innovation culturelle

NoMadMusic remporte le Grand Prix de l’Innovation

Après un suspens insoutenable Paris & Co a dévoilé le 12 décembre, à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix qui s’est déroulée à la Cité de la Mode et du Design, les 10 lauréats des Grands Prix de l’Innovation, édition 2017 ! NoMadMusic remporte le Grand Prix dans la catégorie « Industries créatives » ainsi que le grand concours Twitter des #GPIPARIS avec 41 mentions !

La start up NoMadMusic

Label de classique, jazz et musiques du monde, NoMadMusic a été fondé en 2014 par Clothilde Chalot et Hannelore Guittet, avec l’ambition de décloisonner les répertoires, et de favoriser l’accès à la musique à un public aussi large et divers que possible.

NoMadMusic est également éditeur de solutions numériques. L’application NomadPlay est le fruit de leur investissement en recherche et développement.  Cette application de réalité augmentée permet à tout amateur musicien de se substituer virtuellement à n’importe quel instrumentiste d’un groupe ou orchestre, et de vibrer en immersion 3D audio avec partition synchronisée. L’utilisateur peut ainsi créer son scénario d’écoute personnalisé et progresser accompagné d’un orchestre symphonique depuis son salon.

Le Grand Prix de l’Innovation de la ville de Paris – édition 2017

Créé en 2001 par la Ville de Paris et Paris & Co, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris, le concours récompense chaque année des projets innovants dans des secteurs à forte croissance. Depuis sa création, ce sont 67 lauréats qui ont été récompensés parmi les 3.200 candidats aux Grands Prix de l’Innovation. 90% de ces entreprises sont encore en activité aujourd’hui, et ont créé 1.085 emplois à ce jour. Les start-up participantes ont également profité d’une forte visibilité médiatique comme en témoigne Cédric Poigneau, président d’Elyssamed : “Quand on est une start-up, on fait beaucoup de concours divers et variés mais pour les Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris, nous avons eu des retombées médiatiques et des opportunités de networking qui sont très supérieures à ce qu’on a vécu par ailleurs. Nous sommes très satisfaits, car nous avons rencontré de nombreux investisseurs, et avons eu une très belle exposition.  »
Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité : « Il y a maintenant 16 ans, la Ville de Paris créait, avec les Grands Prix de l’Innovation, l’un des premiers événements phares destinés à mettre en lumière le dynamisme, l’audace et l’ingéniosité des startups parisiennes. Ils se réinventent cette année pour continuer d’être en phase avec les défis économiques, sociétaux et environnementaux que les startups devront relever. A la lecture du palmarès des précédentes éditions – Weezevent, Ynsect, Simplon.co … etc. – je me réjouis de voir que l’écosystème de la Ville de Paris stimule et accompagne chaque année l’émergence de nouvelles pépites qui contribueront à améliorer durablement le quotidien des parisiens et des parisiennes. »

Ce concours, qui se compose cette année de 9 catégories, offre à chaque lauréat une dotation de 12.000€ ainsi qu’une place dans l’un des incubateurs de Paris & Co.

Paris & Co est l’agence de développement économique et d’innovation de Paris. Elle se spécialise sur les thématiques de l’attractivité et d’innovation en vue de la création d’emplois et de valeur économique à Paris : elle prospecte et accueille les start-up étrangères, contribue à la promotion économique de la métropole à l’international, et favorise le rayonnement de l’écosystème francilien de l’innovation à travers l’incubation de jeunes entreprises, l’expérimentation de solutions innovantes, l’organisation d’événements start-up et la mise en relations des start-up avec une centaine de grands groupes. Paris & Co accompagne plus de 300 start-up par an, organise près de 330 événements et a conduit plus de 200 expérimentations depuis sa création.

La catégorie Industries Créatives

Les projets qui concourent pour la catégorie Industries Créatives produisent, agrègent, manipulent, fournissent des solutions numériques destinées aux industries créatives et culturelles. Ces projets s’inscrivent particulièrement dans le champ des contenus numériques (données structurées ou non, images, sons, vidéo, etc.), ou conçoivent et/ou développent des solutions relatives à tout ce qui touche à la production et à la mise à disposition de contenus numériques et plus précisément concernent les champs d’application et d’innovation suivants :

– La numérisation de données à contenu artistique ou culturel
– La gestion de datas : pré- et post-traitement des données, exploitation, qualification, traitement
– La production de e-contenus
– L’édition numérique
– La presse innovante
– Le communautaire
– Les nouveaux médias, le crossmédia et le transmédia
– Les jeux vidéo et la gamification
– Le stockage et archivage, formats de compression, systèmes d’indexation, outils de recherche
– La capture et traitement de l’image et du son
– L’éducation et la formation numérique

Un petit aperçu des candidats et de leur projets en images :

 

 

L’Orchestre national de Lille lance son studio numérique

L’exploitation du studio numérique en 5 points :
1. La diffusion, l’amplification, la spatialisation et la transformation instantanée du son en
salle
(cinéma, oeuvres musicales incluant des parties électro-acoustiques, musiques actuelles….)
2. La captation et la diffusion de concerts ou programmes « maison » de l’onl
(streaming tous publics ou ciblés, enregistrements commerciaux ou de travail, diffusion de
programmes éducatifs….)
3. L’accessibilité à tous les publics
(particulièrement les publics malentendants et malvoyants avec la boucle magnétique, le
secteur social et les publics éloignés)
4. L’assistance à la création musicale
(pour les compositeurs en résidence à l’orchestre et autres artistes créateurs, étudiants en
classe de composition en conservatoires…)
5. Un pôle de formation aux techniques numériques du son
(également au service des écoles de musique, des conservatoires, des structures de création
audiovisuelles…)

Depuis des siècles, les structures musicales, les musiciens et compositeurs ont toujours intégré voire impulsé les mutations technologiques et esthétiques pour accompagner
l’évolution de notre communauté. Les technologies numériques sont un bouleversement sans précédent de notre environnement social et culturel.
Grâce à ce nouvel ensemble de techniques, les contenus sont audiovisuels, interactifs et connectés. La numérisation des contenus fait bénéficier à l’industrie culturelle et de la
communication d’avancées essentielles. Ainsi, notre manière d’interagir, de partager, de communiquer est interrogée quotidiennement. La musique et les sons qui la composent sont par essence des vecteurs physiques – le déplacement de molécules d’air – d’émotions.
Comment ne serait-elle pas partie prenante de cette histoire en cours d’écriture ?

