Accord majeur 2016 / Enquête sur les financements et les ressources des membres

Suite aux profondes transformations engendrées par la récente évolution du cadre législatif, la plateforme Accord Majeur a souhaité analyser la situation financière des structures qui produisent et diffusent les musiques de patrimoine et de création et a réalisé, en 2016, une enquête auprès de ses membres. Les résultats de cette étude ont été présentés à l’occasion de la 5e édition des Rencontres Nationales Accord Majeur, le 12 juillet au Centre de Congrès d’Aix-en-Provence.

Ces trois dernières années ont été marquées par des élections départementales et régionales, la mise en en application la loi NOTRe et le vote de la loi relative à la Liberté de Création (LCAP). Ces événements interrogeant considérablement la politique culturelle qui sera mise en oeuvre et le soutien à la musique, Accord Majeur a souhaité analyser les sources de financements publics, privés et les ressources propres de ses membres et a réalisé, de mai à juin 2016, une enquête  de 173 festivals, opéras, ensembles, orchestres et centres de création.

Analysés en collaboration avec Emmanuel Négrier, Docteur en science politique et chercheur au CNRS-CEPEL (Centre d’études politiques de l’Europe latine), les résultats de cette enquête ont permis à Accord Majeur de mettre au jour les tendances  2014-2016 :

  • Les ressources baissent, conduisant les structures à opérer des arbitrages dans leurs dépenses, alors que, dans le même temps, certains postes augmentent de manière significative.
  • Une augmentation des fonds privés est prévue pour 2016 (mécénat, sociétés d’auteurs) puisque le secteur sait mettre en place des stratégies nouvelles de financement. Il faut pourtant noter que ce type de soutien ne saurait représenter une alternative aux partenariats avec les collectivités territoriales ou l’État qui, seuls, portent l’ambition de politique publique culturelle pérenne et structurante au bénéfice de toutes les populations.
  • Les partenaires publics (Etat, bloc communal, Régions et Départements) sont impliqués dans notre secteur : la compétence culturelle est historiquement perçue,comme une opportunité par tous les niveaux de collectivités. Cette diversité de financeurs est précieuse pour le développement des projets dans toutes leurs composantes.
  • Les estimations 2016 laissent présager un resserrement des subventions sur un plus petit nombre de structures.
  • L’État reste, globalement, un partenaire stable sur les trois dernières années, mais les annonces de nouveaux moyens ne concernent cependant pas tout le secteur.
  • Les données 2016 sont des estimations, qui attestent de l’incertitude dans laquelle sont plongés les acteurs du secteur. Au mois de juin 2016, nombre d’entre eux ne connaissaient pas encore le montant de la participation des financeurs pour l’année en cours.

L’étude porte également sur les stratégies à mettre en oeuvre face aux baisses des soutiens : les attentes reportées sur le développement des fonds privés et les économies à réaliser sur les formes de spectacles, comme solutions, mettent en lumière un secteur fragilisé dans son ambition et sa visibilité.

Télécharger le communiqué de presse (.pdf)
Télécharger l’enquête complète (.pdf)
Télécharger la synthèse de l’enquête (.pdf)

Contact
Les Forces Musicales
Alexandra Bobes
a.bobes@lesforcesmusicales.org