formation

Formation au métier de musicien(ne) d’orchestre

FORMATION AUX MÉTIERS DE MUSICIEN D’ORCHESTRE ET DE MUSICIEN DE FOSSE
L’Ecole Supérieure de Musique Bourgogne-Franche-Comté, en collaboration avec l’Orchestre Dijon Bourgogne, l’Opéra de Dijon, l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté et en partenariat avec l’Association Française des Orchestres, propose une formation professionnelle continue au métier de musicien d’orchestre en alternance avec embauche en contrat de professionnalisation (dispositif AFDAS).

DESCRIPTIF DE LA FORMATION

Ce parcours permet de se former au métier de musicien d’orchestre dans les répertoires d’opéra et symphonique grâce à la complémentarité des programmations des deux orchestres, tout en suivant des cours spécifiques dispensés à l’ESM.

La durée de la formation est de 600 heures en trois semestres :

  • 450 heures en situation professionnelle dans les orchestres
  • 150 heures à l’ESM

Niveau minimum requis : DNSPM ou fin d’un cycle complet de perfectionnement d’un CRR, ou équivalent.

Le concours de recrutement se déroulera le 10 octobre 2018.
Inscriptions en ligne du 16 juillet au 30 septembre 2018.

Pour remplir votre dossier de candidature en ligne :

1. Cliquer sur le lien suivant : www.esmextranet.fr
2. Cliquer sur Connexion
3. Cliquer sur « Pas encore de compte » et créer un compte
4. Une fois connecté avec votre compte, cliquer sur « Inscription » puis sur « Ajouter », puis remplir tous les champs du dossier de candidature
5. Une fois le dossier rempli, cliquer sur « Sauvegarder »
6. Pour imprimer votre dossier avant envoi par courrier, cliquer sur « Voir » puis cliquer sur « Imprimer ».

Le dossier de candidature en ligne reste modifiable si besoin, en vous connectant avec vos identifiants et en cliquant sur « Editer ».

Le dossier de candidature est à compléter en ligne, puis à envoyer par courrier accompagné de toutes les pièces à joindre, avant 30 septembre 2018, à l’adresse suivante : ESM Bourgogne-Franche-Comté, 36-38 rue Chabot-Charny, 21000 Dijon.

CNSMDL et ONL réunis pour un concert unique

Un projet de formation inédit

En janvier dernier, l’Orchestre National de Lyon et l’Orchestre du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon (CNSMDL) étaient réunis sous la baguette de Leonard Slatkin pour un programme placé sous le signe de la transmission symphonique et de la solidarité musicale.

Une semaine de travail en commun a abouti à un concert inédit. En ouverture, les étudiants seuls ont interprété Timepiece de Cindy McTee, œuvre pleine d’humour et de contrastes, exigeante sur le plan technique et rythmique. Puis les musiciens de l’ONL — dont le violoncelliste solo Edouard Sapey-Triomphe, également enseignant au CNSMD de Lyon — ont rejoint les étudiants pour le Concerto de Dvořák. Frisson garanti avec cette œuvre au succès immédiat jamais démenti, où le violoncelle se fait tour à tour fougueux, passionné, émouvant ou révolté. La Symphonie n°5 de Chostakovitch écrite en pleine période des purges staliniennes alors que l’auteur se sait menacé est porteuse elle-aussi d’une incroyable tension émotionnelle. L’interprétation de ce 20 janvier a enthousiasmé le public — une salle comble et a parachevé ce programme placé sous le signe du partage et d’une dynamique d’insertion professionnelle.

En effet, les jeunes étudiants du Conservatoire étaient « accueillis comme leurs pairs par leurs aînés » comme l’explique Géry Moutier, directeur de l’institution. Le temps d’un concert, 60 étudiants intègrent l’orchestre et travaillent dans un cadre professionnel, sous la direction du maestro Leonard Slatkin. Un moment de formation unique, qui enrichit autant les futurs professionnels que les musiciens permanents.