L’orchestre national de lille devient le premier orchestre d’Europe doté d’un studio mobile entièrement numérique

L’orchestre national de lille (o.n.l.) sous l’impulsion de son chef fondateur Jean-Claude Casadesus est devenu le premier orchestre d’Europe à s’équiper d’un système entièrement numérique. Par son investissement dans une régie son entièrement numérique, adaptive et transportable, l’orchestre national de lille accompagne résolument les transformations majeures de son temps pour y participer en tant qu’acteur prépondérant de l’écosystème numérique régional.

 De nouveaux canaux de diffusion

Les salles de concert demeurent les lieux privilégiés de la diffusion musicale, mais les réseaux informatiques offrent des voies nouvelles de diffusion qu’il faut explorer. Les
rediffusions, les diffusions en direct pour des utilisateurs distants ou nomades sont des nouveaux vecteurs de diffusion et d’écoute. L’accroissement technologique perpétuel permet aujourd’hui de bénéficier hors les murs d’un confort d’écoute immersif jamais atteint.

 L’activité culturelle comme lien social

Les missions de l’orchestre national de lille en termes de rayonnement culturel sont fondamentales. Par la formation des jeunes publics et des professionnels, par un ancrage
dans la création artistique de son territoire, et son action d’ouverture au plus grand nombre l’o.n.l. met à la disposition de tous les publics le répertoire symphonique, une des plus belles expressions de l’humanité, au service de la collectivité. L’acquisition de nouveaux outils techniques contemporains étendent les possibilités et l’offre de l’orchestre. A travers la mise en place du projet « Du son pour tous », les personnes handicapées – malvoyants et malentendants- ont désormais la possibilité d’assister au concert avec tout le confort sonore rendu possible par le principe des boucles magnétiques.
+ Ce service permet également la mise en conformité de l’auditorium avec l’article L-111-7-7-3 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

 La recherche de nouveaux modèles économiques

Les modifications substantielles des modes de financement public obligent les institutions culturelles à faire évoluer leurs modèles économiques. Sans altérer ses missions et son positionnement de service public de la culture, l’orchestre construit de nouvelles interactions avec l’industrie culturelle de son territoire. L’indépendance technologique que
permet l’équipement du studio numérique permet à l’orchestre de fixer un cadre clair et budgété pour les prochains exercices le mettant à l’abri de locations répétées et
coûteuses, d’autant plus si l’on considère le niveau d’acquisition réalisé permettant de parer à toute éventualité même extraordinaire. L’orchestre acquiert ainsi une réactivité et une flexibilité technique sans précédent et à budget maîtrisé. Par ailleurs, la combinaison de l’excellence acoustique de l’Auditorium du Nouveau Siècle et de son équipement haute technologie, constitue pour l’o.n.l. un écrin haut de gamme permettant des prestations complètes en destination des acteurs institutionnels, du milieu pédagogique ou encore du secteur privé : enregistrements, recherches relatives à l’acoustique, à l’exploration sonore et musicale. Autant de pistes à suivre qui ouvrent le champ à de nouvelles collaborations et de nouveaux revenus pour l’orchestre et sa salle.

Une plateforme de formation aux techniques du son

L’o.n.l. en partenariat avec le groupe Sennheiser mais aussi avec les universités, les conservatoires et les écoles de formation aux techniques du son, compte vivement devenir une plateforme de formation : ateliers techniques, séminaires, échanges entre utilisateurs et milieu de l’enseignement, sont autant de perspectives envisagées avec détermination.

L’orchestre national de lille acteur culturel de l’écosystème numérique régional

A travers cet équipement de haute technologie et les nombreuses possibilités de développement qu’il permet, l’o.n.l. devient un acteur prépondérant dans la dynamique de
l’écosystème numérique régional, en témoigne sa labellisation French Tech Lille’s digital. Dès à présent, cette inscription lui a permis de nouer des collaborations avec les entreprises Ankama et d’autres start-ups issues d’Euratechnologie et la Plaine Images.

Un financement croisé exemplaire en écho à l’attractivité de l’équipement

Le studio numérique a été acquis grâce au financement :
– Du Conseil Régional Nord-Pas de Calais
– De la Métropole Européenne de Lille
– Du député Bernard Roman au titre de sa réserve parlementaire
– Du Crédit Impôt Compétitivité Emploi
– Du mécénat privé
– De Sennheiser, fournisseur principal
Le projet d’équipement en boucles magnétiques « Du son pour tous » est soutenu par :
– La Caisse d’Epargne Nord France Europe
Ainsi cet équipement de développement permet à l’orchestre national de lille de répondre aux défis auxquels doit faire face un grand orchestre symphonique au 21ème siècle en le plaçant au coeur de l’innovation technologique dans laquelle s’inscrit notre territoire.

 

Aller plus loin : Culture box / L’Orchestre national de Lille inaugure un studio numérique révolutionnaire