Beethoven d’hier et d’aujourd’hui.

Le 19 novembre, dans le cadre du week-end Orchestres en fête ! 2016, l’Orchestre Poitou-Charentes, jouera sous la baguette de Jean-François Heisser, pour la première fois à la Philharmonie de Paris 33 variations sur 33 variations du compositeur allemand Hans Zender, inspirées des Variations Diabelli de Beethoven en miroir du récital de piano donné dans l’après-midi.

Hans Zender, un compositeur iconoclaste

Appartenant au club fermé des compositeurs-chefs d’orchestre, son double parcours a débuté dans les années 60, sous l’influence de Bernd Alois Zimmermann et Pierre Boulez. Ce qui a amené Hans Zender – outre la création de ses propres partitions et la qualité de ses interprétations du répertoire – à aborder d’une manière personnelle et singulière quelques œuvres pour piano emblématiques. Sa version extraordinaire du Voyage d’hiver de Schubert créée en 1993 avec l’Ensemble Modern est devenue une référence presqu’incontournable.

Ancrée dans la spiritualité, l’art et les philosophies d’Extrême-Orient, l’œuvre du compositeur allemand s’inspire de la calligraphie et de poèmes orientaux, notamment japonais (Fûrin No Kyô, 1989 ; Kalligraphie, 1997-2004). Le compositeur n’en néglige cependant pas la littérature et la pensée occidentales, et s’appuie sur les textes de Friedrich Hölderlin, Héraclite, La Bible, Maître Eckhart ou Saint Jean de la Croix.

Hans Zender : Les variations revisitées

Le compositeur Hans Zender a osé une réappropriation d’une œuvre mythique du répertoire pianistique, les Variations Diabelli de Beethoven.

Composée en 2011, cette vision iconoclaste de l’œuvre offre au public la possibilité d’une véritable expérience auditive et sensorielle. Construite comme un incessant mouvement d’approche et d’éloignement de la partition originale, cette œuvre a permis de révéler les talents d’équilibriste du compositeur.

Chaque variation est une surprise, visitant plusieurs styles en apportant des couleurs orchestrales étonnantes !

Hans Zender écrit à ce sujet : « Mon interprétation du Winterreise de Schubert a parfois été mal comprise. D’aucuns ont affirmé qu’un tel arrangement ne pouvait être que nostalgique ; à l’inverse, pour certains traditionnalistes, il ne respectait nullement l’original. Ni les uns ni les autres n’ont raison, car mon interprétation se trouve à équidistance de ces deux possibilités… J’ai eu envie de tenter une nouvelle fois cet exercice d’équilibriste. Nietzsche dit en substance ceci : la relation entre l’ancien et le nouveau est toujours telle que le nouveau finira par détruire l’ancien. Il n’y a qu’une seule manière d’éviter cet écueil : “planer sans crainte” au-dessus de l’abîme de l’histoire. Le fait de planer ainsi entre différents styles qui nous sont familiers induit un stimulus particulier, à même de générer de nouvelles expériences, non seulement chez le compositeur, mais aussi chez l’auditeur. « 

 

CONCERTS

Samedi 19 novembre, 14h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
Variations Diabelli de Ludwig van Beethoven
Veränderungen de Philippe Manoury
Jean-François Heisser, piano

Samedi 19 novembre, 17h30 – Salle des concerts, Cité de la Musique
33 Variations sur 33 Variations
Interprétation composée sur les Variations Diabelli de Beethoven
Orchestre Poitou-Charentes
Jean-François Heisser, direction