Alliance européenne pour la culture et les arts / Déclaration politique

L’Association française des orchestres est signataire de la Déclaration rédigée le 30 janvier dernier

Déclaration politique à l’occasion du 60ème anniversaire des traités de Rome

La culture au cœur d’une Europe durable

Il y a 60 ans, les traités de Rome posaient les jalons de l’Union européenne. Lors de la célébration de leur 60ème anniversaire en mars prochain, les États membres auront l’opportunité de réaffirmer leur engagement envers les valeurs fondamentales de l’Europe, tout en créant une nouvelle conception d’un projet européen durable, profondément ancré dans les sociétés européennes.

Cela est essentiel, en ces temps de profonds changements sociétaux, et alors même que les citoyens européens se sentent déconnectés de l’Union. Cela est vital, à une époque où l’Europe fait face à des défis politiques majeurs et a besoin de redéfinir son positionnement au niveau mondial.

Les arts et la culture peuvent contribuer à renforcer le projet européen ; en conséquence, les 33 signataires de cette déclaration lancent un appel aux institutions européennes et aux États membres pour que la culture et les arts fassent partie intégrante des objectifs stratégiques de l’Union.

Les arts et la culture constituent la base du projet européen, et sont par ailleurs au cœur du développement de chaque civilisation. Ils sont d’une importance primordiale pour notre identité, donnent un sens à l’existence humaine, et sont le reflet de notre histoire commune.

Les arts et la culture en Europe s’appuient sur 3 000 ans d’un héritage culturel commun, tout en apportant une pertinence contemporaine à la vie actuelle. S’épanouissant dans le dialogue avec les autres cultures, ils incarnent notre « vivre ensemble », font le lien entre les individus dans la société, et assurent la transmission des connaissances et des valeurs.

Les arts et la culture sont connectés aux préoccupations de l’ensemble des citoyens. Ils créent un sentiment d’appartenance et constituent la réponse aux tensions culturelles, sociales, économiques et religieuses qui existent à l’intérieur des sociétés, au sein de l’Union européenne et en dehors des frontières européennes.

Les arts et la culture constituent un levier essentiel de développement du futur projet de l’Union
européenne.

La culture et les arts : priorités de l’UE

– Valeurs européennes et droits de l’homme : Chaque jour, des artistes et des professionnels du domaine artistique défendent les valeurs prônées par la Charte des droits fondamentaux. L’accès et la participation à une vie culturelle ont été reconnus comme constituant un droit fondamental pour les individus, contribuant à créer un épanouissement individuel et collectif au sein des sociétés.

– Retombées économiques et croissance : Le secteur culturel constitue un excellent vecteur pour l’économie et pour une croissance durable. À titre d’exemple, en France, il apporte une valeur ajoutée de 57,8 milliards d’euros à l’économie, soit 3,2% de la somme de toutes les valeurs ajoutées. Ce « PIB culturel » est deux fois plus élevé que celui du secteur des télécommunications, et sept fois plus élevé que celui que représente l’industrie automobile.

– Éducation : La participation à des activités artistiques structurées accroît les capacités cognitives, et des études montrent que les élèves issus de familles à faible revenu qui participent à des activités artistiques dans le cadre scolaire ont trois fois plus de chance d’obtenir un diplôme que les enfants issus du même milieu ne prenant pas part à des activités artistiques à l’école.

– Cohésion sociale : La participation à des activités culturelles est un instrument indispensable aux individus et aux communautés pour communiquer, pour définir et développer leur propre identité, pour se distinguer des autres. Elle permet à des personnes isolées ou marginalisées d’acquérir des compétences, ainsi qu’une confiance en soi et une estime de soi.

– Migration et citoyenneté : Les arts et la culture enseignent aux individus la complexité et contribuent à une expérience constructive de « l’altérité ». Ils incarnent notre « vivre ensemble », nous incitent à exalter les différences et à mettre au jour des affinités. À l’échelle locale, les artistes et les professionnels du domaine artistique sont engagés et s’impliquent pour aborder les nouveaux défis sociétaux.

– Innovation : De nouvelles plateformes technologiques sont utilisées pour permettre au grand public, mais également aux groupes en difficulté de la société, d’accéder à la culture.

– Santé et bien-être : Les personnes assistant à des événements culturels sont plus susceptibles de se déclarer en bonne santé, et des études ont montré qu’un intérêt accru pour les arts et la culture est généralement associé à une augmentation du sentiment de bien-être.

– Développement régional et urbain : La culture est un puissant outil de réhabilitation urbaine, de développement et de cohésion sociale. La présence d’activités culturelles constitue un facteur déterminant de l’attractivité des régions et des villes – les travailleurs à fort capital humain souhaitent s’y installer et stimulent à leur tour la croissance régionale.

– Relations extérieures et politique de voisinage : La diplomatie culturelle, en tant qu’outil permettant d’échanger des idées et donc d’encourager une meilleure compréhension mutuelle, renforce les relations bilatérales entre les pays européens et les pays tiers et créé des passerelles entre les sociétés. L’échange culturel créé un environnement ouvert au sein duquel les problèmes politiques et sociaux, mais également les valeurs libérales, peuvent être plus facilement abordés.

– Coopération et développement à l’échelle internationale : La dimension culturelle constitue un élément clé de toute stratégie de développement. D’une manière générale, les arts et la culture permettent un développement social, économique et humain durable. Ils facilitent également le dialogue entre les cultures, qui apparaît comme étant une condition essentielle à une cohabitation pacifique.

L’Alliance européenne pour la culture et les arts, 30 janvier 2017

Télécharger la Déclaration