En direct des orchestres

L’OFJ recrute pour ses sessions 2018 !

LES INSCRIPTIONS AUX AUDITIONS 2018 SONT OUVERTES !

C’est le moment de s’inscrire aux auditions pour les sessions 2018 de l’OFJ (et pour les sessions 2019 de l’EUYO) : 

S'inscrire

QUI PEUT SE PRÉSENTER AUX AUDITIONS ?

Tout(e) musicien(ne) remplissant les conditions suivantes :
– être agé(e) de 16 à 25 ans au 31 décembre 2017
– être français(e) ou étudier en France
– être inscrit(e) dans une structure d’enseignement musical
– être dans l’année du DEM (ou diplôme équivalent) pour les cordes ou titulaire du DEM pour les autres instruments

Plus d’informations sur le site internet de l’OFJ : www.ofj.fr

CETTE ANNÉE LA DATE LIMITE D’INSCRIPTION EST LE 1er DÉCEMBRE 2017

Le 1er tour des auditions se déroulera en janvier et février dans différentes villes de France pour aller au plus près des candidats : Angers, Bordeaux, Toulouse, Paris, Lyon, Aix-en-Provence, Lille, Dijon, Strasbourg. Lors de cette épreuve, les musiciens devront présenter des traits d’orchestre (téléchargeables ici) ainsi qu’une étude au choix.

LA SESSION D’ÉTÉ 2018 :
L’OFJ sur les routes : Après deux semaines de résidence à Lille, l’orchestre partira en tournée en Roumanie où il donnera trois concerts, puis se produira à Montreux en Suisse avant de revenir à Lille pour un concert à l’Auditorium du Nouveau Siècle dans le cadre de la saison de l’Orchestre National de Lille.

Auditions OFJ - inscriptions jusqu'au 1er décembre


Un programme passionnant, sous la baguette de Fabien Gabel, directeur musical de l’OFJ :

  • Claude Debussy, La Mer
  • Igor Stravinsky, Le chant du Rossignol
  • Piotr Ilyich Tchaïkowski, symphonie n°4
  • Bela Bartok – concerto pour violon n°2
  • Camille Saint-Saëns, concerto pour violon °3
  • Violon : Nicolas Dautricourt
  • Samy Moussa – Crimson

Une équipe pédagogique expérimentée :
Avant l’arrivée de Fabien Gabel, les musiciens travailleront avec des professeurs issus des plus grands orchestres : 

– Jan Orawiec, violon, Orchestre Les Siècles
– Audrey Loupy, violon, Orchestre du Capitole de Toulouse
– Professeur d’alto, non nommé
– Nicolas Hartmann, violoncelle, Orchestre National de Lyon
– Yann Dubost, contrebasse, Orchestre Philharmonique de Radio France
– Sandrine Tilly, flûte, Orchestre du Capitole de Toulouse
– Hélène Devilleneuve, hautbois, Orchestre Philharmonique de Radio France
– Julien Hervé, Clarinette, Orchestre Philharmonique de Rotterdam
– Julien Hardy, Basson, Orchestre Philharmonique de Radio France
– Vladimir Dubois, cor, Orchestre de l’Opéra National de Paris
– Christian Léger, trompette, Orchestre National de Lyon
– Nicolas Moutier, trombone, Orchestre Phiharmonique de Strasbourg
– Emmanuel Curt, percussions, Orchestre National de France
– Gaëlle Thouvenin, harpe, Orchestre du Capitole de Toulouse

 

L’OCNA inaugure sa production discographique

A l’occasion de la sortie du coffret de l’intégrale des concertos de Beethoven, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine propose deux concerts exceptionnels à Saint-Pierre d’Oléron et à La Seine Musicale au mois de novembre 2017. 