L’ART DE LA TRANSMISSION – LEONARD SLATKIN

« C’est ici l’occasion de mener un projet qui me tient particulièrement à cœur : l’accueil d’étudiants du CNSMD de Lyon au sein de notre orchestre. Le monde de l’orchestre a considérablement évolué en 20 ans. La compétition pour obtenir un poste est encore plus difficile, notre métier s’est enrichi de nouvelles facettes, notre répertoire s’est ouvert à de nouvelles formes musicales, les attentes des financeurs sont croissantes… Et votre (notre) métier ne consiste pas seulement à jouer d’un instrument au plus haut niveau. Etre musicien d’orchestre requiert de nombreux autres talents, une écoute, une adaptabilité, une discipline de pupitre, une capacité à vivre en groupe, une générosité dans nos actions en direction des plus jeunes ou des public empêchés… Comment un jeune musicien peut-il intégrer tout cela ? Il est de notre responsabilité, nous professionnels, d’accompagner, d’inspirer et de guider la nouvelle génération. C’est l’idée de cette première initiative avec le CNSMD de Lyon, initiative que je souhaite renouveler tous les deux ans. Cette série autour de la 5e symphonie de Chostakovitch et du Concerto pour violoncelle de Dvorak ne sera donc pas une série comme les autres. Dans ce type de collaboration, les répétitions sont importantes, qui permettent à des étudiants d’être assis à côté de professionnels. L’objet principal est d’aider les jeunes à comprendre la relation de travail au sein d’un orchestre et cela n’a rien à voir avec du coaching individuel. Même des répétitions en partielles ne donnent pas aux jeunes musiciens une véritable idée du travail réalisé au sein d’un orchestre permanent. C’est notre première initiative de ce genre. Je suis persuadé, pour l’avoir déjà fait de nombreuses fois, qu’à la fin de la première répétition, l’importance d’un tel projet sera une évidence pour chacun. Et qu’à la fin de cette série, au-delà d’une très belle aventure vécue, nous aurons l’expérience avec nous pour construire au mieux les futurs projets de collaboration avec le Conservatoire ».

Leonard Slatkin

« Pierre, le loup et un mini-métallonotes » – Sensibiliser le jeune public à l’orchestre – Episodes 2 & 3

page1output

Comment sensibiliser le jeune public à la musique classique ? C’est le challenge qu’ont décidé de relever une dizaine de musiciens et chargés d’actions éducatives des orchestres membres de l’Association Française des Orchestres, à l’initiative de la formation  « musiciens et actions éducatives ».

La première séance en octobre dernier avait été concluante (voir l’article http://orchestresenfete.com/lemag/formationafo1/), les stagiaires quittant l’atelier 11 du Centquatre, salle de répétition de l’Orchestre de chambre de Paris, la tête remplie de « petits trucs » qui permettent de rendre un atelier autour de la musique classique, ludique et pédagogique à la fois. Et ceci grâce à la pétillante Sarah Goldfarb, en charge de la formation.

Les deuxième et troisième séances ont eu lieu lundi 9 et vendredi 13 décembre. Après une matinée à répéter les morceaux et à enregistrer les derniers conseils de Sarah, les stagiaires semblent parés à accueillir les enfants pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

Car oui, qui dit action éducative dit enfant, et ce seront deux classes de CE2 de l’école primaire Mathis dans le 19ème arrondissement de Paris qui se succéderont sur ces deux journées.

