondé en 1982 grâce à la volonté des villes du Poitou-Charentes et de la Région du même nom et au soutien de l’Etat.

L’orchestre Poitou-Charentes a connu plusieurs périodes préliminaires depuis sa création et c’est à partir de 1989 avec l’arrivée de Charles Frey comme directeur artistique et violon solo qu’il a pris un tournant décisif dans son développement. Pendant plus de dix ans, les musiciens ont acquis une grande rigueur artistique qui a permis à cette formation d’atteindre un niveau de qualité incontestable et une réelle stature d’orchestre régionale.

Depuis mars 2000, après avoir été placé sous la direction artistique de Jean-François HEISSER, le répertoire de l’Orchestre Poitou-Charentes s’est considérablement élargi notamment à la musique du 20ème siècle. Les grands classiques et la musique contemporaine sont toujours au rendez-vous.
A l’invitation de son directeur, chefs et solistes nationaux et internationaux participent au rayonnement de l’orchestre sur son territoire régional mais également lors de grands festivals en France et à l’étranger.
Enfin, une place de plus en plus importante est donnée au jeune public par le biais d’actions spécifiques.

L’orchestre Poitou-Charentes est soutenu par la Région Poitou-Charentes, l’Etat, la ville de Poitiers, Musique Nouvelle en Liberté et le Crédit Mutuel.