L’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine inaugure sa production discographique de l’orchestre avec la sortie le 10 novembre du coffret 3CD des 5 concertos pour piano et orchestre joués et dirigés du piano par Jean-François Heisser, publié au label Mirare. A cet occasion, l’orchestre est invité par deux îles – l’Île d’Oléron et l’Île Seguin- pour deux concerts. Le premier concert aura lieu le vendredi 10 novembre à 20h30 à l’Eldorado – Salle Pierre Bergé de Saint-Pierre d’Oléron. Il est proposé par le Lions Club de l’Ile d’Oléron dans le cadre de la célébration du 100ème anniversaire du Lions Club International et du 40ème anniversaire du Lions Club de l’Ile d’Oléron. Le second concert, le dimanche 12 novembre à 16h, aura lieu à la Seine Musicale sur l’Ile Seguin de Boulogne Billancourt. Ce concert verra la création parisienne du Rêve de Maya, double concerto pour violoncelle, accordéon et orchestre de Samuel Strouk (créé en 2015 à Poitiers par l’OCNA). Cette pièce mélant jazz et musique classique sera inteprétée par l’ébouriffant Vincent Peirani à l’accordéon et le talentueux François Salque au violoncelle.

 

Vendredi 10 novembre – SAINT-PIERRE D’OLÉRON – L’Eldorado Salle Pierre Bergé 20h30
BEETHOVEN, Concerto pour piano n° 2 op.
BEETHOVEN, Concerto pour piano n° 5 « L’Empereur»
Jean-François HEISSER, direction et piano

Dimanche 12 NOVEMBRE – Ile Seguin BOULOGNE-BILLANCOURT – La Seine Musicale 16h
BEETHOVEN, Concerto pour piano n° 5 –  « L’Empereur»
Samuel STROUK, « Le Rêve de Maya » – double concerto pour violoncelle, accordéon et orchestre
François SALQUE, violoncelle
Vincent PEIRANI, accordéon
Jean-François HEISSER, direction et piano

 

L’intégrale des Concertos pour piano et orchestre de Ludwig Van Beethoven par Jean-François Heisser et l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine

Sortie le 10 novembre 2017
Coffret de 3 CD

Le chef-pianiste Jean-François Heisser nous livre le témoignage d’une complicité rare avec les musiciens de l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (ex-Orchestre Poitou-Charentes), phalange reconnue pour son engagement et son exigence. Leur enregistrement des cinq concertos de Beethoven, dirigés du piano pour la première fois en France, abolit les frontières entre musique de chambre et musique symphonique.

« La chance m’a été donnée de pouvoir jouer, oublier, rejouer ces œuvres au fil des ans en compagnie de l’Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine dans une vision plus « chambriste » qu’à l’accoutumé, plus proche aussi des effectifs de l’époque. Cet enregistrement est donc un témoignage des années de complicité avec une équipe de musiciens engagés. » (Jean-François Heisser)

Télécharger le communiqué de presse

Olivier Leymarie, nouveau directeur général de l’EIC

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, annonce la nomination d’Olivier Leymarie à la direction générale de l’Ensemble Intercontemporain (EIC), sur proposition de son conseil d’administration et de son président Henri Loyrette.

Le conseil d’administration de l’Ensemble intercontemporain a donc nommé le 20 octobre 2017 Olivier Leymarie, directeur général de l’Ensemble, sur proposition de son Président, à la suite unanime des membres du jury réuni le 2 octobre pour auditionner les cinq candidats présélectionnés. Placé sous la présidence d’Henri Loyrette, ce jury était composé de Matthias Pinscher, directeur musical de l’Ensemble intercontemporain, des deux vice-présidents de l’Ensemble, Catherine Tasca et Nicholas Snowman, du trésorier jean-Philippe Billarant, ainsi que de Laurent Bayle, directeur général de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris et d’un représentant du ministère de la Culture, Alain Loiseau, délégué à la musique à la direction générale de la Création artistique.

Impliqué depuis plus de 20 ans dans le secteur de la musique vivante, Olivier Leymarie est actuellement administrateur général de erda, structure regroupant les ensembles Accentus et Insula orchestra, tous deux placés sous la direction artistique et musicale de Laurence Equilbey. Il a précédemment occupé les postes de directeur artistique délégué et directeur de production de l’Opéra de Dijon (2008-2013) et celui de directeur adjoint à la production de la Cité de la musique-Philharmonie de Paris (2003-2008).