Retour en images :

– Les enfants arrivent vers 13h30. Une fois les manteaux déposés, quoi de mieux que de commencer l’après-midi en musique. Les enfants écoutent captivés les musiciens jouer l’été de Vivaldi, un beau moment :

– Cet interlude musical achevé c’est l’heure des présentations, en cercle, chacun se présente en choisissant un geste qui lui rappelle justement l’été : certains choisissent la nage, d’autres la bronzette, et dans la bonne humeur toujours :

– Nos stagiaires sont ensuite répartis en petits groupes avec une dizaine d’écoliers, et autour d’un atelier de percussions corporelles, ils peuvent prendre les rennes à l’image de Sarah et presque aussi bien : ils arrivent à captiver l’attention des enfants. Puis chaque groupe présentera son travail aux autres groupes :

– Après l’été de Vivaldi, c’est maintenant au tour du printemps. Une fois l’écoute achevée, les enfants sont invités (en levant la main s’il vous plait) à parler de la musique, ce qu’ils en ont pensé, leurs impressions :

– Pour mettre en image toutes les idées avancées par les enfants, Sarah leur propose de prendre une photo représentant le printemps. Comme dans un atelier théâtre, les enfants prennent place tour à tour pour créer soit un arbre, soit un soleil ou pour lire un livre sur un banc ou jouer au foot, les enfants se prennent au jeu et le résultat est plutôt convaincant non ?

– C’est ensuite le moment de mettre le printemps en chanson. Il faut pour ça trouver les bonnes paroles « qu’est ce qui rime avec beau temps ? oui banc, allons nous asseoir sur les bancs par exemple qu’en dites vous ? » :

– Il est maintenant temps de « faire sonner » le printemps. Les enfants vont pouvoir s’aider de leurs mini-instruments, attention ouïe sensible s’abstenir !

– Passons à l’automne, de retour en position de cercle, les stagiaires et écoliers se font « passer le son » de la pluie, puis du vent, en frottant leurs mains ou en claquant des doigts :

– et pour finir l’hiver. Et puisque les enfants ont été sages, le dernier atelier se fera avec les mini-instruments, ou comment créer l’éclair le tonnerre ou la pluie, avec des claves, un triangle ou un güiro :

Résultat de la journée : des enfants ravis, des musiciens fatigués mais confiants et au final une très bonne journée, riche d’échanges et de découvertes, autant pour les écoliers que pour les stagiaires !

Les vidéos seront bientôt disponibles sur notre chaine Youtube !

                                                                                                                     

Pour en savoir plus sur le cycle de formation :

Il est destiné à tous les musiciens d’orchestre, intervenant ou souhaitant intervenir auprès d’un public jeune et non musicien. Les responsables des actions éducatives dans les orchestres souhaitant travailler en équipe avec les musiciens peuvent également suivre cette formation.

Ce programme a été mis en place suite aux demandes formulées par les musiciens lors des stages des années précédentes : travailler sur la durée, mémoriser les méthodes, les mettre en oeuvre avec le plus d’autonomie possible.

Il se déroule sur 3 journées. Il est possible de participer à chacune des formations de manière autonome mais le cycle est construit pour être suivi dans son ensemble dans un souci de cohérence pédagogique. Ces trois jours permettront pour certains la découverte d’une pédagogie participative qui a fait ses preuves.

Lundi 7 octobre : Musiciens et actions éducatives – L’apprentissage et son exploitation
Lundi 9 décembre : Musiciens et actions éducatives – Les tâches de création et l’utilisation des instruments
Vendredi 13 décembre : Musiciens et actions éducatives – L’atelier de A à Z

Pour en savoir plus sur Sarah Goldfarb :

Compositeur-chorégraphe et pédagogue, elle a créé de nombreux spectacles qui associent la danse, la voix et le texte. A Londres d’abord puis en Belgique depuis 1999, elle conçoit et réalise nombre d’ateliers, de projets créatifs et de formations pour La Monnaie, l’Opéra de Lille, Ars Musica, Reseo et les académies de musique.

En 2005, Sarah Goldfarb fonde ReMuA, Réseau de Musiciens Intervenants en Ateliers. Sarah Goldfarb travaille également en tant que consultante pour les BOZAR, et forme de nombreux musiciens professionnels à l’intervention musicale en ateliers créatifs. Elle est responsable des projets de sensibilisation de public de l’Orchestre des Champs Elysées. Sarah Goldfarb est déjà intervenue pour l’Association Française des Orchestres dans le cadre de nombreux stages.