Olivier Leymarie entrera en fonction le 18 décembre 2017 et succédera à Hervé Boutry qui occupait le poste depuis 1995. Il consolidera et multipliera les partenariats, avec la Cité de la Musique – Philharmonie de Paris, avec ses ensembles résidents ou avec l’Institut de Recherche et coordination Acoustique/Musique (IRCAM). En symbiose avec l’esprit d’ouverture imprimé par le directeur musical de l’ensemble, Matthias Pintscher, il provoquera des rencontres entre musiques et entre disciplines. Dans le cadre d’un équilibre repensé entre production et diffusion, Olivier Leymarie portera une attention particulière au rayonnement de l’EIC, tant à Paris et en Île-de-France que sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger.
Enfin, il veillera au public de l’Ensemble Intercontemporain, celui qu’il a déjà et celui qu’il aura demain, plus nombreux, plus divers, en l’accompagnant et lui proposant, une action de médiation renouvelée, appuyée notamment sur le numérique.

Grand Ensemble – Dialogue entre un immeuble et un orchestre symphonique

La création musicale de Pierre Sauvageot se prépare à une tournée mondiale. Après la première mondiale réalisée à Paris avec l’orchestre de Chambre de Paris et la participation des habitants de la place d’Aligre, une deuxième opération a été réalisée rue Léon Paulet, à Marseille avec l’orchestre Régional Avignon-Provence, les 7 et 8 octobre 2017. 

Victime de son succès, le projet prendra de l’ampleur en 2018 en s’exportant à l’international : à Avignon, puis en Autriche, au Danemark, en Finlande, aux Etats-Unis, …

LE PROJET

Grand Ensemble est pensé, conçu et spatialisé autour de la présence d’un orchestre symphonique en réponse à un immeuble d’habitation et son architecture, avec le foisonnement sonore de ce lieu de vie et de ses habitants.

« Sur les balcons d’un immeuble prennent place une cinquantaine de musiciens classiques. Un orchestre au grand complet avec ses signes distinctifs – costumes de scène-, ses sonorités bien reconnaissables, ses instruments emblématiques – harpes, timbales, … Le public est confortablement installé devant l’immeuble, dans des transats rouges, tel un parterre d’opéra. Pour ces 500 à 1000 personnes, le décor est planté, les deux protagonistes sont présents, l’immeuble avec ses habitants et ses rumeurs du quotidien, l’orchestre avec ses codes et son histoire. La partition les unit et le dialogue peut commencer. Des sons, de la musique s’échappent par les fenêtres tel un puzzle sonore. »

TOUS SONS MÊLÉS : UNE PARTITION MUSICALE DE LA DIVERSITÉ

Grand Ensemble est une partition musicale d’environ 45 minutes qui mêle écriture symphonique et toute la profusion sonore de la vie quotidienne d’un immeuble, dans un quartier animé et populaire d’une ville. Le matériau musical est donc double : bruits domestiques, sons familiers, voix, cris, murmures, paroles des habitants de l’immeuble croisent les sonorités et les tonalités des instruments des musiciens d’un orchestre symphonique. Ainsi, le public entendra les noms des habitants comme support rythmique, les sonneries des téléphones portables en base harmonique, les talons des chaussures martelant l’escalier comme tempo, les vocalises sous la douche comme soprano coloratur, les pleurs des bébés comme mélopées.

UN IMMEUBLE MUSICIEN AU CŒUR DE LA VILLE

Composition à chaque fois spécifique, Grand Ensemble crée une orchestration spatialisée ouverte sur la rue, la place, le quartier, un environnement urbain. Une cinquantaine de musiciens viennent s’installer avec leur instrument sur les balcons d’un immeuble, à tous les étages. Chacun, sur ce balcon, accueilli dans l’intimité des habitants, se trouve dans une situation inédite d’un nouvel espace orchestral, à la fois séparé de l’ensemble des autres musiciens, privé de direction musicale mais, porteur d’un casque binaural, il devient interprète unique d’une partition commune.
Cette scénographie, qui met en tension créatrice tout un immeuble en en faisant un acteur musical et sonore à part entière, permet des effets orchestraux spectaculaires et inventifs : étages se répondant les uns aux autres, mélodies circulant de fenêtre en fenêtre, rythmiques découpées par cages d’escaliers, harmonies de timbres, motifs répétitifs traversant les pupitres…

UN CONCERT ADAPTÉ A SON CONTEXTE : RETOUR SUR LES DEUX PREMIÈRES MONDIALES

Dans ce dialogue immeuble-orchestre, l’immeuble tient une place essentielle.

À Paris, l’immeuble qui se trouve au 13/15 de la place d’Aligre dans le 12e arrondissement, a la particularité d’avoir une incurvation qui lui donne l’allure d’un amphithéâtre dans l’espace public. Le célèbre marché d’Aligre en fait un endroit très fréquenté, très mélangé, incroyablement populaire et animé. Place d’Aligre, c’est l’Orchestre de chambre de Paris qui a participé à la création de Grand Ensemble en interprétant pour la première fois la partition.

Retour sur Grand Ensemble avec l’OCP

À Marseille, c’est l’Orchestre Régional d’Avignon-Provence qui interprète la partition de Grand Ensemble. Le spectacle a lieu dans l’immeuble de la rue Paulet, dans le huitième arrondissement. A deux pas du Stade Vélodrome, l’immeuble de la rue Léon Paulet, construit dans les années soixante-dix, est un grand ensemble installé dans une résidence arborée, dont les appartements en hauteur offrent une vue sur les massifs des calanques au sud. Ses habitants, rencontrés par Pierre Sauvageot et l’équipe de Lieux publics depuis plusieurs mois, racontent leur immeuble et la vie du quartier. Le travail de captation sonore des bruits de l’immeuble, croisés avec des paroles d’habitants, fait partie intégrante de l’oeuvre. Les résidents deviennent acteurs de la création en accueillant les musiciens sur leurs balcons, mais aussi en apportant une partie du matériau sonore et musical.

 

 

 

Quand jeunesse et musique classique se tutoient

L’Auditorium-Orchestre national de Lyon présente un tout nouveau concept de soirée en partenariat avec le Petit Bulletin et Lyon City Crunch pour lancer la saison 2017/2018 : l’Apéro Musical Extravagant. L’objectif est de s’ouvrir à tous, et surtout aux jeunes.

Mardi 3 octobre à partir de 19h, le population pourra découvrir l’Auditorium de Lyon comme ils ne l’ont jamais vu (et entendu). L’Atrium change de décor pour offrir un programme original mêlant extravagance et musique. Du fun, de la street food, des jeux, des sets musicaux avec des musiciens de l’Orchestre national de Lyon, un DJ, du relooking et un grand concours d’Air Orchestre (une première en France…) !

AU PROGRAMME …
DE LA MUSIQUE

Quelques musiciens de l’Orchestre national de Lyon proposeront des interludes musicaux inédits, s’aventureront hors des sentiers battus et de leur répertoire habituel. Un blind-test géant mêlant musiques de pub et musiques de film ponctuera l’apéro pour découvrir la musique classique autrement. Tout au long de la soirée, DJ Mistafly proposera un programme spécialement constitué pour la soirée ! Enfin, un concours d’Air Orchestre sera organisé, pour la première fois en France  !

Les volontaires prendront leurs instruments invisibles pour interpréter à leur manière les grands classiques du répertoire. Le jury présidé par Aline Sam-Giao, directrice générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon sélectionnera la meilleure formation ! Les membres du jury de ce premier concours d’Air Orchestre sont :  Christian Thompson, délégué artistique ; Laure Issartial, bibliothécaire de l’Orchestre national de Lyon ; Guillaume Itier, percussionniste de l’Orchestre national de Lyon et Marc Renau, directeur du Petit Bulletin.
À gagner : des cartes moins de 28 ans (5 entrées et intégrale) et des places de concert.

DE L’EXTRAVAGANCE

L’Auditorium ne sera pas le seul à changer de décor. Plusieurs stands sont prévus pour favoriser l’immersion dans cette atmosphère éphémère d’extravagance. Il sera possible de se refaire une beauté de la tête aux pieds : une friperie décalée et solidaire proposera aux participants de dénicher des pièces « collector » pour se créer un nouveau look (les dons seront reversés à Emmaüs). Les Curieux proposeront à prix libre un coiffeur et un barbier. Un bar à ongles et un stand tatoo éphémères permettront d’apporter la touche finale.

DE LA CONVIVIALITÉ

Deux foodtrucks, La Crêperie Clandestine et La Cuisine Itinérante seront présents sur la Place Charles de Gaulle et proposeront une restauration de qualité (crêpes, burgers et autres gourmandises). Pour la partie boisson, le Ninkasi tiendra un bar à bières et à cocktails.

Le plus de la soirée : un aller-retour Lyon/Prague à gagner avec Air France.

POUR UN RENOUVELLEMENT DES PUBLICS

L’Apéro Musical Extravagant s’ancre dans une forte dynamique de renouvellement des publics. Lors de la saison 2016/2017, 20 % des spectateurs étaient âgés de moins de 28 ans. Outre une programmation attractive et diversifiée, les offres moins de 28 ans sont garantes d’un accès facilité pour les jeunes. Pour cela, deux cartes d’abonnement sont dorénavant proposées aux jeunes de moins de 28 ans : la carte « 5 entrées » à 20€ et la carte « intégrale » à 60€.

Voir le communiqué de presse

Jacques Lacombe, nommé directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse

En septembre 2018, Jacques Lacombe succédera à Patrick Davin à la direction musicale de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse (OSM).

Nommé directeur désigné pour une durée d’un an dès septembre 2017, il aura notamment en charge la programmation de la saison 2018-2019 de l’Orchestre. Sa prise de fonction en tant que directeur musical et artistique en titre sera effective à compter du 1er septembre 2018 et ce pour 3 ans.

La nomination de Jacques Lacombe fait suite à un processus de recrutement effectué en présence d’un jury composé d’élus de la Ville de Mulhouse et de représentants des partenaires publics de l’OSM (la DRAC Grand Est, le Conseil Régional Grand Est, le Conseil Départemental du Haut-Rhin et l’Opéra national du Rhin), en présence de représentants des musiciens de l’orchestre.

Âgé de 53 ans, le chef d’orchestre québécois a été formé à la Hochschule für Musik de Vienne ainsi qu’au Conservatoire de Musique du Québec à Trois-Rivières et à Montréal où il est professeur de la classe de direction d’orchestre.

Chef d’orchestre principal de l’Opéra de Bonn en Allemagne et directeur musical de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Jacques Lacombe fut directeur musical du New Jersey Symphony de 2010 à 2016. Premier chef invité de l’Orchestre symphonique de Montréal de 2002 à 2006 après avoir occupé les fonctions de directeur musical de la Philharmonie de Lorraine, à Metz en France. Ses débuts au prestigieux Carnegie Hall de New York ont été salués avec enthousiasme par le New York Times soulignant que sa carrière sur la scène internationale a été propulsée par son intégrité artistique et à sa complicité avec les musiciens et les orchestres qu’il dirige.

En plus de collaborations avec de nombreux orchestres et maisons d’opéra en Amérique du Nord, Jacques Lacombe a travaillé en Europe notamment avec l’Orchestre symphonique de Mulhouse, l’Opéra national du Rhin, le Royal Opera House de Covent Garden à Londres et le Deutsche Oper de Berlin où il est régulièrement invité depuis 2005.

Télécharger le communiqué de presse

Ben Glassberg, lauréat du Concours international de jeunes chefs d’orchestre

Ben Glassberg, 23 ans, remporte le 55ème concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon.

Dans la soirée du samedi 16 septembre 2017, se départageait la finale du concours international de jeunes chefs d’orchestre. Elle a mis en concurrence trois jeunes talents dont un français :

  • Ivan Demidov (26 ans), russe
  • Jordan Gudefin (28 ans), français
  • Ben Glassberg (23 ans), anglais.

Sur la scène du Théâtre Ledoux de Besançon, les trois jeunes hommes se sont succédés pour interpréter les pièces suivantes :

  • « Nuages et Fêtes » extrait des Nocturnes de Claude Debussy;
  • « La Chauve-Souris » de Johann Strauss;
  • « Le jardin étoilé » (2017), une création de Philippe Hersant spécialement commandée par le festival.

C’est à l’issue de la soirée, que le jeune chef britannique, âgé de 23 ans a remporté les trois prix à décerner :

  • le Grand Prix du jury, présidé par le chef d’orchestre américain Leonard Slatkin
  • le coup de cœur du public
  • le coup de cœur de l’orchestre

« Je me sens incroyablement bien. J’ai du mal à réaliser ce qui se passe, c’est un rêve, le plus beau jour de ma vie » confie le lauréat.

Dès janvier 2018, Ben Glassberg fera ses débuts en Allemagne avec le Kammeracademie Potsdam.

L’Orchestre Poitou-Charentes change de nom

L’Orchestre Poitou-Charentes, résident historique du Théâtre Auditorium de Poitiers, effectue sa mutation et devient l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (OCNA).

La nouvelle appellation traduit une volonté d’adaptation à la réalité des nouveaux territoires de la grande région, tout en perpétuant une vocation itinérante affirmée depuis la création de l’orchestre en 1981.

Au-delà de ce nouvel ancrage géographique, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine revendique désormais un format spécifique de 45 à 50 musiciens, adapté aux répertoires les plus variés tout en restant dans la dimension symphonique classique.

La première saison de l’OCNA reflète bien la diversité des esthétiques de l’orchestre : de Mozart à Dvorak jusqu’à Augustin Braud, jeune compositeur poitevin, invité par l’orchestre en résidence.

Télécharger le communiqué de presse

David Reiland, nommé directeur musical de l’Orchestre National de Lorraine

L’Orchestre National de Lorraine/Cité musicale-Metz ont annoncé le 11/09/2017 la nomination de David Reiland comme directeur musical.

Le chef belge de 37 ans succède à Jacques Mercier qui occupait la fonction depuis 2002. Il est également invité comme chef principal à l’Opéra Théâtre de Saint-Etienne depuis 2015.

Par ailleurs, il est très présent au Luxembourg où il dirige musicalement l’ensemble contemporain United Instruments of Lucilin depuis décembre 2009 ainsi que l’Orchestre de Chambre depuis 2013.

Sa vision artistique exigeante et ambitieuse pour l’orchestre, l’étendue de son répertoire, son affection particulière pour la musique française mais aussi un engagement en faveur de l’ouverture vers tous les publics et de la pédagogie sont en complète adéquation avec le projet de l’Orchestre National de Lorraine et de la Cité musicale-Metz.

David Reiland a appris sa désignation en tant que prochain directeur musical de l’Orchestre National de Lorraine avec bonheur :

 » Lors de chacune de nos rencontres, j’ai toujours été sincérement impressionné par l’incontestable musicalité et la générosité sans cesse renouvelée des musiciens. Je me réjouis d’avoir la chance de collaborer étroitement tant avec eux qu’avec l’ensemble des acteurs de la Cité musicale-Metz et de partir à la rencontre du public à leurs côtés. »

Télécharger le communiqué de presse

 

Jurjen Hempel, nommé directeur musical de l’Opéra de Toulon

Le Président et le directeur général et artistique de l’Opéra de Toulon annoncent la nomination de Jurjen Hempel à la direction musicale,  à partir de septembre 2018.

Selon le communiqué de presse de l’Opéra de Toulon, son arrivée « marque une nouvelle étape dans le développement musical et artistique » de l’institution. Cette dernière se dit « très honorée de la confiance que lui accorde Jurjen Hempel en acceptant ce poste » et elle ajoute qu’il dirigera « au moins trois opéras et deux concerts symphoniques » par saison.

Jurjen Hempel succède ainsi à Giuliano Carella qui occupait cette fonction depuis 2003.

L’ancien assistant de Valery Gergiev, occupe, dès aujourd’hui, la fonction de directeur musical désigné auprès du Choeur et de l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon. Il a pu faire connaissance avec les musiciens de l’Orchestre lorsqu’il a dirigé l’Enlèvement au Sérail, en avril 2017.

Télécharger le communiqué de presse

Par ailleurs, vous pouvez le voir ici à la direction de l’Orchestre de jeunes des Pays-Bas, interprétant Soldaat van Oranje (Soldat d’Orange) de Rogier van Otterloo au Concertgebouw d’Amsterdam.